Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Maire adjoint au développement durable et à la Ville du futur d'ANNECY

Ecologie et emploi

Publié le 28 Février 2010 par Thierry BILLET dans Politique locale


De retour de distribution des tracts d'EUROPE ECOLOGIE à CRUSEILLES au salon sur l'éco construction et du débat de vendredi à CHAMBERY sur "l'écologie, c'est l'emploi",
la question de la relocalisation de l'économie et de la capacité des Régions à servir de fer de lance d'une politique économique créant de l'emploi ici et maintenant.

Pierre LAROUTURROU, le chantre des 32 heures, et qui vient de quitter le PS pour accompagner la démarche d'EUROPE ECOLOGIE, a précisé que la croyance d'une croissance de plus de 2% était une pure escroquerie intellectuelle, mais aussi une incapacité à penser que le monde est fini et que l'épuisement des ressources naturelles obligeait à repenser l'économie dans une forme "circulaire", c'est à dire organisée autour du recyclage et de la réutilisation des ressources.

Je vous conseille, si vous êtes dubitatifs, la lecture du blog d'Alain LIPIETZ sur le site du mensuel ALTERNATIVES ECONOMIQUES qui détaille les chiffrages des études consacrées à l'estimation des créations d'emplois en région si l'on voulait vraiment conduire des opérations d'amélioration de l'efficacité énergétique sur le bâti existant. Ce sont des dizaines de milliers d'emplois qui sont en jeu, utiles et non délocalisables.

En savoir plus :

link
http://alternatives-economiques.fr/blogs/lipietz/2010/02/22/climat-emploi-meme-combat/
commentaires

Jean-Claude CARLE, droite extrême

Publié le 27 Février 2010 par Thierry BILLET


La décision de Bernard ACCOYER de laisser la tête de liste départementale à M. CARLE n'est pas le fruit d'un hasard. C'est le résultat d'une analyse politique. L'UMP pense qu'elle doit rassembler son camp pour arriver en tête et que M. CARLE est mieux capable de s'adresser à l'électorat de droite le plus conservateur, caractéristique de la HAUTE SAVOIE depuis le ralliement de l'essentiel des élus UDF à Charles MILLON.

Pour plus d'histoire :
Charles MILLON en correctionnelle

Pour autant, l'UMP prend le risque de se couper définitivement de l'électorat plus jeune et plus moderne qui arrive, année après année, en HAUTE SAVOIE.

Pour celles et ceux qui ignoreraient les positions politiques de M. CARLE, un petit tour sans sa biographie :


Jean-Claude Carle a saisi le Conseil constitutionnel pour tenter de faire invalider le PACS, il a signé la pétition contre l'homoparentalité.

 

Il a soutenu le projet de Loi  pour la reconnaissance des aspects positifs de la colonisation et déclaré en décembre 2005 dans le Journal du Sénat : « La colonisation est un moment difficile à expliquer... parler des aspects positifs, qui ont permis à ces peuples de progresser. Abroger l'article 4 signifierait les occulter et serait contraire à la vérité historique ».

 

A été élu en 1998 vice président du Conseil régional Rhône Alpes avec les voix du Front national comme il est écrit dans l'Humanité du 8 avril 1998 : « L'extrême droite les a fait vice-rois, ils ont accepté le honteux marché du FN. Dans la nuit de lundi à mardi, neuf vice-présidents de droite, sur les quinze que compte l'exécutif de la Région Rhône-Alpes, ont été élus avec les voix du Front national ; « Ce fut ensuite le tour de Jean-Claude Carle (UDF)... d'être élus, tous deux au troisième tour, avec l'appui des voix du FN, les 13 conseillers régionaux de droite s'abstenant toujours ».

 

Il faut aussi citer ce passage particulièrement éloquent de l'intervention de Jean Claude Carle au Sénat sur la délinquance des mineurs: « Qui sont ces jeunes délinquants ? 92 % des actes commis émanent de jeunes garçons présentant 4 caractéristiques : 1ère caractéristique : leur famille a des difficultés à assumer sa mission, du fait notamment, de l'absence du rôle du père. Cette absence du père se prolonge tout au long du cursus du jeune par l'absence de l'homme : absence du père au sein de la famille, absence de l'homme à l'école, l'Education Nationale est un corps très féminisé, absence de l'homme lorsque le jeune est traduit devant une juridiction, les juges pour enfants sont très souvent des femmes, absence de l'homme lorsque le délinquant est sanctionné. La PJJ est une administration elle aussi, très féminisée. Cette absence de l'homme constitue un vrai problème ».


