Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Écologiste annécien

Harcèlement moral & schyzophrénie de l'entreprise

Conseil des prud'hommes de X.

Examen d'un dossier de licenciement pour faute grave.

Mme Y est licenciée pour avoir harcelé une employée.

Elle est responsable de magasin appartenant à une chaîne, extrêmement bien notée, formatrice des autres responsables de magasins.

Elle est licenciée parce que trois salariées se plaignent de sa direction d'équipe trop stricte qu'elles assimilent à du harcèlement moral.

Les plaidoiries font apparaître que l'entreprise pousse son encadrement intermédiaire à faire des heures supplémentaires en pagaille avec interdiction de les déclarer, un paiement de primes sur les objectifs qui s'accroissent d'année en année alors que les salaires sont au SMIC, et un turn over important des équipes.

Et, tout à coup, une plainte d'une salariée à la direction générale.

La machine à licencier démarre illico : "l'entreprise ne peut tolérer des faits de harcèlement moral" et on licencie la responsable de magasin.

De la schyzophrénie à l'état pur : c'est le mode de management de ces magasins qui est pathogène.

L'encadrement intermédiaire est l'échelon sur lequel l'entreprise s'appuie pour mettre la pression sur les salariées.

Mais, au premier problème, on licencie l'agent de maîtrise pour que le système qui a conduit à cette souffrance au travail s'en sorte bien. Ce n'est pas la faute de l'entreprise dans son mode de fonctionnement général qui est en cause, c'est la faute personnelle de Mme Y.

L'encadrement intermédiaire est le fusible qui permet de ne pas remettre en cause le système global de l'entreprise.

On verra si le conseil des prud'hommes en reste aux apparences ou sanctionne l'organisation du travail perverse mise en place par l'entreprise.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :