Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Maire adjoint au développement durable et à la Ville du futur d'ANNECY

Menace sur l'IVG

Publié le 29 Août 2008 par Thierry BILLET dans C'est personnel


FILLON & SARKOZY se plaisent à répéter que la Droite a gagné la bataille idéologique sur la gauche et que leur gouvernement prouve chaque jour que cette victoire est éclatante.

La question de l'avortement est de celle qui divise profondément la droite et la gauche.

Insidieusement, la question du statut juridique du foetus qui est un cheval de TROIE des commandos anti IVG et des associations catholiques conservatrices cornaquées par la Ministre Christine BOUTIN fait partie de ces combats pas encore gagnés par la droite.

Mais SARKOZY s'y emploie avec la possible inscription sur les régistres d'état civil d'un foetus né sans vie. On voit bien que cela pose le problème du statut juridique de l'embryon et que si l'embryon est un être humain, l'avortement est un crime... 

Ce gouvernement enfonce donc un coin dans un consensus social fort dans notre pays et donne des gages à la  frange ultra religieuse et conservatrice.

Je partage entièrement les craintes de Mme FLIS-TREVES dans un entretien à LIBERATION.

Muriel Flis-Trèves est psychiatre et psychanalyste attachée à l’hôpital Antoine-Béclère à Clamart (Hauts-de-Seine) dans le service du professeur René Frydman. Ce gynécologue obstétricien a été l’un des pionniers de la médecine de la reproduction en France et a permis la naissance du premier bébé-éprouvette en 1982. Muriel Flis-Trèves est notamment l’auteur de Bébé attitude (ed. Plon, 2001) et le Deuil de maternité (Calmann-Lévy, 2004).
   

Le décret représente-t-il pour vous une avancée ?

Auparavant, un seuil de 22 semaines d’aménorrhée [absence de règles, ndlr] était fixé pour l’inscription sur le registre d’état civil, jusqu’à ce que la Cour de cassation, en février, décide qu’un fœtus né sans vie peut être déclaré à l’état civil, quel que soit son niveau de développement. Dorénavant, aucun seuil n’est fixé par le décret. Je suis très étonnée de cette absence de précision, et surtout, inquiète des conséquences qui vont en résulter. On entretient ainsi le trouble sur le statut de l’embryon, et c’est une porte ouverte à une polémique entre les personnes qui sont contre l’avortement et celles qui sont pour. La date limite de l’IVG étant de 14 semaines d’aménorrhée, il va y avoir une réelle confusion qui risque d’apporter de l’eau au moulin des anti-IVG. A la rigueur, ce seuil aurait pu être envisagé par le décret.


Les familles que vous suivez ont-elles besoin de cette reconnaissance ?

En consultation, je reçois de nombreuses femmes, et la majorité d’entre elles ne désirent pas inscrire leur enfant mort-né sur le registre d’état civil. Elles ne sont pas dans cette demande, car nous avons mis en place un accompagnement très personnalisé et préventif. Chacun fait son deuil à sa façon, mais je constate que, lorsque ces femmes sont bien suivies et écoutées, elles ne manifestent pas forcément le besoin d’une reconnaissance légale. Même si je comprends très bien la douleur provoquée par la perte d’un fœtus, je répète qu’il ne faut pas que l’inscription soit autorisée avant la date butoir de l’IVG. Par ailleurs, le décret paru vendredi au Journal officiel entretient une confusion regrettable entre accouchement et fausse couche précoce.
commentaires

Lectures...

Publié le 27 Août 2008 par Thierry BILLET dans C'est personnel


Profiter des vacances pour lire un peu plus que d'habitude et vous conseiller quelques lectures qui m'ont plu ou ému.

Et d'abord "LES ANNEES" d'Annie ERNAUX que j'ai adoré : le contrepoint entre la vie personnelle de l'auteure et la vie sociale et politique en FRANCE depuis sa naissance jusque maintenant.

Ensuite une déception avec le libre de Philippe BAUCHAU (94 ans !) et Livre INTER 2008 avec "LE BOULEVARD PERIPHERIQUE" chez ACTES SUD. Il faut dire que j'avais peut être trop aimé "L'ENFANT BLEU" que je vous recommande. Le libraire de HAUTERIVE m'a conseillé "LE REGIMENT NOIR" qu'il considère comme le chef d'oeuvre de BAUCHAU.

