Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

concertation publique sur le plan de déplacements urbains (PDU)

Publié le 27 Juin 2018 par Thierry BILLET

Si il y a une action de mon mandat dont je suis très satisfait, c'est la création du club climat  pour accompagner la mise en oeuvre de notre plan climat municipal... qui a essaimé ensuite avec la conférence lac au SILA sur la rencontre des différents usagers du lac dans une démarche de consultation préalable sur les projets sur le lac. Et au plan de l'agglomération avec le club air climat qui a intégré la dimension qualité de l'air au niveau du territoire élargi du GRAND ANNECY.  Le principe est toujours le même : réunir toutes les parties prenantes souhaitant contribuer à un projet commun en faveur de l'environnement à l'échelle de nos collectivités. Pas besoin d'être d'accord sur tout, seulement de penser qu'il peut être utile de se rencontrer, de s'expliquer et de proposer dans une écoute mutuelle attentive.

Le succès ne se dément pas. Une preuve supplémentaire nous est fournie avec les ateliers du Plan de déplacements urbains : déjà 9 réunions de travail avec à chaque fois une cinquantaine de personnes - dont de nombreux membres du club air climat - qui reviennent régulièrement pour présenter leurs arguments, leurs réserves, leurs projets... Et à chaque fois, un exposé du travail du bureau d'études ou des services, des documents envoyés à chacun, etc. Ce travail collaboratif a permis d'améliorer sans cesse le plan d'actions, mais aussi de cerner au plus près les enjeux et les points de désaccord éventuels pour en tenir compte lors des prises de décision qui sont de la compétence exclusive des organes délibératifs de la collectivité.

Bref, une avancée démocratique que le GRAND ANNECY va conforter avec l'annonce ce matin aux parties prenantes que nous avons demandé à la Commission nationale du débat public (CNDP) d'organiser une concertation publique sur le PDU qui aura lieu à partir de mi octobre 2018, en parallèle de la concertation publique sur le BHNS et le tunnel sous le SEMNOZ à la même période. Sur ces deux dossiers majeurs de mobilité, les habitants et leurs organisations vont pouvoir contribuer à améliorer les projets tels qu'ils seront présentés.

Un garant de la CNDP rédigera une synthèse des contributions de la société civile à laquelle le conseil d'agglomération devra répondre avant de préparer le dossier définitif qui sera lui assujetti à une enquête publique sur le projet définitivement retenu.

Il y aura donc bien deux formes de consultation, une préalable sur les orientations précises du projet de PDU qui sera ensuite amendé (concertation publique) et une formelle sur le PDU définitif (enquête publique). Cela nous prévoit quelques réunions publiques à l'automne avec les habitants, géographiques, mais aussi thématiques.

En attendant, des actions sont déjà engagées par le GRAND ANNECY comme l'amélioration significative de l'offre de la SIBRA vers la FILLIERE et vers l'ALBANAIS dés le début septembre, ou la commande à venir par VELONECY de deux cent vélos électriques, ou l'achat par le GRAND ANNECY de 5 véhicules d'auto partage à l'ordre du jour du conseil communautaire de ce jeudi 28.

commentaires

Les véhicules électriques, faisons un point

Publié le 26 Juin 2018 par Thierry BILLET

N

commentaires

A lire sur l’air des allobroges...

Publié le 25 Juin 2018 par Thierry BILLET

Accordez moi toujours asile et surete....exactement le contraire de cette loi  si malnommee...

 

Le Défenseur des droits dénonce de nouveau la loi Asile et immigration

24 JUIN 2018 | PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART

Dans un entretien au JDD, Jacques Toubon demande à ce que « la vérité et la raison reprennent le dessus sur les préjugés et les émotions »

Dans un entretien au JDD, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, s’en prend de nouveau à la loi Asile et immigration, examinée en ce moment au Sénat. Il dénonce également le traitement par la France des migrants du navire Aquarius, que l’État a empêché d’accoster sur son territoire. « Le principe de non-refoulement prévu par la Convention de Genève impose à la France de donner à l’errance de ces personnes une réponse humanitaire et juridique : les accueillir d’abord, observer leur situation administrative ensuite », estime Jacques Toubon.

commentaires

Réduction des déchets, on avance !

Publié le 25 Juin 2018 par Thierry BILLET

Lorsque l'on parle (de plus en plus et heureusement !) d'économie circulaire, le premier pas est de réduire la production de déchets ménagers enfouis ou non valorisés. 

Sur le GRAND ANNECY, depuis 2011, les résultats obtenus sont impressionnants.

La production globale d'ordures ménagères est passée de 586 kilos par an par habitant en 2011 à 496 en 2017; soit - 16%.

La collecte de verre est passée sur la même période de 7 097 tonnes à 8 256 et il y a encore du gisement ! Les emballages de 482 à 820 tonnes.

