Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Le Pen, Guéant, Sarkozy, pompiers pyromanes...

Publié le 21 Mars 2012 par Thierry BILLET

Après avoir fait déraper la campagne présidentielle sur le halal et les abattages rituels, voilà que les consorts LE PEN, GUEANT et SARKOZY mettent en sourdine la campagne et appellent à l'union nationale après les assassinats horribles de ces derniers jours !

De vrais pompiers pyromanes qui ont largement contribué ces derniers mois à scinder le pays sur une fracture démagogique et populiste pour récupérer le maximum de voix des Français perdus par la vitesse de la mondialisation et qui croient qu'ils s'en sortiront en accusant leur voisin étranger des maux les plus imaginaires...

François BAYROU a bien fait de maintenir la réunion publique de GRENOBLE ce lundi soir. Un moment de réflexion dans un silence religieux de la part de la salle de plus de mille personnes attentives et recueillies lorsque BAYROU a clairement expliqué que l'acte fou de TOULOUSE se nourrissait de tous les dérapages précédents qui "autorisent" ce type de folie qu'elle soit individuelle ou collective.

C'est parce que la société française est malade que de tels actes peuvent avoir lieu, malade de son manque de solidarité, de son incapacité à affronter ses relations avec l'autre comme le montre notre incapacité à commémorer dignement les cinquante ans de la fin de la guerre d'Algérie...

En ce sens, le moment passé avec François BAYROU à GRENOBLE ce lundi était précieux. Précieux comme ce trésor qu'est la défense de la laïcité et de la solidarité. "Un pays uni, rien ne lui résiste" a conclu BAYROU, il n'y avait pas de meilleure conclusion pour cette soirée.

Voici le discours de François BAYROU :

"Notre responsabilité, de citoyens, de responsables politiques,
c'est de baisser les passions et cultiver la compréhension réciproque"

Chers amis,

Nous vous invitons à consulter ci-dessous le texte du discours prononcé par François Bayrou, hier soir, lundi 19 mars, à Grenoble.

"Je veux vous dire en quelques mots pourquoi nous avons décidé de maintenir cette rencontre qui naturellement a un sens très différent de celui qu'elle aurait eu si cela avait été un moment électoral ordinaire.

Il me semblait nécessaire que nous nous retrouvions ce soir à Grenoble, parce que lorsque des questions aussi profondes se posent à un pays, à une nation, il est nécessaire que l'on en parle entre concitoyens, nécessaire que l'on mette devant nos yeux ce qui est le plus grave, le plus lourd dans notre histoire, dans l'histoire que nous écrivons ensemble.

Ceci n'est pas un meeting, ce n'est pas une réunion électorale, c'est pour moi une très importante réunion de réflexion nationale. Nous sommes une partie de la nation et la nation a devant elle des problèmes qui sont profonds et qui méritent que l'on s'y arrête (...)"