Plus original, "LE CANTIQUE DE l'APOCALYPSE JOYEUSE" de Arto PAASILINNA, une fresque naturaliste en pleine apocalypse nucléaire. Frais et décalé pour se dire que le pire n'est jamais sûr.

Plus sérieux "LE TRAVAIL INTENABLE" de Laurence THERY avec les équipes syndicales de la CFDT sur l'intensification du travail. Ce livre de terrain m'a rappelé le travail que nous avions fait dans les années 80 avec l'association VILLERME pour décrire ce que nous constations dans les entreprises françaises de notre poste d'observation d'inspecteurs du travail. La CFDT illustre là de manière pertinente la réalité de l'intensification du travail liée à la réduction du temps de travail, mais aussi aux exigences de rentabilité de court terme imposées par les fonds de pension.

Pour finir, vous signaler la revue "XXI", un trimestriel vendu en librairie et qui est vraiment remarquable. La livraison de ce trimestre consacre un dossier aux Religions. A signaler l'article sur les "créationnistes" américains pour lesquels le monde a été réellement construit par Dieu en 6 jours il y a 6.000 ans, et celui sur les douze Franciscains de TOULOUSE qui forment un "cercle de silence" sur la place du CAPITOLE un mardi par mois pendant une heure pour protester contre le sort fait aux étrangers maintenus au centre de rétention de cette ville.

Bien entendu, tous ces livres s'achètent à la LIBRAIRIE IMAGINAIRE, rue de la Poste, à ANNECY.
commentaires

EUROPEENNES 2009 : pour une liste unitaire des écolos

Publié le 25 Août 2008 par Thierry BILLET dans C'est personnel


La perspective d'une liste commune des écologistes de Nicolas HULOT à José BOVE semble en bonne voie pour les EUROPEENNES de 2009.

Comme le plaide utilement Alain LIPIETZ, d'ici 2015, pour le climat c'est fichu : les carottes sont cuites avec l'effet d'inertie des tonnes de carbone déjà en train de se transformer dans l'atmosphère. La température moyenne du globe va augmenter de 2° a minima quoi qu'on fasse.

L'enjeu c'est 2050 : soit on change nos politique énergétiques d'ici 2015 d'une manière RADICALE, soit on va vers une situation totalement non maîtrisable de l'ordre d'une augmentation de 6° et alors les phénomènes d'accélération et d'accumulation des conséquences environnementales du réchauffement climatique sont imprévisibles. La population du BENGLADESH cherchera refuge en INDE, puissance nucléaire... On devine la suite.

Bien entendu on peut, comme on le fait depuis trente ans, accuser les écologistes de n'être que des CASSANDRE casse pieds et attendre de voir.

On peut aussi se dire qu'il faut changer radicalement les politiques publiques d'ici 2015 et que l'échelon européen est le plus pertinent; d'où la nécessité d'un groupe écologiste fort au PARLEMENT EUROPEEN.

Et alors une liste d'union écologiste est nécessaire sous la houlette de Dany COHN BENDIT.

Le mode de scrution ridiculement régionalisé en "grandes régions" pour favoriser les grands partis n'arrange pas les affaires des écologistes puisqu'il faut encore plus de voix que sur un scrutin national de liste pour avoir des élus.

C'est une raison tactique de plus de construire une grande liste unitaire dont les VERTS ne peuvent être que l'un des maillons tant leur image de marque est écornée par leurs déchirements internes et leur manque de lisibilité politique.

C'est à un grand rassemblement qu'il nous faut oeuvrer : l'urgence écologique l'exige.

Dany COHN BENDIT est capable de synthétiser cet espoir comme il l'a déjà fait en 2001.

J'ai gardé le souvenir vivace de notre campagne à CHAMONIX contre la réouverture du tunnel du MONT BLANC aux camions et de la réunion publique de SEVRIER où nous fûmes plusieurs centaines à l'accueillir. Jamais les VERTS ne furent plus nombreux en HAUTE SAVOIE et en FRANCE. Depuis, les errements gauchistes ont repris le dessus.

Il est temps de remettre l'écologie au centre du débat politique national pour les EUROPEENNES.


commentaires

COHN BENDIT aux Europénnées !

Publié le 25 Août 2008 par Thierry BILLET dans C'est personnel


Je soutiens sans réserve depuis des années, la tentative de rénovation des VERTS proposée par Dany COHN BENDIT : l'idée qu'il conduise la liste écologiste aux EUROPEENNES de 2009 fait son chemin.
Même chez les VERTS, le pire n'est jamais sûr.
Voici ce qu'en dit la presse.


