Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Maire adjoint au développement durable et à la Ville du futur d'ANNECY

CIGALES le 2 décembre

Publié le 30 Novembre 2013 par Thierry BILLET

Vous avez envie que votre épargne ne serve pas des projets inutiles ou dangereux pour la planète ?

Vous voulez participer à la création d'emplois non délocalisables dans l'environnement et la lutte contre l'exclusion sociale ?

La réunion de ce lundi 2 décembre quai des Clarisses à 20 heures est pour vous : nous créons ce soir-là une nouvelle CIGALES à ANNECY pour collecter de l'épargne et aider des entreprises sociales et solidaires à se créer.

Faites le vous même, c'est possible maintenant.


commentaires

Rendez moi mon air

Publié le 29 Novembre 2013 par Thierry BILLET

Alors que les gros pollueurs bretons s'opposent à la taxe des poids lourds, la qualité de l'air en FRANCE se dégrade. FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT attire justement notre attention sur cet enjeu de santé publique...

 

commentaires

Villes des Alpes en concert

Publié le 28 Novembre 2013 par Thierry BILLET

Le brass band des mineurs d'IDRIJA, ville des alpes 2011, et l'orchestre TETRAS LYRE, de CHAMBERY, Ville des alpes 2006, jouent ensemble ce 30 novembre à CHAMBERY pour fêter les ALPES et la collaboration entre les Villes partenaires de l'association des Villes des Alpes. TETRAS LYRE a la particularité d'être composé exclusivement de musiciens handicapés. Ecoutez les pour le plaisir d'un concert commun donné à PIOSCHIAVO dans le cadre de la semaine alpine 2013.

 

commentaires

Le PIG sur les rails

Publié le 27 Novembre 2013 par Thierry BILLET

Le Programme d'intérêt général en faveur de la réhabilitation thermique des copropriétés annéciennes va entrer dans le concret avec le choix de l'opérateur technique qui va accompagner les copropriétés dans leur démarche d'isolation thermique de leur immeuble.
Une première réunion de travail avec les techniciens qui vont monter les dossiers techniques de réhabilitation, réaliser les audits thermiques, sensibiliser en amont les copropriétés a permis de lancer le travail concrètement.

D'ores et déjà une trentaine de copropriétés, suite l'article paru dans le Bulletin municipal, se sont manifestées auprès de la Mairie.

Le point très positif est que ces demandes émanent de membres de conseils syndicaux; ce qui signifie que les conseils syndicaux en question ont déjà réfléchi à la question de l'amélioration thermique de leur bâtiment.

C'est donc à partir de ce groupe de copropriétés intéressées que les techniciens vont commencer à prendre contact pour leur expliquer précisément la démarche municipale, vérifier l'état d'avancement du projet de la copropriété, envisager la réalisation de l'audit thermique qui permettra de définir les scénarios de travaux les plus pertinents, et monter le dossier financier de l'opération.

Entre l'augmentation des aides de l'Etat et la possibilité pour la copropriété d'emprunter pour réaliser ces travaux, la période est désormais propice pour qu'un maximum de copropriétés ne se contentent plus d'un coup de peinture sur les façades, mais qu'elle engage les travaux de réhabilitation thermique que l'état de la planète exige.

commentaires

Manif antinucléaire à PASSY le 30

Publié le 25 Novembre 2013 par Thierry BILLET dans C'est personnel

Barrons la route à l'uranium !

Manifestation

Samedi 30 novembre à 16h

Sur le pont autoroutier de la Carabotte à l’entrée de Passy.

Une banderole et des drapeaux seront déployés et des tracts distribués.

Organisé par les militants locaux du Réseau Sortir du Nucléaire.

Contact :
- Gérard Decorps : 06 44 74 15 75 / 04 50 58 87 05
- Jacques Moisset : 04 50 47 20 57



En savoir plus sur cette journée d'actions :  http://groupes.sortirdunucleaire.org/article30285?date=2013-11

commentaires

Vers un nouveau mode de ville...

Publié le 24 Novembre 2013 par Thierry BILLET dans Environnement

Interview avec Vidal Benchimol, auteur de « Vers un nouveau mode de ville»

Le quartier BedZED à Londres, un des premiers écoquartiers européens.

 

Le quartier BedZED à Londres, un des premiers écoquartiers européens.


En 2007, dans un contexte de crise écologique et économique, Vidal Benchimol conçoit les « Écofaubourgs », un concept d’habitat collectif écologique. Il vient de publier l’ouvrage « Vers un nouveau mode de ville », aux Éditions Alternatives, co-écrit avec Stéphanie Lemoine qui souhaite dresser un état des lieux des tendances et un inventaire des pratiques contemporaines de la fabrique de la ville.

 

Votre livre s’appelle vers un nouveau mode de ville, quel est selon vous le visage de la ville contemporaine ?