C'est donc - à l'inverse - la merveilleuse image d'une virilité orgueilleuse que nous propose l'UMP à ces Régionales 2010. Un rêve politique qui se personnifie, un vrai bonheur...




commentaires

UMP Haute Savoie, le linge sale se lave au Dauphiné

Publié le 26 Février 2010 par Thierry BILLET dans Politique locale


Dans le DAUPHINE, ces propos amers d'élus UMP du département :

Serge Hasard d'ANNECY LE VIEUX : «  Amer je le suis forcément, je vais prendre un peu de recul pour digérer tout ça «

Guylaine Riondel Besson : "Deux mandats cela me suffisait, ainsi on n’a pas eu le loisir et le plaisir de me dire que je ne repartirai pas."

Astrid Beau Roche « Je ne cautionne pas le fonctionnement de la machine et ce qu’en font ses membres en 74 ».

Preuve du renouveau de l'UMP, imperturbablement, le millioniste  Jean-Claude Carle continue de gâtiser contre la gestion «socialo-communiste » et les impôts de la Région. Troublante situation d'une UMP tellement sûre d'elle dans le département qu'elle se permet de représenter celui qui a perdu haut la main en 2004...

Quant à la désignation de Mme ANDRE, conseillère municipale d'opposition à ANNECY,  en 4° position et donc nécessairement élue, elle ne passe toujours pas tant son engagement municipal est fort et sa présence politique significative dans les débats municipaux. Bien entendu, la stratégie du lider maximo d'ANNECY LE VIEUX est claire : la présenter aux cantonales d'ANNECY CENTRE contre Jean-Luc RIGAUT, puis la positionner en suppléante de Lionel TARDY aux législatives dans le cadre de la conquête d'ANNECY aux prochaines municipales. Cela s'appelle de la mise sur orbite. Incroyable que des "compagnons" ne fassent pas passer leur carrière politique personnelle avant une stratégie aussi lumineuse et enthousiasmante !



 
commentaires

PCB dans l'eau, HAP dans l'air

Publié le 25 Février 2010 par Thierry BILLET


La réglementation des Hydrocarbures polycycliques aromatiques (HAP)  fixe une valeur cible de 1 nanogramme par mètre cube d'air en moyenne annuelle dans l'air que nous respirons.

Le Bulletin de l'Air des Pays de Savoie confirme que la situation à CHEDDE et à PASSY dépassait la valeur limite dans des proportions considérables : 2,6 ng à CHEDDE et 3,9 ng à PASSY en moyenne sur l'année 2008, ce qui équivaut à trois fois la valeur cible !


Les HAP, dont le plus connu est le benzo(a)pyrène, proviennent de combustions incomplètes dans tous les domaines.

S'agissant de CHEDDE et de PASSY, la responsabilité de l'usine PECHINEY saute aux yeux. La production de HAP lors de l'utilisation de brai de houille est documentée depuis 25 ans au moins, du temps où j'étais encore inspecteur du travail en charge de contrôler une entreprise du CARBONE LORRAINE.

Plus d'informations sur les "casseroles" de PECHINEY racheté depuis par le groupe ALCAN sur le site de ROBIN DES BOIS , et qui parle des souvenirs laissés par le groupe en HAUTE SAVOIE :

link
http://www.robindesbois.org/dossiers/pechiney1003.pdf

Même si l'Air des Pays de Savoie ne le cite pas, il insiste lourdement sur les responsabilités des industriels à développer les meilleures technlogies possibles.

L'air est pollué dans nos fonds de vallée par les HAP; l'eau du FIER est polluée par les PCB à tel point que le Préfet en interdit la consommation des poissons. On ignore si il s'agit d'une pollution chronique de nature atmosphérique comme pour le lac d'ANNECY ou si des rejets industriels actuels ou passés sont en cause.

Voilà où nous a conduit l'aveuglement des décideurs et il est loin d'être acquis qu'ils aient ouvert les yeux lorsque l'on voit le sort réservé par l'UMP aux acquis du Grenelle de l'environnement.



commentaires

La Fédération de pêche réagit à l'interdiction sur le FIER

Publié le 25 Février 2010 par Thierry BILLET dans Environnement


La fédération de pêche vient de m'adresser une "newsletter" sur l'interdiction de consommation des espèces pêchées sur le Fier, d’Annecy (seuil Cléchet) au Rhône (barrage de Motz).

