Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Implosion de notre système pénal

Publié le 10 Janvier 2011 par Thierry BILLET

 

Mediapart rend compte de l'allocution de M.NADAL, procureur général près la Cour de cassation.

Cette déclaration limpide de M. NADAL, lorsque l'on voit l'état de dépendance politique du Parquet, entretenu par le gouvernement actuel, appelle une réforme profonde de l'organisation judiciaire.

Il est toujours dommage d'attendre la veille de sa retraite pour prendre une position courageuse, mais mieux vaut tard que jamais.

En tous cas, le roi est nu et notre système pénal implose de l'intérieur, après les arrêts de la Cour européenne des Droits de l'Homme qui stigmatise, comme tous les avocats progressistes, la dépendance du Parquet au pouvoir politique.

Le dossier de l'incinérateur de GILLY SUR ISERE aura été un des éléments de cette montée en puissance du sentiment d'injustice devant le rôle joué par le Procureur de la République "allié objectif" selon ses propres termes de l'ancien Maire d'ALBERTVILLE avec lequel il se vantait de déjeuner régulièrement...

 

Le premier procureur de France, Jean-Louis Nadal, a sonné la charge contre le gouvernement, vendredi 7 janvier, lui reprochant de « dénigrer la justice » et de « blesser la République ».

Sans citer de nom, mais dans des allusions transparentes à Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux, Jean-Louis Nadal a fustigé le « mépris pour la justice » de ceux qui « dénigrent » les décisions des magistrats. Le procureur général près la Cour de cassation s'exprimait à l'occasion de la rentrée solennelle de cette juridiction, et pour la dernière fois : âgé de 68 ans, Jean-Louis Nadal prendra sa retraite le 30 juin. « Inspirer à l'opinion des sentiments bas en instillant de manière extravagante, la confusion entre la responsabilité du criminel et celle du juge dont on dénigre la décision (...), tout cela avilit l'institution et, en définitive, blesse la République », a critiqué Jean-Louis Nadal.

« Le phénomène ne laisse pas d'inquiéter quand (...) les coups sont portés par ceux qui sont en charge de la faire respecter », a déploré Jean-Louis Nadal devant le ministre de la Justice, Michel Mercier.

A la différence des années précédentes, ni le premier ministre ni le président de la République n'avaient fait le déplacement. Ces derniers mois, plusieurs décisions de justice ont valu aux magistrats des critiques de l'exécutif. En septembre 2010, Nicolas Sarkozy avait jugé « difficilement compréhensible » la remise en liberté sous contrôle judiciaire d'un homme soupçonné du braquage du casino d'Uriage-les-Bains (Isère). En décembre, Brice Hortefeux avait été critiqué pour avoir dit que la condamnation à de la prison ferme de sept policiers pouvait « légitimement apparaître, aux yeux des forces de sécurité, comme disproportionné ».

 

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/opinion/20110108.OBS5914/interview-sarkozy-a-fait-des-attaques-contre-les-juges-un-fonds-de-commerce.html

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20110108.OBS5898/le-premier-procureur-de-france-charge-le-gouvernement-bille-en-tete.html