En Europe, la ville contemporaine est en pleine transformation. Les élus et les urbanistes voient bien que les modèles d’aménagement fondés sur la séparation des fonctions urbaines (on mange d’un côté, on travaille ailleurs, etc.), et qui ont prévalu ces cinquante dernières années, ne marchent pas. Il faut inventer autre chose ! C’est ce à quoi s’emploie l’urbanisme durable, qui cherche à rendre la ville plus compacte, plus économe en ressources et plus solidaire

 

Quelles sont les principales mutations (habitat, mobilité, mode de consommation) qu’opère la ville depuis quelques décennies ? En quoi la ville évolue à l’aune des problématiques environnementales ?
Les transformations les plus visibles ces dernières années sont liées à la nécessité de maîtriser l’énergie. Dans le bâtiment, cela se traduit par l’adoption de réglementations thermiques plus contraignantes. Depuis l’an dernier, la RT 2012 oblige ainsi les maîtres d’ouvrage à concevoir des bâtiments 4 fois plus performants qu’un immeuble haussmannien. De la même manière, les métropoles cherchent de plus en plus à encourager les alternatives à la voiture, que ce soit via l’offre de transports en commun et de vélos en libre service ou l’aménagement de zones 30. L’objectif est de grignoter petit à petit l’espace dévolu à la voiture, en vue d’un meilleur partage modal.

 

Quels sont les principaux défis qui attendent la ville actuelle pour devenir « durable" ?

 L’adaptation au changement climatique, avec ce qu’elle implique d’incertitude, est l’un des premiers défis auxquels doit s’affronter la ville contemporaine. Pour y faire face, les villes ont tout intérêt à devenir résilientes : elles doivent diversifier leurs modes de production, leur approvisionnement, et apprendre à compter sur les ressources locales. D’où les projets d’agriculture urbaine qui fleurissent un peu partout, mais aussi l’essor des circuits courts et de la consommation collaborative…

 

Selon vous, quelles sont les initiatives actuelles les plus pertinentes pour la fabrique de l’espace urbain ?
Toutes celles qui s’opposent à l’aménagement « autoritaire » de la ville, et conçoivent l’écologie urbaine en relation étroite avec la démocratie locale. Si la fabrique de l’espace urbain n’est pas le fruit d’une négociation, et même pourquoi pas d’un conflit fécond entre décideurs et citoyens,  elle a peu de chance de déboucher sur un cadre de vie vraiment durable.  A cet égard, l’exemple des écoquartiers nord-européens est édifiant : ceux qui parviennent le mieux à concilier qualité de vie et économie de ressources sont nés d’une implication forte de leurs habitants, et parfois d’un bras de fer corsé avec la municipalité…

 

Quels sont les freins actuels au développement de la ville durable ?
Ils sont nombreux ! La crise économique, qui a partiellement détourné les citoyens des enjeux écologiques, en est un. Certains voient pourtant dans cette crise une conséquence de nos choix énergétiques. La ville contemporaine est aussi de plus en plus clivée socialement. Dans ces conditions, la mixité sociale, même avec ce qu’elle a de compliqué à mettre en œuvre, devient un véritable enjeu…

 

Paru dans la lettre d'information "UNIVERS NATURE"

commentaires

Nous sommes les champions de l'énergie

Publié le 23 Novembre 2013 par Thierry BILLET

ALLIANCE dans les ALPES est le réseau de communes au sein desquelles est élue la Ville des ALPES de l'année... Ces communes ont en commun de partager l'envie de développer les énergies renouvelables; un exemple avec WILDPOLDSRIED.


La petite commune bavaroise de Wildpoldsried, membre du Réseau de communes " Alliance dans les Alpes ", vient de remporter le championnat des énergies renouvelables 2013. Deux autres communes des Alpes ont aussi été récompensées.

La commune bavaroise de Wilpoldsried est lauréate 2013 de la Ligue des champions des énergies renouvelables.
© Heinz Heiss / Zeitenspiegel

4576_de

La devise de la petite commune bavaroise de Wildpoldsried im Allgäu : " Wir ", qui signifie aussi " Nous ", associe la première lettre du nom de la commune aux initiales de mots symbolisant l'innovation et le regard tourné vers l'avenir. Les habitants de Wildpoldsried se mobilisent depuis 1999 pour définir le profil participatif et écologique de leur commune. Ils ont été récompensés à plusieurs reprises, notamment en 2008 par le prix cc.alps de la CIPRA, attribué à des actions exemplaires en matière de lutte contre le changement climatique. Wildpoldsried, membre du Réseau de communes " Alliance dans les Alpes ", est désormais aussi lauréate de la Ligue des champions des énergies renouvelables 2013.
Plus de 10 000 communes de 12 pays d'Europe ont participé au concours. Le principal critère d'évaluation était la quantité d'énergie renouvelable produite par habitant. Des critères qualitatifs comme l'engagement politique, l'approche stratégique et les mesures mises en œuvre ont également été pris en compte par le jury.
Wildpoldsried produit aujourd'hui trois fois plus d'électricité d'origine renouvelable qu'elle n'en consomme. D'ici à 2020, ce village à énergie positive veut produire toute l'énergie dont il a besoin pour le chauffage, l'électricité et la mobilité. La troisième place du classement général a également été attribuée à une commune des Alpes : Saint-Julien-Montdenis en Savoie met en œuvre peu à peu depuis 2008 sa vision d'une commune autosuffisante en énergie. La deuxième place dans la catégorie des villes de 20 000 à 100 000 habitants a été attribuée à Wangen im Allgäu/D.
Source et informations complémentaires : www.res-league.eu/fre/news , www.wildpoldsried.de/index.shtml?wir (de)

commentaires

Des vélos et du Pédibus !