Je vous livre son contenu :

Les instances de la pêche en ont été informées lundi par la DDASS de Haute-Savoie ; la presse a également été informée par communiqué et a immédiatement relayé l’information.

Cet arrêté découle d’analyses d’échantillons prélevés en 2007 et 2009, dans le cadre du plan national de lutte contre la pollution des eaux par les PCB et les dioxines. Ces analyses ont mis en évidence que la chair de certaines espèces de poissons présente des taux de PCB supérieurs à la norme maximale admissible, fixée par l’AFSSA, pour la consommation humaine et animale : 8 pg/g de poids frais. 

En 2007, 11 poissons ont été prélevés sur le Fier à Poisy (secteur Chavaroche) ;
En 2009, 10 poissons ont été prélevés sur le Fier à Vallières

Sont concernés, la partie aval du Fier ainsi que tous ses affluents, de leur confluence au premier obstacle infranchissable présent sur leur cours. Sur ce tronçon, la consommation humaine et animale, la commercialisation et la cession à titre gracieux des espèces suivantes sont interdites : anguille, barbeau, carpe, vairon, blageon, silure, brème, truite, chevesne.
La pêche de loisir sans consommation de poisson reste cependant autorisée.

Voilà pour le résumé de l’arrêté.

La Fédération de pêche souhaite faire entendre son point de vue sur cette interdiction.
Elle s’étonne que l’arrêté soit pris seulement aujourd’hui, et qu’elle n’ait pas été informée des premiers résultats connus, alors que les analyses ont été faites il y a près d’un an : sur une carte émise lors du dernier comité de suivi PCB (30/04/2009) figurait un graphique présentant le pourcentage de poissons contaminés sur le Fier à Poisy. Les instances de la pêche n’ont jamais été informées de la nature des poissons concernés, ni sur les taux retrouvés dans leur chair. Elle s’étonne aussi que le principe de précaution ne soit appliqué qu’un an après.

La Fédération regrette également  que les pêcheurs, pourtant les premiers concernés, n’aient pas été mis au courant avant la signature de cet arrêté, et s’étonne de n’avoir reçu que le 22 février l’arrêté signé le 19.

Si l’interdiction de consommation, dans la mesure des éléments connus, est une évidence, elle ne doit pas être une fin en soi : des analyses complémentaires sont maintenant indispensables, tant en ce qui concerne le risque sanitaire que le problème environnemental posé par la contamination par les polychlorobiphényles.

Enfin, nous vous informons également que des analyses complémentaires menées dans les Usses, la Dranse d’Abondance et l’Arve n’ont pas montré de contamination aux PCB.

Tous les résultats d’analyses sont consultables sur : 
http://www.rhone-mediterranee.eaufrance.fr/usages-et-pressions/pollution_PC/basepcb/index.php

Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de l’avancement de cette affaire, en espérant une issue favorable. Pour toute question supplémentaire, n’hésitez pas à nous contacter sur : info@pechehautesavoie.com.

Les relations entre l'Etat et la société civile demeurent donc archaïques : on ne prévient pas les pêcheurs avant de publier un communiqué de presse qui les concerne au premier chef et qui va percuter durement l'avenir des associations de pêche qui vont voir fuir probablement une partie de leurs adhérents.
On ne les rencontre pas auparavant pour discuter du protocole de prélévement, des analyses complémentaires à réaliser, et préparer ainsi une sortie de crise alors que les pêcheurs peuvent être légitimement inquiets pour leur santé puisque ces produits sont cancérigènes et qu'ils consomment leur poisson.
On aurait pu envisager un suivi de l'imprégnation d'une cohorte représentative de pêcheurs volontaires pour les rassurer ou leur donner des conseils.
On a le sentiment de décisions prises in extremis, quand le couvercle ne peut plus être conservé sur les données dont on dispose, sans préparation, sans stratégie et sans prévenance.
Après l'interdiction de la consommation des poissons du lac fondée sur un poisson particulièrement gras et non représentatif annoncée elle-aussi tout à trac, on recommence avec le FIER.

 
commentaires

Le FIER pollué aux PCB et aux dioxines, interdit de pêche !

