Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Ferme de Quincy, incompréhension totale

Publié le 14 Mai 2010 par Thierry BILLET


La ferme de QUINCY appartient à la Ville d'ANNECY, sur le territoire de SILLINGY. Elle avait été achetée pour y installer un jour les nouvelles serres municipales. Comme il apparait aujourd'hui malvenu d'aller planter à plus de dix kilomètres les plantes dont la Ville a besoin, il a été décidé d'implanter les nouvelles serres sur la zone industrielle de VOVRAY. Ce choix étant fait, il n'y avait plus d'intéret à conserver la ferme. qui est composée d'un bâtiment assez grand et de plusieurs hectares de terrain. La décision a donc été prise de la vendre avec le terrain attenant.

 

Afin de maintenir la vocation agricole de ce ténement, la Ville a chargé la SAFER, l'organisme agricole qui a vocation à préempter les terrains agricoles afin de les conserver en usage agricole, de chercher des acquéreurs dans le monde agricole en lui confiant un mandat de vente.

 

Ce mandat remonte à de longs mois. Il est connu de tous depuis longtemps puisque le Maire de SILLINGY avait proposé dans la presse d'installer dans la ferme les Haras Nationaux qui quittaient ANNECY. Cette perspective n'ayant pas prospéré, la SAFER a continué de chercher des agriculteurs intéressés. J'ai personnellement reçu plusieurs fois des représentants des AMAP à ce propos, leur conseillant de prendre contact avec la SAFER.

 

Avant-hier, j'apprends par un courriel qu'une manifestation aura lieu le 30 mai à l'initiative de la Confédération paysanne et d'associations écologistes sur le site, manifestation mettant en cause la volonté spéculatrice de la Ville ! L'incompréhension est totale...La volonté de la Ville a toujours été de maintenir la vocation agricole à ce ténement. La volonté de la Ville n'a jamais été de faire de la spéculation sur ce terrain qu'elle souhaite vendre au prix normal du terrain agricole. La volonté de la Ville n'a jamais été d'obtenir du droit à construire supplémentaire sur ce terrain. Or, en lisant l'appel au pique nique du 30 mai, on a exactement l'impression que la Ville veut construire sur ces terrains et faire flamber leur prix, ce qui est une contre vérité notoire ! 

 

Je regrette vraiment et je l'ai exprimé clairement à nos amis associatifs que ce ne soit qu'après avoir appelé à la manifestation que les associations aient demandé un rendez vous à Jean-Luc RIGAUT à propos de ce dossier...En discutant au téléphone, il apparaît que leur critique porte en réalité sur le rôle de la SAFER en matière de foncier agricole. Pour autant, dans le texte d'appel, il n'est pas fait état de la politique de la SAFER, mais de celle de la Ville en l'accablant de reproches infondés.

Mettre en cause la politique de la Ville avant d'avoir rencontré le Maire et sans aucun contact préalable permettant de penser que l'on allait aboutir à une telle manifestation me chagrine et n'est pas la meilleure façon d'aboutir à la meilleure solution pour le maintien d'une activité agricole sur ce terrain qui est l'objectif commun de la Ville et des associations.