A Toulouse, les Verts se font de nouveaux amis

«Qu’est-ce qu’on est cons, pourquoi on l’a pas fait plus tôt ?» a soupiré José Bové. Samedi, Dany Cohn-Bendit a réussi son pari aux journées d’été des Verts, à Toulouse : lancer la dynamique de rassemblement de «la galaxie écologiste» pour les européennes de juin 2009. «Il faut faire un rêve. Si nous montrons que nous pouvons surmonter nos sectarismes, on peut faire plus de 10 %, je vous le dis, ce sera bandant», avait lancé l’ancien leader de Mai 68, vendredi soir, à un millier de militants en surchauffe.

«Tchoc». Après deux débats publics devant des amphithéâtres bondés et de multiples rencontres dans les cafés de la ville rose, un «socle commun» a été trouvé entre les tribus écologistes. Bové, l’altermondialiste faucheur d’OGM, le voit dans «la remise en cause du modèle libéral productiviste». «L’écologie est incompatible avec le libéralisme de droite et le libéralisme de gauche», a précisé Cohn-Bendit en direction des associatifs qui prônent un rassemblement «ni de droite, ni de gauche, ni du centre, mais écolo». Et puis samedi soir, Cécile Duflot, la secrétaire nationale des Verts, a pu conclure, sans se faire huer par ses fidèles : «Les Verts sont d’accord pour participer à ce rassemblement et ne pas dire qu’ils en sont les chefs. J’ai la quasi-certitude que notre conseil national l’approuvera mi-septembre !» «C’est la phrase-clé. On n’en espérait pas tant, ce n’était pas acquis», se félicite Jean-Paul Besset, proche de Nicolas Hulot. «C’est le moment de la cristallisation. Tchoc ! le truc a pris. Dany a servi de catalyseur,on sera la seule offre politique nouvelle.» renchérit le député François De Rugy,

La dramaturgie de ces journées était parfaitement réglée, avec apparition en deus ex machina de Nicolas Hulot. L’inventeur du Pacte écologique, qui a refusé de venir en personne, s’est fendu d’une vidéo diffusée sur écran géant. Flairant le ridicule du dispositif, Cohn-Bendit quitte la tribune et vient s’asseoir dans la salle. Qui écoute religieusement l’oracle. «Soutenir par un geste, une présence, une complicité, pourquoi pas», déclare Hulot. Avant de plaider le renforcement de l’écologie politique au niveau européen. «C’est évident qu’il y viendra d’une manière ou d’une autre», confie Cohn-Bendit.

«Banco». Gage d’un début d’aventure réussi, les anciens désaccords n’ont pas été passés sous silence. Quand Bové l’ex-noniste dénonce une Constitution européenne élaborée par des «chefs d’Etats et des technocrates», et demande que les députés élus en 2009 forment une assemblée constituante, Cohn-Bendit répond «banco» , mais précise que les chefs d’Etat sont démocratiquement élus et rappelle l’idéal de paix de l’UE. «On a eu des divergences, si, si. C’est important de l’assumer sans dire que son plus proche compagnon de route est forcément un salaud.» Et l’eurodéputé de laisser ce type de pratique à la «quatrième internationale socialiste» d’Olivier Besancenot. A Toulouse, la campagne a déjà commencé.

Ouest-France lundi 25 août 2008

Le rassemblement des Verts n'est plus un rêve

AFPLes écologistes réunis, José Bové, Daniel Cohn-Bendit, Cécile Duflot et Jean-Paul Besset, samedi, lors de la clôture de l'université d'été des Verts. : AFP

Ils ont lancé, ce week-end, un rapprochement entre les divers mouvements écologistes. En perspective, les élections européennes de 2009.

Depuis quelques mois, Daniel Cohn-Bendit est à la manoeuvre pour fédérer la « galaxie écologiste » française dans une liste ouverte aux élections européennes de mars 2009. L'objectif : tenter de survivre à la débâcle de l'élection présidentielle de 2007. Plus d'un millier de personnes sont venues l'écouter, samedi, lors des Journées d'été des Verts. « Il faut avoir un rêve. On peut faire 10-15-20 % aux élections européennes. Nous pouvons dépasser ce qui nous a séparés », a plaidé l'eurodéputé, qui conditionne son retour dans le bain de la politique française à la réussite de ce mouvement.