Publié le 24 Février 2010 par Thierry BILLET dans Environnement


La lecture du Dauphiné libéré ce matin laisse le lecteur stupéfait :


Le communiqué de presse relatif aux "PCB et poissons d'eau douce des rivières de Haute-Savoie", qui est tombé hier en fin d'après-midi, a aussitôt fait l'objet de remous dans le milieu halieutique. Il faut dire qu'il est sans concession pour les anguilles, carpes, vairons, blageons, silures, brèmes, truites et chevesnes pêchés dans le Fier et ses affluents. En effet, il interdit, par arrêté préfectoral, « la consommation, la commercialisation ou la cession à titre gracieux des espèces citées ». La pêche de loisirs reste, pour sa part, autorisée sur cette portion de rivière... mais évidemment sans consommation. Cette interdiction fait suite aux « recommandations de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) exprimées dans son avis du 13 mai 2009 relatif à la gestion du risque sanitaire ». Et qui base ses avis sur « les résultats des analyses récentes qui montrent que certaines espèces de poissons prélevées dans les eaux du Fier présentent un taux de contamination en PCB et dioxines supérieur aux teneurs maximales admissibles définies par les textes réglementaires (8 picogrammes par gramme) ».

Cette interdiction ne sera levée, précise le préfet, que si des analyses complémentaires lui apportent la preuve de l'absence de risque pour la santé publique.

« Dès mon arrivée (en septembre dernier, NDLR), j'avais entendu dire qu'il y avait des PCB dans les eaux des lacs d'Annecy et du Léman » rapporte Jean-Luc Videlaine, comme surpris par les vagues suscitées par l'arrêté préfectoral.

« On savait aussi qu'il n'y avait pas de cause unique, qu'il ne s'agissait pas d'une pollution ponctuelle. » D'où l'élargissement du champ d'investigation sur plusieurs rivières du département, en 2008 et 2009, destiné à établir le taux d'imprégnation en PCB et dioxines de la chair de plusieurs espèces de poissons. « La situation n'est pas apocalyptique. Il s'agit d'une mesure modérée de bon sens, un mode de signalement aux pêcheurs dans le cadre de la santé publique » termine le préfet.

 

Bien entendu, ce n'est pas "apocalyptique", mais quand même : le bassin versant du FIER interdit de pêche comme l'a été le RHONE, dans un département comme la HAUTE SAVOIE qui utilise son image de marque environnementale dans le cadre d'une industrie touristique, voilà qui est d'une particulière gravité. Elle dénote une dégradation massive des eaux de surface dans notre département qui avait déjà été pointée en 2007 lorsque j'avais publié les résultats des études sur les différents cours d'eau sur mon site de campagne des législatives et rappelle l'urgence de la mise en oeuvre du contrat de rivière FIER qui devait débuter maintenant. Elle démontre aussi l'absence de vision anticipatrice de l'Etat depuis tant et tant d'années sur ces questions des polluants organiques persistants (POP) alors que nous dénoncions le "tout incinération" et l'utilisation abusive de la chimie du chlore.


Après tant d'années de laxisme qui continuent aujourd'hui comme le prouve l'absence de remise en état de la décharge du RAFFARAY à SEYSSEL malgré des alertes récurrentes des Amis de la Terre et une procédure devant le Tribunal administratif de GRENOBLE, tout à coup, l'Etat interdit la consommation de tous les poissons du bassin versant par un communiqué de presse laconique.

 

Regardez cette courte vidéo sur la décharge abandonnée du RAFFARAY à quelques centaines de mètres du RHONE : combien d'autres décharges abandonnées en HAUTE SAVOIE non répertoriées par l'Etat ? En haut à gauche de la page d'accueil du blog, cliquez sur RAFFARAY dans les liens offerts. Impardonnable laxisme des responsables d'hier et d'aujourd'hui qui ne veulent pas réhabiliter cette décharge en plein ciel et en pleines eaux depuis des années !

 

On pourrait se féliciter de cette soudaine prise en compte du problème si elle s'accompagnait d'une démarche cohérente de contrôle des installations classées pour la protection de l'environnement alors que les moyens de la DRIRE -devenue DREAL- sont sans commune mesure avec la tâche à accomplir et que l'on a habituée à ne pas trop ouvrir les yeux comme l'a montrée hier l'affaire de l'incinérateur de GILLY SUR ISERE, celui de CLUNY et combien d'autres en FRANCE ? 

 

On prend donc des mesures d'interdiction sans stratégie de prévention. Une cautère sur une jambe de bois en quelque sorte.

commentaires

Campagne zéro

Publié le 22 Février 2010 par Thierry BILLET


Présentation du comité de soutien à la liste EUROPE ECOLOGIE pour les Régionales ce soir à ANNECY que je co-préside avec Jean Pierre COURTIN, ancien président de MOUNTAIN WILDERNESS : aucun journaliste n'est présent.

