Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Maire adjoint au développement durable et à la Ville du futur d'ANNECY

Depôt pétrolier, convention financière signée

Publié le 30 Novembre 2016 par Thierry BILLET

La mise en oeuvre du plan de prévention des risques technologiques est entré dans sa phase ultime avec la signature de la convention de financement de la mise en sécurité des biens expropriés dans le périmètre de sécurité autour du dépôt pétrolier de VOVRAY pour un montant total de l'ordre de 300 000 euros.

Cette convention financière va permettre de mener à bien la destruction des immeubles installés dans le périmètre d'exposition aux risques dans le secteur proche de l'usine qui était soumis à un risque de destruction complète en cas d'explosion d'une cuve du dépôt pétrolier.

La mise en oeuvre de ces opérations sera conduite par la Ville d'ANNECY qui sera remboursée par les contributeurs dont le dépôt pétrolier pour 33% et l'Etat pour 33%.

Ces terrains retourneront ensuite à l'état naturel puisqu'aucune activité humaine n'y est désormais autorisée.

Rappelons que ces mesures ont été prises après l'explosion de l'usine AZF à TOULOUSE.

commentaires

Hubert HUERTAS dans le texte, à méditer pour se mobiliser

Publié le 28 Novembre 2016 par Thierry BILLET

La victoire écrasante de François Fillon prouve que la droite n’est pas inquiète. En choisissant le candidat le plus dur, doté du programme d’austérité le plus radical depuis la Libération, elle exprime un sentiment de toute-puissance. Pour elle, la gauche n’existe plus.

 Si François Fillon a gagné la primaire, c’est que la gauche n’existe plus. Voilà le message des électeurs de la droite. Ils sont certains que leur champion dispose du tempérament, et d’une occasion unique pour agir sans se demander si telle ou telle mesure sera trop dure à imposer, ou trop risquée à mettre en œuvre. François Fillon et Alain Juppé avaient grosso modo le même programme, c’est-à-dire le catalogue le plus libéral et le plus conservateur depuis la guerre de 1940-1945, et ce qui les a départagés, avec un écart impressionnant, c’est que le maire de Bordeaux comptait arrondir les angles, alors que le député de Paris promettait de les aiguiser. Avec lui, si l’on en croit ses discours, ce sera à prendre ou à laisser.

À prendre : le plan social le plus énorme de l’histoire de France, 500 000 emplois de fonctionnaires supprimés. À prendre : un plan d’austérité deux à trois fois plus drastique que celui du quinquennat Hollande. À prendre : la baisse des impôts massive pour les plus riches et pour les entreprises, jointe à la hausse de la TVA pour les ménages. À prendre : la fin de la durée hebdomadaire du travail, désormais plafonnée à 48 heures. À prendre : 39 heures payées 37 dans la fonction publique. À prendre : la prééminence du contrat sur la loi. À prendre : le détricotage de la Sécurité sociale au profit d’assurances individuelles souscrites auprès de compagnies privées. À prendre : la réécriture de l’histoire de France au travers de l’enseignement. À prendre : la retraite à 65 ans, et le taux plein à 68 ou 70 ans.

Il y a dix ans, la moindre évocation d’un seul item de ce programme décoiffant aurait déclenché des mouvements de colère massifs. En 2016, rien de tout cela. Calme plat. Ni cortège anti-Devaquet, ni grève de 1995, ni CPE, ni raidissement sur les retraites. Une fois réglée la question de Nicolas Sarkozy qui encombrait son paysage, l’électorat de droite a désigné, sans crainte de déclencher des vents contraires, le candidat qui va le plus loin sur chacun de ces chapitres, et qui résume placidement sa méthode : pas de quartier, pas de compromis, pas de discussions, des ordonnances.

La droite qui a voté ce dimanche n’a donc pas le sentiment que Fillon va engager des réformes, mais qu’il va, « enfin », faire table rase. Il faut avoir l’esprit tranquille pour entrer en campagne avec un tel programme. Être certain qu’en mai les Français ne seront pas contrariés par ce chapelet de sacrifices. Avoir la certitude qu’aucune opposition politique ou syndicale ne se mettra ensuite en travers de la route.  

Ce programme, confirmé par le choix du candidat le moins consensuel, pourrait apparaître comme un défi lancé à la gauche, mais va peut-être encore plus loin. Il traduit un sentiment de toute-puissance. Celui d’une force dont l’adversaire serait hors de combat avant même d’entrer en lice.