En grand ordonnateur de l'écologie, le député européen est parvenu, ce week-end, à convaincre ses amis Verts que son initiative ne serait pas une liste contre eux. Dominique Voynet, sénatrice de Seine-Saint-Denis, et Cécile Duflot, secrétaire nationale, ont dépassé leurs réticences à voir d'autres personnes représenter l'écologie à une élection. « Nous ne mettrons pas de préalable, ni d'oukase », a concédé Cécile Duflot.

Accueillir des personnalités de droite ?

La composition de la liste et son profil font encore largement débat. Ce rassemblement doit-il être anglé à gauche, comme le réclame Noël Mamère, ou garder des contours plus flous pour accueillir des personnalités de droite, comme le souhaite Jean-Paul Besset, bras droit de Nicolas Hulot ? Quelle sera la part de Verts dans ce nouveau mouvement ?

Côté figures de l'écologie, Corinne Lepage s'est dite prête pour le ralliement, mais préfère rester au MoDem. José Bové a aussi donné sa bénédiction, samedi, au projet de Cohn-Bendit. Pour le leader altermondialiste, tous les écologistes, de lui-même à Nicolas Hulot, partagent le même « socle » et veulent « remettre en cause le modèle libéral, productiviste et le système croissance ». Orphelin depuis l'échec de sa candidature à l'élection présidentielle, le militant anti-OGM a envie de sortir de son isolement.

Un problème se pose néanmoins : comment combiner l'euro-enthousiaste Daniel Cohn-Bendit et l'eurosceptique José Bové ? La réponse est éludée, l'heure est pour l'instant au rassemblement. « Oui, nous avons pu avoir des divergences, reconnaît Bové du bout des lèvres, avant d'ajouter,  mais il faut aller de l'avant. »

« Les Verts sont d'accord pour participer à ce rassemblement », a conclu, samedi soir, Cécile Duflot. L'ultime décision est fixée aux 13 et 14 septembre, journées durant lesquelles la « galaxie écologiste » sera soumise, pour la forme, au Parlement des Verts.

 

Bové, Cohn-Bendit, Hulot : un compromis est possible

A Toulouse, la famille écolo se prend à rêver à une possible union pour les européenMême si José Bové dicte encore des conditions, l'idée chère à Cohn-Bendit d'un rassemblement de tous les écolos est passée hier à Toulouse du souhaitable au possible. Photo DDD, D. P

Pressés d'abandonner leurs naturelles « tendances au groupuscule » par un Daniel Cohn-Bendit qui menaçait de « repartir en Allemagne si ça ne marche pas », les Verts avaient entamé leurs Journées d'été de Toulouse, jeudi, en estimant que le rassemblement de toute la galaxie écologiste était souhaitable.

En se quittant hier soir, après avoir écouté « les autres », ils ont entrevu que ce pari, fait sur les élections européennes de juin prochain, entrait « tout compte fait » dans le domaine du possible.

Résultat, tout au long de cette séance de clôture, c'est sur tous les modes, et à tous les temps, que l'on a décliné le terme de « compromis ». José Bové, pourtant peu familier de ce type de vocabulaire, a même parlé de « la beauté du compromis », chère à Gandhi.

C'est que, comme les 2 000 Verts réunis dans le grand amphi de l'université de sciences sociales, il venait d'entendre le message envoyé par Nicolas Hulot, l'écolo réputé le plus « difficile à accepter » par des Verts majoritairement acquis à la gauche. Un message dans lequel les mots de « nécessaire partage » et surtout « d'obligation de régulation », ont flatté l'oreille d'un public résolument acquis aux thèses antilibérales.

Certes, Nicolas Hulot précise bien, à la fin de son intervention audiovisuelle qu'« appeler à voter » n'est pas encore à son ordre du jour. Mais José Bové est contraint d'en convenir : « Nicolas se rapproche ». Ce qui n'empêche pas le prudent leader paysan de dicter ce qui, sous des couverts de précisions, ressemble bien à des conditions apportées à sa propre adhésion au « compromis ». Et ainsi d'adjoindre à la préoccupation purement écologique, celle d'une « Europe réellement démocratique », et celle aussi du social, avec une attention particulière aux « Sans papiers et aux précaires ». Un autre ajout viendra de Corse avec le propos de François Alfonsi, insistant l'attention à apporter à « la diversité culturelle ». Et il reviendra à Daniel Cohn-Bendit, de réunir toutes ces aspirations. Après avoir tenté de les faire passer au crible de deux principes : « celui de précaution et surtout celui de réalité ». Reste maintenant à passer au plus dur : les modalités du compromis. Le Conseil national des Verts se réunit dans 15 jours pour décider.

commentaires

André GORZ, ECOLOGICA...