Publié le 23 Novembre 2013 par Thierry BILLET dans Environnement

Deux heures de discussion passionnante ce jeudi en commission déplacement du Club Climat sur plusieurs sujets : le bilan de l'expérience municipale de PEDIBUS, les améliorations à apporter à notre politique de déplacement en vélo et l'association du Club en amont au travail des services municipaux.

Sur le PEDIBUS, un large échange a permis de comprendre les raisons de l'échec de l'expérience menée qui pesait exclusivement sur des parents d'élèves volontaires pour amener les enfants de tout un itinéraire à pied jusqu'à leur école. Sans doute un problème de crainte dans l'étendue de la responsabilité des accompagnateurs (malgré les explications selon lesquelles cette responsabilité est couverte par l'assurance responsabilité civile obligatoire pour chacun de nous), mais également le refus de nombreux parents de confier leur enfant à un autre parent d'élève...

Là où l'expérimentation avait commencé, elle avait mobilisé des parents d'élèves dont les enfants ont quitté l'école élémentaire pour le Collège et qui s'est donc éteinte faute de repreneurs...

Or l'enjeu est considérable en termes de qualité de l'air et de gaspillage de pétrole : 70% des enfants sont véhiculés en voiture à ANNECY alors qu'ils sont à moins de 1,5 kilomètre de l'école !

La commission envisage donc de travailler sur ce sujet avec l'aide de PRIORITERRE autour d'une solution pérenne, c'est à dire qui ne s'appuie pas exclusivement sur le volontariat des parents d'élèves. Un beau sujet de mobilisation par exemple des seniors annéciens...

L'autre sujet portait sur les aménagements cyclables et notamment sur la stratégie de signalisation à mettre en place puisque plusieurs signalisations coexistent aujourd'hui à ANNECY et qu'il est nécessaire de les harmoniser, et de renforcer une signalisation au sol efficace; par exemple pour les "sas vélos", c'est à dire la signalisation aux feux tricolores, devant les voitures d'un espace réservé aux vélos pour que ceux-ci soient prioritaires au redémarrage.

Les associations présentes très actives sur le terrain (Roule & Co, et le Vélo Club d'ANNECY) sont parties prenantes d'une association en amont avec les services municipaux pour travailler ensemble les projets de voirie...

N'hésitez pas à vous faire connaître si vous circulez à vélo, à pied ou en bus et que vous voulez contribuer à encore améliorer le service rendu aux annéciens.

commentaires

Commission halieutique, un vrai progrès !

Publié le 22 Novembre 2013 par Thierry BILLET

Réunion fort intéressante de la commission sur la pêche dans le lac d'ANNECY afin d'amender le réglement préfectoral sur la pêche dans le lac.

Quelques améliorations du réglement permettront aux pêcheurs amateurs de moduler leurs captures de salmonidés dans le respect des quotas de prises déjà acceptées de manière à introduire un peu de souplesse si un pêcheur a de la chance un jour donné.

Le dépouillement des carnets de pêche de 2012 permet de confirmer que l'alerte de 2010 où le nombre de corégones pêchés avait connu un seuil bas historique de 10.660 n'a pas été confirmé. En 2011, 17.222 et en 2012, 16.324. Le stock de féras dans le lac est donc bien présent et les pêcheurs professionnels et amateurs les trouvent.

En revanche, concernant les ombles, les résultats sont moins bons cette année, sans que l'on puisse déterminer les raisons de cette diminution, notamment chez les amateurs.

Peut-être que l'effort de pêche des ombles a été plus faible puisque les féras sont pêchées en abondance ? Ou des causes extérieures sont elles à l'oeuvre comme le réchauffement de la partie supérieure des eaux du lac qui modifient sensiblement l'éco-système (l'omble ne se reproduit plus si le lac est au dessus de 8°C) ? Ou encore la prédation des brochets et des lottes sur les frayères ?

Le SILA va travailler avec les pêcheurs sur ce point, par exemple en essayant d'installer une caméra sur les frayères.

Mais il faut noter que ces ombles sont une espèce dont la population dans le lac est largement articificielle puisque l'association des pêcheurs du lac d'ANNECY procède chaque année à un alevinage de 100.000 ombles.
En tous cas, la commission a permis un travail serein entre pêcheurs professionnels et pêcheurs amateurs dans la perspective réaffirmée par l'Etat et le SILA d'une gestion durable de la ressource halieutique.

La décision sage de réduire le nombre de pêcheurs professionnels à deux et de déterminer des quotas de pêche raisonnables pour les amateurs porte ses fruits dans un climat redevenu constructif.



commentaires

Buget européen en diminution, du grand Dany !

Publié le 21 Novembre 2013 par Thierry BILLET dans C'est personnel

 

commentaires
1 2 3 4 > >>