D’où vient cette certitude ? Des sondages, naturellement, qui prédisent un second tour de la présidentielle entre la droite et l’extrême droite. Du résultat sans appel de toutes les élections depuis quatre ans. Et de la division qui règne de la gauche alternative à la droite du PS. Si Jean-Luc Mélenchon a été rejoint sur le fil par le parti communiste, Lutte ouvrière enverra comme d’habitude sa représentante, et le NPA aura comme toujours son candidat. Les écologistes ont désigné Yannick Jadot, à la suite d’une primaire. Les radicaux de gauche ne seront pas en reste, tandis que les socialistes hésitent entre un premier ministre, un président, d’anciens ministres, et la liste n’est pas close. Est-il utile d’ajouter la présence d’Emmanuel Macron ? Faites le compte : si la gauche totalise le tiers des électeurs, ils se répartiront en au moins sept cavaliers. Forts d'une telle statistique, les électeurs de la primaire de la droite et du centre n’ont pas eu peur d’effrayer la France en choisissant l’homme de droite le plus à droite.

Mais cette abondance de prétendants, pour une élection présumée perdue d’avance, n’est pas la seule raison de la tranquillité de la droite de combat. En regardant le gouvernement, ainsi que la gauche de la gauche, cette droite a le sentiment d’avoir souscrit, pour des raisons politiques, une assurance pour cinquante ans.

Le pouvoir en place est en état de mort clinique, à tel point que les rumeurs de remaniement qui circulaient hier soir faisaient figure de dernier spasme (François Hollande, disait-on, est furieux des déclarations de Manuel Valls au Journal du dimanche et songerait à le remplacer par Bernard Cazeneuve). Cette faiblesse extraordinaire est la suite d’une chute interminable commencée au lendemain de 2012.

Le président élu par la gauche a fait le pari d’un recentrage, et a progressivement abandonné les marqueurs de son camp pour aller vers ceux de la droite. L’arrivée de Manuel Valls a accéléré le mouvement en consacrant un jeune espoir, Emmanuel Macron. Le résultat du quinquennat Hollande s’étale ainsi sous nos yeux. La gauche du PS a été écartée, Macron est parti, Valls est sur le point de faire sécession, et la droite a répondu hier soir aux chimères du « ni droite ni gauche » en envoyant à l’élection présidentielle le candidat le plus à droite depuis la Libération.

Rassurée par cette débâcle, la droite triomphante pourrait s’inquiéter de la montée en puissance de Jean-Luc Mélenchon. Elle n’y croit pas davantage. Pourquoi ? Parce qu’elle est convaincue que le candidat de la gauche alternative élargira son noyau au point de supplanter Hollande, mais que ce noyau, même majoritaire à gauche, restera un noyau. Elle voit en lui un homme de mobilisation, pas de rassemblement.

Ajoutez à cela la certitude que les syndicats ne pourront pas résister aux futures lois qui entendent les priver de leur primauté au profit de référendums entreprise par entreprise, et vous avez la clé du résultat de ce dimanche. La droite, sûre d’elle-même et dominatrice, est convaincue d’avoir élu non pas son candidat mais le président de la République.

C’est un défi lancé à toute la gauche. Prouver qu’elle existe encore, en dépassant ses haines intestines, et qu’elle n’a pas renoncé à exercer le pouvoir politique. Le parti socialiste ne survivra qu’en oubliant l’illusion électorale d’une « ouverture » qui n’a débouché que sur les surenchères de François Fillon, et dans laquelle il a perdu sa boussole et ses électeurs. Quant à la gauche de Jean-Luc Mélenchon, il faudra bien qu’elle s’ouvre aux électeurs de la gauche modérée sans les rejeter à droite, si elle veut être en mesure de se qualifier au second tour. Puisque Mélenchon a compris qu’il faut un candidat naturel pour exister à l’élection présidentielle, il admettra aussi qu’il faut une coalition pour espérer l’emporter.

Sans ce retour à gauche pour les forces encore au pouvoir, et sans ce dépassement de soi-même pour la gauche de la gauche, l’élection de 2017 a toutes les chances de rappeler celle de 1969, à un détail. À l’époque un centriste, Alain Poher, avait été battu par un gaulliste, Georges Pompidou. Au printemps prochain, un candidat de la droite dure pourrait s’opposer à la patronne de l’extrême droite.

commentaires

Un lac soumis au réchauffement climatique, en bonne santé écologique

Publié le 27 Novembre 2016 par Thierry BILLET

Notre lac est en excellente santé, tel est le message délivré par l'Institut national de recherches agronomiques de THONON LES BAINS qui assure le suivi scientifique du lac depuis 50 ans maintenant. Si les taux de nitrate et de phosphate sont toujours aussi bas, le zooplancton se développe de manière satisfaisante grâce à une productivité remarquable. Pas grand chose à manger, pas de gaspillage, un exemple de sobriété efficace...