La raison me semble simple : aucun parti ne fait campagne pour les Régionales : si les journaux parlent de nos multiples initiatives comment vont-ils équilibrer les temps de parole ? alors que les autres ne font rien...

Mme GROSSETETE vient tater le cul d'une vache au Grand Bo et se faire photographier dans la neige à LA CLUSAZ; le MODEM vient juste de boucler sa liste et il ne dépensera pas de sous pour la campagne car il n'est pas sûr d'être remboursé; le PS n'a prévu aucun grand meeting à ANNECY...

Alors que nous battons la campagne depuis déjà des semaines, les autres font du surplace.

Le 25 février à 20 heures à la salle des CLARISSES à ANNECY, venez débattre de la politique des déchets avec Henri DUPASSIEUX, maire adjoint à l'environnement à CHAMBERY et vice président de CHAMBERY METROPOLE et moi-même. Nous vivons dans une surcapacité d'incinération : quelles sont les alternatives ? comment sortir de cette impasse financière et écologique ?

Le 5 mars à 20 heures salle des mariages à la Mairie de THONES, sur l'économie du tourisme et la nature, une autre réunion décentralisée d'EUROPE ECOLOGIE avec Daniel DEBIOLLES, ancien directeur de SAVOIE TOURISME et Alain BOULOGNE, ancien maire des GETS...

Et heureusement, tout ceci ne nous laisse pas tristes : jugez en plutôt


commentaires

Jean Claude KILLY tacle Jean Luc RIGAUT

Publié le 19 Février 2010 par Thierry BILLET


Après avoir soutenu avec le succès que l'on sait la candidature du très sarkozyen maire de NICE et ministre Christian ESTROSI comme ville pré requérante aux JO 2018, Jean-Claude KILLY vient donner des leçons à la candidature française.

Dans le JDD, Jean Claude KILLY remet le couvert à propos de la candidature d'ANNECY en 2018.

Annecy est l’un des trois candidats aux JO d’hiver de 2018. La flamme olympique reviendra-t-elle en France, 26 ans après les Jeux d’Albertville?

Annecy a longtemps adopté une attitude beaucoup trop politique, au détriment du sportif, qui ne pouvait pas conduire à la victoire. Un peu comme Paris pour 2012. Pourquoi avoir commis la même erreur? Interrogez le maire d’Annecy! J’ai mis dix mois à me faire entendre. Sarkozy a sifflé la fin de la rigolade le 7 décembre, et Edgar Grospiron a été nommé la semaine dernière à la tête du directoire de surveillance. Un champion olympique, de ski de bosses à Albertville. Un homme extrêmement talentueux qui n’a pas peur de rien. Avec lui, tous les espoirs sont désormais permis.

Propos troublants puisque justement Jean-Luc RIGAUT a toujours affirmé que ces Jeux devaient être portés par les sportifs et c'était le sens de la présidence confiée à Antoine DENERIAZ et de la place très large accordée au Comité national olympique dans le pilotage du dossier.

D'où M. KILLY tient il ses informations ? Pourquoi une telle vindicte personnelle à l'égard du Maire d'ANNECY ?

En tous cas, il semble qu'entre M. KILLY et l'omniprésident, tout aille pour le mieux puisque c'est ce dernier qui "siffle la fin de la récré" après avoir été alerté par l'extraordinaire champion que fut Jean-Claude KILLY, responsable au CIO des Jeux de SOTCHI, dont il reconnaît qu'ils ont été décidés pour des raisons purement politiques à la RUSSIE.

Comment les autres membres du CIO peuvent ils interpréter de telles prises de position à répétition d'un membre français de leur organisation contre la candidature de son propre pays ? En temps de guerre, M. KILLY serait poursuivi pour haute trahison. Mais nous ne sommes qu'en politique et cela s'appelle la "chasse aux centristes". C'est devenu un sport bien prisé.
commentaires

Débat interne au Parti socialiste

Publié le 17 Février 2010 par Thierry BILLET dans Politique locale


La publication d'un texte signé par les candidats socialistes qui ont refusé de siéger dans la même liste que M. PERISSIN FABERT et de militants qui le soutiennent dont Annie LAFFIN, de SALLANCHES dont chacun connaît l'engagement et Guillaume MATHELIER, le jeune maire d'AMBILLY, qui a conduit un combat déterminé, avec sa mère Elisabeth BAILLY , militante de longue date de l'écologie politique dans le département, pour sortir cette commune de l'influence néfaste de son potentat de maire UMP est un événement politique que l'on ne saurait minimiser.