Publié le 24 Août 2008 par Thierry BILLET dans Environnement


André GORZ s'est suicidé il y a quelques mois, défiant ainsi les perspectives d'une sénilité qu'il n'aurait pas supportée.

Il a contribué largement à la progression de la pensée écologiste en FRANCE depuis les années 70 sous le pseudonyme de MICHEL BOSQUET au NOUVEL OBSERVATEUR.

Sa "lettre à D" est un hymne amoureux qui ne souffre pas beaucoup de comparaison.

Mais je voulais ce soir vous signaler la parution d'un recueil d'articles posthumes sous le titre "ECOLOGICA" aux éditions GALILEE.

Les textes de dates quelquefois anciennes sont d'une actualité brûlante.

Je n'en cite qu'un court extrait :

"L'écologie n'a toute sa charge critique et éthique que si les dévastations de la Terre, la destruction des bases naturelles de la vie sont comprises comme les conséquences d'un mode de production; et que ce mode de production exige la maximisation des rendements et recourt à des technologies qui violent les équilibres biologiques. Je tiens donc que la critique des techniques dans lesquelles la domination sur les hommes et sur la nature s'incarne est une des dimensions essentielles d'une éthique de la libération".

Il rappelle l'oeuvre d'Ivan ILLICH dans les années 70 que ni la gauche ni la droite n'ont voulu entendre, embarqués corps et âme dans le productivisme libéral ou celui du "programme commun de gouvernement".

Cette critique sonne d'autant plus juste que si les décideurs avaient pris en compte ces problématiques au bon moment, nous ne serions pas aujourd'hui au coeur d'une interrogation majeure sur la survie de l'humanité sur la planète.

ILLICH qui nous demandait de nous interroger non seulement sur les objectifs politiques mais aussi sur les outils pour y parvenir : dis moi la technologie que tu utilises, je te dirai quelle société tu auras.

Entre le solaire et le nucléaire, il n'y a pas qu'un choix technique.

 Il y a le choix entre une énergie centralisée, contrôlée par une direction secrète, menacée par la transparence et une énergie décentralisée, modulable, qui développe l'autonomie et la convivialité.

Achetez vite ECOLOGICA !
commentaires

Contre sommet Politique agricole commune

Publié le 23 Août 2008 par Thierry BILLET dans Environnement


Un contre sommet associatif aura lieu à ANNECY les 20 & 21 septembre à l'occasion de la réunion des ministres de l'agriculture de l'Union Européenne sur la politique agricole commune.

Les critiques contre la PAC sont maintenant bien connues, notamment de ses conséquences négatives sur les agricultures des pays du SUD : nous subventionnons nos productions agricoles qui viennent concurrencer les agricultures vivrères locales et pousser les agriculteurs de ces pays dans les bidonvilles des grandes mégalopoles ou dans des cultures spéculatives à forte concentration de pesticides et autres produits phytosanitaires.

En EUROPE, et particulièrement en FRANCE, la PAC bénéficie aux gros céréaliers et marginalise l'agriculture biologique et les productions de qualité, tandis que la pantalonnade de la loi sur les OGM est la porte ouverte à MONSANTO auquel on doit notamment le développement des PCB...

Bref, ce contre sommet est particulièrement utile et sera un moment de débats et de forums sur les alternatives que souhaitent les écologistes.

Des milliers de participants sont attendus.

Si vous disposez de possibilités d'hébergement, merci de contacter les AMIS DE LA TERRE  à l'adresse suivante :

contact@amisdelaterre74.org

commentaires

Réchauffement climatique & trombes d'eau...

Publié le 16 Août 2008 par Thierry BILLET dans Environnement


Un peu difficile de "croire" au réchauffement climatique en ce moment...

La sensation immédiate et locale est trompeuse pour ressentir un phénomène planétaire et  complexe qui génère des conséquences contradictoires... comme la pluie.

Et pourtant !

Des climatologues américains et britanniques ont confirmé le lien entre le réchauffement climatique et l'accroissement des très fortes précipitations en comparant modèles informatiques et observations par satellite, selon une étude publiée par la revue Science.

L'amplification des pluies d'une intensité extrême s'est même révélée nettement plus grande que celle qui avait été prévue par les modèles.