Vu du "benthos", c'est à dire des profondeurs, le système est quasi optimal. Il faut nous en féliciter.

Le réchauffement climatique est déjà perceptible sur la chaleur de l'eau avec un moyenne en croissance de 1°, mais surtout des modifications dans la répartition des périodes chaudes : plus chaud en hiver et en fin de printemps, mais pas en été; avec un réchauffement de plus en plus profond compte-tenu de la clarté du lac. Une interrogation subsiste car si le lac ne refroidit pas assez l'hiver, il y a un risque que le processus de reproduction de certains poissons ne débute pas si elle dépasse 7°... Pour le moment, rien de tel n'est constaté; mais il faudra être vigilant.

 

 

commentaires

Ouverture de l'épicerie en vrac

Publié le 26 Novembre 2016 par Thierry BILLET

Ouverture de l'épicerie en vrac "le local" 5 rue du pont neuf à CRAN, juste après le Pont Neuf sur la gauche en sortant d'ANNECY, après le garage FIAT...

Que du local et du bio pour ce projet qui a ouvert ses portes ce samedi dans le cadre de la semaine "zéro déchet, zéro gaspillage".

Merci à Sébastien AUGIER d'avoir accueilli les clients pour les sensibiliser encore plus à la démarche de réduction à la source des déchets ménagers.

 

Ouverture de l'épicerie en vrac
commentaires

Publié le 21 Novembre 2016 par Thierry BILLET

Ça y est ! L'épicerie de quartier Le Local ouvre ses portes le 26 novembre 2016!
 
Dans le cadre de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets, Le Local organise une après-midi portes-ouvertes le samedi 26 novembre de 16h à 19h au 5 avenue du Pont-Neuf à Cran-Gevrier. 
 
Manu, à l'origine du Local, et son équipe vous accueilleront pour vous faire découvrir leur épicerie proposant des produits sains, de producteurs locaux et sans emballages !
 
Pour en savoir plus, consultez le site du Local ici
 
commentaires

La CRIIRAD menacée par WAUQUIEZ

Publié le 20 Novembre 2016 par Thierry BILLET

Bonjour, Vous avez pu constater combien l’actualité est actuellement forte pour la CRIIRAD. Si le travail ne manque pas, l’arrêt sans préavis de la subvention de la région Auvergne Rhône-Alpes  place notre association en situation financière difficile. Sur l’exercice 2016 ce sont plus de 100.000€ qui manqueront.

Toute l’équipe s’emploie activement à trouver des solutions : recherche de nouveaux partenaires, financement participatif, prospection de prestations pour le laboratoire, etc. Mais toutes ces démarches nécessitent du temps.

Les menaces s’accumulent sur notre santé et sur notre environnement et il indispensable pour nous de disposer des moyens nécessaires pour :

  • combattre les plans de gestion des situations post-accidentelles qui obligent à vivre en zone contaminée, et à consommer des aliments également contaminés
  • empêcher la délivrance de dérogations autorisant la dissémination de produits radioactifs dans notre environnement quotidien,
  • dénoncer les mensonges, les falsifications,  les expertises biaisées, les consultations alibi ayant pour unique objet de cautionner des décisions déjà prises,
  • développer des actions de formation et d’assistance auprès des citoyens et des associations de terrain, en France comme à l’étranger, pour amplifier nos actions et contrer la puissance du lobby nucléaire,
  • rechercher la vérité sur l’impact environnemental et sanitaire des catastrophes nucléaires, Tchernobyl et Fukushima,
  • évaluer l’impact des rejets radioactifs des installations nucléaires et dénoncer les carences des systèmes de contrôles officiels.

En dehors de notre conviction, de notre engagement et de notre travail à tous, c’est « le nerf de la guerre » qui permet d’alimenter ces actions. C’est pourquoi la CRIIRAD a besoin de votre soutien exceptionnel et compte sur vous pour diffuser largement cet appel dans votre entourage et pour développer des initiatives qui contribueraient à cet objectif.