J'ai vu passer une invitation du Front de gauche à ces militants les invitant à les rejoindre, invitation rejetée par Denis DUPERTHUIT avec vigueur : On peut ne pas être d'accord avec un choix tactique de son parti et ne pas voler au secours des communistes.

Ce texte insiste sur l'ancrage à gauche du parti et sur la nécessité de rassembler sur ses propres valeurs. Au-delà des déclarations de principe, il est aussi l'expression des désaccords locaux profonds au sein de la majorité  "royaliste" de la fédération de la HAUTE SAVOIE depuis plusieurs années et d'une césure entre les jeunes militants et les plus anciens.

Dans un genre plus amusant, le ralliement in extremis de Christian CURDY, des verts d'ANNEMASSE à la liste du MODEM après que sa candidature n'ait pas été retenue par EUROPE ECOLOGIE au bénéfice d'Anne LIBERSA, maire adjoint à ANNEMASSE laisse l'observateur dubitatif : ni Christian militant de longue date des Verts et campant sur des positions d'extrême gauche en interne, ni le MODEM n'ont la moindre chance que ce ralliement individuel fasse changer les électeurs de point de vue, tant ces mariages de la carpe et du lapin sont contre productifs sur le plan politique. Pour créer une dynamique unitaire, il faut d'abord un programme et ensuite une alliance politique COLLECTIVE, ce que la majorité municipale d'ANNECY a par exemple créé en 2008. Au contraire, les ralliements individuels ne servent qu'à déqualifier la chose politique en renforçant l'idée que les candidats ne cherchent que leur intérêt personnel. M. PERISSIN FABERT et l'ami Christian CURDY participent de la même problématique négative : ils accréditent les ragots selon lesquels les militants ne cherchent qu'à se placer sur le plan personnel en dehors de toute sincérité dans leurs engagements. C'est dommage, et il reste à souhaiter que ni l'un ni l'autre ne soit élu.

commentaires

Martial SADDIER exaspéré

Publié le 15 Février 2010 par Thierry BILLET dans Politique locale

Les élections régionales sont décidément surprenantes en HAUTE SAVOIE.


Après que M. PERISSIN FABERT eût rejoint la liste du Parti Socialiste alors qu'il était jusque la veille président du Parti Radical en HAUTE SAVOIE et donc allié intime de l'UMP, puis que Jean-Luc RIGAUT eut annoncé qu'il ne ferait pas la campagne de l'UMP, on trouvait la liste de Jean-Claude CARLE limitée à la seule UMP sans ses alliés nationaux.


Voilà que Martial SADDIER s'en mêle et, en sa qualité de député-maire UMP de BONNEVILLE, rend public son courroux face aux diktats du « lider maximo » d'ANNECY LE VIEUX qui a concocté seul la liste haut savoyarde y plaçant ses copains-copines dans sa stratégie personnelle.


C'est donc la seule liste de l'UMP d'ANNECY LE VIEUX qui se présente dans notre département.


On m'a rapporté que M. SADDIER appelait discrètement à voter EUROPE ECOLOGIE pour se venger de ces pratiques dictatoriales. Je n'ose pas y croire.


Par contre, j'ai vu que la liste socialiste aux Régionales avait retiré le sigle du PS de ses documents électoraux. J'avoue ne pas comprendre ce genre de décision. Jean Jack QUEYRANNE pense t'il attirer de la sorte quelque électeur du MODEM ou du Parti Radical que le logo du PS effraierait ? Au premier tour, on mobilise son camp et on affiche ses valeurs. Au second tour on passe les alliances et on met en place le contrat de gestion majoritaire. Il paraît que c'est MITTERRAND qui disait cela. En tous cas, c'est le B-A-BA de la politique. Inutile de mettre son drapeau dans sa poche, cela irrite les militants et les électeurs de toujours et cela apparaît comme une magouille pour les électeurs de l'adversaire. JOSPIN a voulu nous faire ce coup-là aux présidentielles de 2002 : il y avait alors le programme du PS et il y avait le sien. On a vu ce à quoi ce genre de discours conduisait... Parce qu'EUROPE ECOLOGIE veut une alliance majoritaire claire avec le PS, j'apprécie moyennement ce genre de positionnement politique.

commentaires
1 2 3 > >>