"Une atmosphère plus chaude contient davantage d'humidité, ce qui accroît l'intensité des trombes d'eau"

explique Brian SODEN, professeur de climatologie à l'Université de MIAMI, un des coauteurs de l'étude.

Le climat est donc bien profondément détraqué par les gaz à effet de serre.


commentaires

TIBET

Publié le 15 Août 2008 par Thierry BILLET dans C'est personnel


Les trois drapeaux tibétains accrochés à mon balcon ont eu les honneurs d'une photo dans le Dauphiné.

J'ai tenu par ce geste symbolique à me solidariser non seulement du peuple tibétain mais de tous les démocrates chinois qui subissent à l'occasion de ces Jeux Olympiques la répression.

Ces Jeux de l'arrogance d'un parti totalitaire et du nationalisme exacerbé ne sont pas pour moi.


commentaires

Grève sauvage

Publié le 11 Août 2008 par Thierry BILLET dans C'est personnel


Toute comparaison avec la FRANCE de 2008 est évidemment la preuve d'un mauvais esprit condamnable.

J'adore le passage sur  "les vacances au CROTOY" dont vous ignorez peut être qu'il s'agit d'un joli port de pêche de la côte picarde.

commentaires

Ecoblanchiment

Publié le 7 Août 2008 par Thierry BILLET dans Environnement


Selon  Les Verts, la charte pour une publicité ''éco-responsable'', signée le vendredi 11 avril entre le BVP (Bureau de Vérification de la publicité) et le gouvernement, ressemblait fort à une coquille vide.

Les objectifs sont louables mais à y regarder de plus près, cette charte elle-même risque de n'être qu'une des ces opérations éco-alibi qu'elle est censée empêcher.

Dans ce contexte, Les Verts ont décidé de lancer le ''Prix de l'éco-blanchiment'' qui dénonce les publicités utilisant de manière mensongère le message écologique.


Partant du constat que certains messages publicitaires détournent le message écologiste pour promouvoir des biens de consommation et des comportements polluants, les Verts décerneront cette année un prix de l'éco-blanchiment aux professionnels de la tartuferie écologique, a déclaré le parti politique.



L’écologie n’est pas seulement un faux prétexte, c’est aussi devenu un argument publicitaire, aussi mensonger que vendeur : l’écologie se retrouve utilisée à des fins marketing pour justifier les démarches les plus néfastes pour la planète.

Voici quelques exemples d’écoblanchiment caractérisé…

Dans la catégorie entreprise publique : EDF a changé de logo, dépensant au passage des millions d’euros pour le faire connaître du public. Ce logo évoque une éolienne. Or la production éolienne en France est anecdotique. Comme l’ensemble des énergies renouvelables, cette énergie est freinée par la résistance politico-administrative organisée par EDF. L’entreprise préfère développer à tous crins le nucléaire, quels qu’en soient les coûts : démantèlement, problème des déchets dont on ne sait que faire, dépendance à l’uranium de la France et surtout risques mortels que l’on fait encourir à la population (plusieurs catastrophes évitées de justesse depuis quinze ans). Pendant ce temps, en Allemagne, le secteur des énergies renouvelables a créé 250 000 emplois. Il dépassera bientôt l’industrie des machines-outils et de l’automobile en termes de chiffre d’affaires.

Dans le secteur privé : Renault et Mitsubishi ex-aequo. La publicité du 4x4 Outlander Mistubishi précise : «Conçu et développé au pays du protocole de Kyoto.» Le comble lorsque l’on sait qu’un 4x4 pollue en moyenne une fois et demi plus qu’un véhicule standard. Malheureusement, c’est bel et bien l’ensemble du secteur automobile qui pratique aujourd’hui l’écoblanchiment, et les constructeurs français ne sont pas en reste.

Dans la catégorie politique publique : l’aéroport Notre-Dame-des-Landes. Pilotée par des collectivités territoriales, autorisée par un ministre de l’écologie, la construction de cet aéroport à proximité de Nantes cristallise à lui seul toutes les contradictions de nombre d’hommes politiques en matière d’environnement. A titre d’exemple, lorsque vous prenez l’avion pour aller de Paris à Marseille, vous émettez 93 kg de CO2. Le même voyage en train correspond à une émission de 3,6 kg de CO2. A quoi bon mettre en place localement un plan climat et réduire la place de la voiture, si dans le même temps, l’ensemble de ces efforts est réduit à néant par la construction d’un aéroport ?

commentaires
1 2 > >>