Preuve d'un changement de nos comportements, la collecte de papier est en baisse car nous en consommons moins.

En déchèterie aussi, les progrès sont notables avec un règlement plus strict pour qu'elles soient réellement réservées aux particuliers et fermées aux entreprises qui ont leurs propres filières professionnelles de recyclage. Et avec l'ouverture de nouvelles offres comme la collecte du plâtre depuis 2016 qui atteint déjà 181 tonnes en 2017. 202 tonnes de pneumatiques et 1 752 tonnes de déchets dangereux.

Un épisode tragique est à l'inverse à déplorer sur le plan environnemental et scandaleux sur le plan moral & politique : le choix de la communauté de communes de RUMILLY de quitter le SILA en pleine rénovation de l'usine d'incinération de CHAVANOD en laissant aux autres habitants le soin de payer la facture de l'investissement réalisé avec leur engagement et en réduisant en même temps les tonnages nécessaires au bon fonctionnement de l'usine même si sa capacité a été réduite. On y a appris que des élus locaux pouvaient renier leurs engagements pour gagner temporairement un peu d'argent sur la taxe d'enlèvement des OM... en faisant payer les autres collectivités à leur place pour les engagements financiers dont ils se dédisent. Ceci va renchérir le coût pour les habitants du GRAND ANNECY de l'incinération alors que tel ne devait pas être le cas avec une usine encore plus sûre sur le plan environnemental et beaucoup plus efficace pour sa production d'énergie... Choix de court terme pour une vision obtuse de l'avenir de notre bassin de vie !

commentaires

Les sentinelles du lac, belle initiative du SILA

Publié le 24 Juin 2018 par Thierry BILLET

Mise en place par le SILA avec l'appui pédagogique d'ASTERS, conservatoire des espaces naturels de la HAUTE SAVOIE, le programme "les sentinelles du lac" a maintenant fait ses preuves en 2016 et 2017 dans les premières municipalités volontaires.

Il s'agit d'une série de 10 séances destinées aux élèves de CM1 CM2 pendant le temps périscolaire ou pendant les vacances dans les centres de loisirs et qui permettent de découvrir le lac, de prendre en compte les enjeux de sa protection et de comprendre la gestion des eaux usées et de l'eau potable. Sans oublier une séance sur les déchets et d'une manière générale sur la protection des zones humides.

Au final, les enfants rédigent leur vision du lac pour l'avenir, de manière à utiliser les connaissances acquises de manière ludique avec des jeux adaptés à la thématique traitée dans chaque atelier (puzzle, tuyaux de couleur, etc.). Ces contributions sont toutes sur le site du SILA à la rubrique "sentinelles du lac"; l'une d'elles forte de plusieurs contributions d'élèves annéciens est jointe à ce post...

Les communes volontaires doivent se faire connaître au SILA avant le 15 juillet pour démarrer les sentinelles lors du temps périscolaire à la rentrée.

Les sentinelles du lac, belle initiative du SILA
commentaires

Choqués par TRUMP, mais pas par l'AQUARIUS ?

Publié le 23 Juin 2018 par Thierry BILLET

Nous pouvons agir à l’échelle européenne et les solutions sont connues »

Tribune signée par la LDH pour demandela suspension du règlement Dublin III

Publiée le 20 juin 2018 dans Le Monde

L'Aquarius a donc accosté en Espagne. Il faut s'en réjouir pour les 629 personnes embarquées sur le bateau - dont 134 enfants et sept femmes enceintes - qui, après avoir fui les drames de leur pays, être montées sur des embarcations de fortune au péril de leur vie, et finalement secourues, se sont retrouvées pendant trois jours les otages des atermoiements de l'Europe quant à l'accueil des réfugiés.

Alors que les gouvernements européens se livraient à un cynique jeu de ping-pong, à coups de règlements européens et de droit maritime international, l'Espagne, la mairie de Valence et 200 communes espagnoles ayant manifesté leur volonté d'accueillir dans la dignité ces réfugiés font la démonstration salutaire du pouvoir d'agir. 

Les textes de loi ne confèrent pas à ceux qui les brandissent pour ne rien faire une image de sérieux ou de responsabilité, bien au contraire. Ils donnent à voir une technocratie kafkaïenne et impuissante qui entrave les plus élémentaires réflexes d'humanité, dans l'incompréhension générale. 

« L'Europe : quel port ? », pourrait-on dire, comme un mauvais remake de « L'Europe : quel numéro de téléphone ? » Car c'est bien sa capacité à relever le défi de l'accueil et de la solidarité qui déterminera la pertinence de l'Europe pour les années à venir. Sa légitimité flotte désormais en Méditerranée, à nous de la faire accoster et de l'ancrer dans un projet européen à la fois humaniste et pragmatique. C'est bien l'avenir du projet européen qui est ici en jeu. 

