Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Ils ont passé l'arme à droite

Publié le 24 Février 2015 par Thierry BILLET

J'ai fait la campagne de François BAYROU au premier tour de la présidentielle pour donner une chance à quelqu'un qui voulait révolutionner l'art d'être président en n'ayant pas de parti derrière lui et en proposant d'élire une majorité d'idées autour de quelques axes forts : la réhabilitation de la morale politique, la relocalisation de l'économie, par exemple. Au second tour, ce fut HOLLANDE parce qu'il fallait virer SARKOZY, l'affairisme, l'idéologie nauséabonde piquée au F-HAINE:  il fallait le faire, cet homme est capable de tout, je ne regrette rien.

D'où vient alors ce sentiment d'incrédulité, mieux de consternation, qui suit presque chaque nouvelle annonce de ce gouvernement ? J'y réfléchis depuis des semaines car même si je n'avais mis aucune illusion dans ce vote par défaut pour HOLLANDE, je m'attendais au moins à des progrès réels en matière sociétale (interdiction du cumul des mandats, indépendance des procureurs vis à vis du pouvoir politique, droit de vote des étrangers aux élections locales, suppression de la Cour de Justice de la République, proportionnelle aux élections, etc.) .

Electeur de gauche depuis toujours, je pensais qu'un grand rassemblement marginalisant les extrêmistes pouvait avoir du sens dans une mondialisation complexe et nécessitant des adaptations et des protections nouvelles. Dans ce sens, François BAYROU était une solution crédible, celle d'une synthèse éthique entre la logique du devoir de la droite républicaine et le progrès social de la gauche socialiste. 
La crise actuelle réside dans le fait qu'il n'y a plus de synthèse à faire.
Ce gouvernement a totalement passé l'arme à droite, et même de la plus bête des droites, celle du productivisme agricole, du nucléaire militaire, des interventions militaires irréfléchies, du libéralisme et du mépris des chômeurs, de l'incompréhension de la crise écologique de la planète, etc. La consternation vient de là : de ce naufrage politique qui va fossoyer le parti socialiste dans les semaines qui viennent, à commencer par les départementales. Si cela ne creusait pas le sillon du F-HAINE, je m'en moquerais. Mais cette débâcle idéologique est l'une des composantes du succès du F-HAINE en ce qu'il démotive l'électorat traditionnel de la gauche, qu'il donne à voir aux pauvres que les ministres socialistes se foutent de leur vie quotidienne dont ils ne connaissent absolument rien, qu'il tente d'accréditer l'idée fausse qu'il n'y a qu'une seule politique économique possible, etc.

Heureusement, mon mandat municipal me permet de faire, d'agir concrètement en faveur de l'écologie et du partage, une réelle thérapie opérante pour supporter que ce quinquennat cynique est devenu un tremplin pour l'extrêmisme réactionnaire.

Commenter cet article