Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

François HOLLANDE dans Libé hier matin...

Publié le 4 Janvier 2012 par Thierry BILLET

Je suis abonné à LIBERATION. J'ai donc lu la tribune de deux pages de François HOLLANDE.

Il y parle en trois mots de la question écologique : "la transition énergétique et écologique", cite t'il après "l'éducation, la recherche, la culture"...

La question écologique n'est plus évoquée nulle part.

Ah, si ! François HOLLANDE en reparle à propos de l'un de ses principes : "la volonté". "Il en faudra (de la volonté) pour réussir la transition énergétique".

On aurait aimé que HOLLANDE donne quelques indications sur le sujet : quels sont ses objectifs en ce domaine ? quels sont les moyens qu'il veut se donner ?

Bref, c'est plus que léger.

Cela montre surtout que ni la question centrale de la raréfaction des ressources naturelles n'est pas du tout intégré dans la réflexion politique de François HOLLANDE, ni celle du réchauffement climatique.

Ennuyeux pour un prochain Président de la République, non ? En tous cas, pour moi c'est très ennuyeux.

Et puis, cette faute de rédaction qui m'agace quand on se présente pour être le Président de la République : "La FRANCE est un grand peuple..."  Et bien non, les français sont un peuple, et la FRANCE est un pays et une nation.

Combien d'énarques et d'agrégés de lettres sont ils à avoir relu ce texte et ils n'ont pas vu cela ? Ou pensent-ils que les Français se moquent du français ?

Trouver le moyen de ne pas parler d'écologie l'année où la température moyenne du pays a été la plus forte, voilà qui est bien décevant.

Mais on sait qu'on n'élira pas HOLLANDE pour son projet mobilisateur et sa vision stratégique du XXI° siècle.

il sera élu parce qu'il peut battre SARKOZY, et en croisant les doigts pour qu'il fasse le mieux possible une fois élu après nous avoir débarrassé d'un personnage malfaisant.

31 ans après François MITTERRAND, plus personne ne croit que le PS changera la vie. Il n'aspire d'ailleurs qu'à la rendre moins difficile. Cette ambition est-elle suffisante ?