Nouveau contexte migratoire 

Car les règlements derrière lesquels certains se cachent pour ne pas tendre la main à celles ceux qui viennent chercher refuge en Europe ne sont pas adaptés au nouveau contexte migratoire et sont donc inefficaces. 

Le règlement Dublin III prévoit que le pays responsable d'une demande d'asile est le pays par lequel le demandeur d'asile est entré en Europe. Chacun constate aujourd'hui que cela ne fonctionne pas. Mécaniquement, il engorge le dispositif d'asile des pays aux frontières européennes. Et dans le contexte actuel où c'est bien souvent dans la Méditerranée que des hommes et des femmes se jettent, au risque de leur vie, pour fuir leur pays, le règlement Dublin III accule des pays comme Malte, l'Italie, la Grèce. 

En cascade, ce règlement est également responsable des campements de migrants qui se forment dans les rues de Paris ou d'ailleurs puisque la demande d'asile de ces « dublinés » relève théoriquement d'un pays qui n'est pas en mesure de les accueillir, et qu'ils sont maintenus en France dans des limbes administratives puisqu'on ne les laisse pas y instruire leur demande d'asile. 

C'est pourquoi il faut - les textes le permettent et comme l'a d'ailleurs demandé le défenseur des droits - suspendre l'application du règlement Dublin III. A tout le moins l'appliquer avec pragmatisme, chaque pays restant juridiquement souverain de la décision du transfert. 

Populisme et cynisme 

L'Italie a répondu à ce système défaillant et à ce manque de solidarité entre Etats européens par un repli nationaliste qui a installé au pouvoir le populisme et le cynisme. Ce n'est pas le contexte migratoire qui est responsable de la montée des extrêmes ou du scepticisme à l'égard de l'Europe, c'est l'impression donnée à nos concitoyens d'une impuissance des pouvoirs publics. 

Pourtant, nous pouvons agir à l'échelle européenne et les solutions sont connues : faire face à l'urgence en ouvrant des lieux de mise à l'abri équitablement répartis et en organisant des corridors humanitaires depuis les pays d'où fuient les réfugiés afin d'éviter ces naufrages humanitaires et ainsi couper court au marché qui engraisse les passeurs; préparer l'avenir en créant une agence européenne de l'asile qui harmonise (par le haut) les standards d'instruction des demandes d'asile, en garantissant un accueil digne des migrants tout le long de leur parcours migratoire en Europe, et en rendant opposable la solidarité entre Etats européens pour assurer que ce devoir d'accueil soit équitablement réparti sur la base de critères objectifs de population ou de richesse tenant compte des efforts de solidarité déjà accomplis. 

A moins d'un an des élections européennes, l'Europe a devant elle un grand moment démocratique. Versons au débat qui s'ouvre notre humanité, nos solutions concrètes et offrons ainsi aux Européens une alternative pragmatique au catastrophisme des populistes susceptible de nous faire sombrer. 

Retrouvez la liste des signataires dans Le Monde

commentaires

Odeurs désagréables, une appli dédiée

Publié le 22 Juin 2018 par Thierry BILLET

ODO - Signalement de nuisances olfactives
Partager :    
 

Les nuisances olfactives, ou odeurs, apparaissent comme le deuxième motif de plainte après le bruit et sont ressenties comme une pollution de l’air. Ce sont des préoccupations environnementales croissantes pour les riverains qui exigent le respect de leur cadre de vie.

Afin de venir en aide aux riverains et aux collectivités concernées, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes ouvre ce mardi 15 mai l’accès à ODO, une plateforme internet et une application mobile de signalements, sur son territoire de compétences.

A noter que cette plateforme a déjà fait ses preuves sur le territoire national puisqu’elle a été développée et mise en œuvre dans les Hauts de France, avant de s’étendre en Normandie, en Ile de France, en Nouvelle Aquitaine, et jusque sur l’île de la Réunion !

A quoi sert « une plateforme de signalements » ?

La plateforme de signalements ODO peut être considérée comme le premier maillon d’une chaîne qui permet de passer du constat à l’action. Cette plateforme a pour vocation, dans un premier temps, de constituer une base de données sur laquelle s’appuyer pour identifier et localiser des problématiques récurrentes ou émergentes. Par exemple, si sur un laps de temps réduit, plusieurs signalements sont effectués dans le même secteur géographique, nos équipes seront amenées à mener une enquête auprès des services de l’Etat et des exploitants d’installations (industrielles ou assimilées, agricoles, artisanales, …) situées à proximité.