      Le Président, Roland DESBORDES

Un grand merci par avance, avec toute notre amitié,                                 

Réduction d’impôts : le don est déductible des impôts (pour ceux qui y sont soumis) à hauteur de 66% ;  un don de 20€ ne coute que 6,80€, un don 50€ ne coûte que 17€ !

commentaires

EQUILIBRE au club climat entreprises

Publié le 19 Novembre 2016 par Thierry BILLET

Les grandes entreprises du bassin annécien se réunissent désormais régulièrement pour faire le point de leurs engagements et de leurs pratiques en matière d'environnement. Cette fois, c'était les transports MEGEVAND et GRDF qui venaient présenter le projet EQUILIBRE qui développe l'utilisation du bio méthane dans les camions. L'expérimentation est en cours et les résultats sont déjà bluffants tant sur les émissions de gaz à effet de serre que sur la qualité de l'air. Les frères MEGEVAND sont persuadés que c'est la solution qui permettra aux entreprises de transport de sortir par le haut des difficultés économiques de leur secteur; par le bas, c'est en sous traitant à des chauffeurs des pays de l'Est... La multiplication des interdictions de pénétrer en ville avec des camions au gazole renforce la compétitivité des solutions au gaz. Le secteur dans son ensemble envisage cette mutation et cela se traduit par des délais très longs pour disposer de camions au gaz (8 mois !).

Le cercle devient encore plus vertueux quand le gaz est produit localement et qu'il est insufflé dans les véhicules ici. C'est ce qui va se passer en 2017 : le SILA produira du biométhane qui sera consommé à CRAN GEVRIER sur une station service ouverte sur un terrain appartenant jusque là à NTN SNR et qui permettra facilement l'alimentation des camions au sein de l'agglomération. SNR en profite pour basculer sa flotte de 6 poids lourds qui font la navette entre les usines du bassin au gaz; et cela ouvre des perspectives fiables pour d'autres clients et d'autres transporteurs.

Voilà qui donne la  pêche quand les informations du monde sont si mauvaises...

commentaires

Mouillages illégaux, nettoyage en cours

Publié le 18 Novembre 2016 par Thierry BILLET

Lors de la dernière réunion du collège des collectivités de la conférence lac au SILA, la Direction des territoires a fait un point de la lutte contre les mouillages illégaux sur le lac d'ANNECY. En 2015, 304 mouillages illégaux ont été recensés et au printemps 2016, ils avaient tous été supprimés. Avec l'été 2016, 127 nouveaux se sont épanouis et 99 ont été retirés après l'intervention de l'Etat. Il faut poursuivre dans cette voie : aucune tolérance ne doit être acceptée si l'on veut une situation claire et légale, ont rappelé tous les élus présents.

Il faut noter en outre que la DDT a recensé 308 ouvrages illégaux autour du lac, c'est à dire des constructions réalisées sans autorisation (par exemple la transformation d'un garage à bateaux en habitation, des rampes de mise à l'eau, etc.) : ces ouvrages sont désormais dans le collimateur de l'administration qui va revoir chaque propriétaire concerné lors du renouvellement de son autorisation d'occupation temporaire du domaine public lacustre.

A noter la fin de la réhabilitation de la promenade des SEINE à SEVRIER rachetée par le conservatoire du littoral et la démolition du garage à bateaux hideux qui la précédait.

commentaires

supermarché coopératif

Publié le 15 Novembre 2016 par Thierry BILLET

Réunion les 17 et 24 novembre à 18 heures dans les bureaux d'EIP Concept au 4 allée des cyclades à Cran Gevrier pour aider un projet de commerce participatif sur le modèle de la food coop dont on a tiré le film éponyme projeté chez ALPINE ALUMINIUM samedi 5 novembre.

 

commentaires

Café géo sur la pollution de l'air le 17 novembre

Publié le 14 Novembre 2016 par Thierry BILLET dans Environnement

Une fois par mois, le mercredi à 18h au café Le Beaujolais de Chambéry ou à 18h30 la Librairie BD Fugue Café d’Annecy, venez découvrir la géographie autour d’une tasse ou d’un verre.

Des géographes de tout horizon, parfois accompagnés d’autres spécialistes, viennent analyser les grands enjeux nos sociétés et de leurs espaces, nous aident à comprendre nos territoires proches ou lointains à différentes échelles. Les Cafés géographiques de Chambéry – Annecy offrent un moment convivial pour débattre des défis d’ici et d’ailleurs, d’aujourd’hui et de demain.
 
Rendez-vous le jeudi 17 novembre, à 18h30 à Annecy, à la librairie BD Fugue.
 
Nicolas Donner viendra discuter des enjeux de la pollution atmosphérique dans les vallées alpines.
 
 
Retrouvez l'équipe des cafés-géographiques de Chambéry-Annecy en ligne : http://cafe-geo.net/cafes-geo-chambery-annecy/
sur Facebook :
 
 
 
commentaires
1 2 > >>