A terme, les principaux objectifs de la plateforme sont :

  • D’objectiver les nuisances perçues par les riverains (fréquence, intensité, type, niveau de gêne, localisation, etc.)
  • D’alerter un exploitant d'une odeur/nuisance inhabituelle ou gênante afin de gagner en réactivité
  • ’identifier la ou les source(s) potentielle(s) d'une odeur
  • D’améliorer le dialogue et la communication entre les différents acteurs
  • De suivre l'évolution des perceptions odorantes après la mise en place de solutions techniques de la part des exploitants d’installations

 

Effectuer un signalement en 5 étapes

  1. Je me connecte à l’adresse suivante : https://www.atmo-odo.fr/odoaura.
  2. Je sélectionne le département d’Auvergne Rhône-Alpes sur lequel je souhaite effectuer mon signalement (je peux taper le numéro du département pour aller plus vite).
  3. Je zoome sur la carte afin de déterminer l’emplacement exact de mon signalement, je clique pour faire apparaître le repère rouge sur l’emplacement, et je valide.
  4. Je remplis les différentes informations caractérisant mon signalement. Des menus déroulants permettent de préciser si la perception du phénomène est ponctuelle ou continue, si son intensité est plus ou moins forte, si la gêne ressentie est plus ou moins importante, de quelle autre odeur connue vous pourriez rapprocher celle-ci, la date et l’heure de la perception… Si vous avez besoin de donner des informations complémentaires (provenance suspectée, direction du vent…), une case est prévue à cet effet.
  5. Renseignez votre adresse e-mail et validez l’envoi de votre signalement !

Suite à votre signalement, la carte recensant votre signalement ainsi que tous les autres signalements effectués le jour-même apparait.

En page d’accueil de la plateforme, vous pouvez également consulter un tutoriel vidéo qui recense l’ensemble de ces étapes.

Enfin, pour les plus « connectés » d’entre vous, sachez qu’il n’est pas nécessaire d’être devant son ordinateur pour effectuer un signalement, vous pouvez également le faire via votre smartphone en téléchargeant l’application mobile(taper « ODO ici » dans le moteur de recherche des PlayStore IOS et Androïd).

commentaires

La solaire du lac, réunion d'étape

Publié le 21 Juin 2018 par Thierry BILLET

L'équipe d'animation du projet de coopérative solaire photovoltaïque "la solaire du lac" vous propose de  participer à notre première rencontre des adhérents et soutiens de La Solaire du Lac.

Celle-ci se déroulera le jeudi 5 juillet à 18h, à la maison Aussedat située 7 rue de la Providence...

 L'objectif de cette soirée sera de présenter l'avancement du projet et les différents travaux réalisés par les commissions de l'association.

Ce rdv sera également l’occasion d’échanger sur le projet et de partager un moment convivial autour d’un buffet canadien à la plage des marquisats. Chacun peut amener quelque chose à boire et à manger.

L'équipe «La Solaire du Lac »

Restons en contact : 

Email: contact@solairedulac.fr

Site internet: https://www.lasolairedulac.fr/

Facebook: Cliquez ici

Compte Twitter: @LasolaireduLac

La solaire du lac, réunion d'étape
commentaires

Photovoltaïque au SILA et au Grand ANNECY

Publié le 16 Juin 2018 par Thierry BILLET

Après le SILA qui a décidé d'installer 500 kilowatts sur l'usine de traitement des eaux usées à CRAN pour un montant de l'ordre de 1 million d'euros, c'est le GRAND ANNECY qui a décidé d'investir environ 500 000 euros dans 5 projets photovoltaïques sur ses bâtiments.

Tous ces investissements se réalisent en autoconsommation; c'est à dire que l'électricité produite est consommée dans le bâtiment où sont installés les panneaux. Il faut donc pour que ce système fonctionne qu'il existe une consommation d'électricité 365 jours par an dans ce bâtiment. Ce qui l'exclue pour les écoles par exemple...

Après avoir longtemps milité contre cette solution, EDF s'y est ralliée. Mais sachez que même sans autoconsommation, les électrons produits par le photovoltaïque sont consommés au plus près de leur lieu de production. Par contre, le tarif de rachat par EDF est moins intéressant que l'autoconsommation. On voit avec le projet de la coopérative solaire "la solaire du lac", combien la baisse tendancielle du prix de rachat de l'électricité photovoltaïque pose des difficultés pour simplement amortir le coût de l'installation du photovoltaïque quand il faut le revendre à EDF.

Ces investissements permettent à la collectivité de réduire son budget de fonctionnement au moment où l'Etat impose que les budgets de fonctionnement des collectivités locales n'augmentent pas de plus de 1,12% par an...

Tous ces votes ont eu lieu à l'unanimité : un signe sans ambiguïté de la part du territoire lorsque nous négocions aujourd'hui la seconde tranche de la labellisation "territoire à énergie positive" avec la Région et l'ADEME.

commentaires