Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Maire adjoint au développement durable et à la Ville du futur d'ANNECY

NOCTIBULES 2014, rappel en images

Publié le 31 Août 2014 par Thierry BILLET

Des images des noctibules comme je ne les ai pas vues et peut-être vous non plus...

commentaires

La CIPRA et les grands prédateurs

Publié le 30 Août 2014 par Thierry BILLET

Les grands prédateurs que sont l’ours, le loup et le lynx sont de nouveau en progression en Europe. Ceci engendre des conflits de plus en plus fréquents entre l’Homme et l’animal – surtout dans l’espace alpin. La Commission internationale pour la protection des ALPES fait des propositions en faveur d'une cohabitation apaisée.

A lire ci-dessous :

commentaires

Epargne citoyenne pour les ENR

Publié le 29 Août 2014 par Thierry BILLET

ENERGIE PARTAGEE, la structure de financement citoyen des projets d'énergie renouvelable auprès de laquelle je vous invite à souscrire pour financer les projets locaux d'énergie renouvelable attire notre attention sur l'article 27 du projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte, présenté le 30 juillet au Conseil des Ministres, qui mentionne pour la première fois l'investissement participatif aux projets de production d’énergie renouvelable. Le texte assouplit les conditions de collecte des sociétés de projet souhaitant ouvrir leur capital aux citoyens et les exonère de visa AMF nécessaire aux appels publics à l'épargne (offre au public de titres financiers). Une mini révolution pour Énergie Partagée et les projets citoyens français, qui restent néanmoins exclus de l'avantage fiscal accordé aux entreprises solidaires.

"Le visa AMF supprimé

Mesure phare des demandes d'Energie Partagée depuis sa création, l'exonération du visa AMF pour les collectes liées à des projets citoyens d'EnR va permettre de simplifier la communication et la collecte autour des projets locaux. Ceux-ci n'avaient jusqu'ici pas l'autorisation de faire un appel à investissement, si ce n'est dans le cadre d'un visa AMF qu'il était très difficile et coûteux d'obtenir. En 2010, Energie Partagée avait notamment été créé pour palier ce problème et obtenir un visa "une fois pour tous". Néanmoins, cet obstacle restait très handicapante pour une mobilisation locale, indispensable à la réalisation de ces projets.

L'ouverture du capital : possible et non obligatoire

Dans cette version finale, il n'est plus question d'obliger toute société de projets d'énergie renouvelable d'ouvrir son capital aux citoyens et aux collectivités locales. Cette ouverture est désormais une possibilité : Les sociétés (...) constituées pour porter un projet de production d’énergie renouvelable peuvent, lors de la constitution de leur capital, en proposer une part à des habitants résidant habituellement à proximité du projet ou aux collectivités locales sur le territoire desquelles il doit être implanté.

Sur ce point précis, cette modification rend cette mesure finalement peu différente de la situation actuelle, puisque chaque société de projet reste souveraine pour décider ou non si elle fait appel à l'implication des citoyens.


Dans la version finale du projet de loi, plus question non plus de délimitation géographique ou de plafond de contribution, les sociétés ont carte blanche pour collecter les fonds propres dont elles ont besoin auprès des collectivités et des citoyens.

La défiscalisation oubliée

Évoquée dans une première mouture, l'alignement du régime fiscal des participations dans les sociétés de productions d'énergies renouvelables, au titre de la défiscalisation accordée aux entreprises solidaires, aurait permis de donner envie aux citoyens d'investir dans les projets d’énergie renouvelable.
Il semble que la situation reste inchangée de ce côté là : alors que la transition énergétique est une cause nationale de premier plan, les sociétés de production d'énergie disposant de l'agrément « entreprise solidaire » qui vendent à un tarif réglementé leur production et celles exploitant des panneaux photovoltaïques sont exclues de ces dispositions fiscales.

Cette exclusion de l’avantage fiscal, telle que maintenue dans le projet de loi, complique la mobilisation du financement local de ces projets, en dépit des objectifs du gouvernement. Les parlementaires ont le devoir de faire évoluer ce projet de loi, pour doter l’énergie citoyenne d’un levier fiscal apte à accompagner la dynamique."

commentaires

LA CLUSAZ, reportage photographique inédit

Publié le 28 Août 2014 par Thierry BILLET

Un habitant du cru, sous couvert d'anonymat, met en ligne des photographies de l'aval de LA CLUSAZ et des indications précises sur le mépris de l'environnement dont elles témoignent.

Nul doute que la Police de l'eau va s'intéresser à cette situation qui rappelle celle du RAFFARAY à SEYSSEL.

commentaires

Seuils sociaux, encore une bévue !

Publié le 27 Août 2014 par Thierry BILLET

Si il y a quelque chose qui m'énerve en matière sociale, c'est bien la vulgate sur les seuils sociaux et de leur prétendu impact négatif sur l'emploi. VALLS évidemment, dans cette logique du pire pour les salariés et les syndicats dans laquelle il s'est inscrit en matière sociale, reprend cette idée qui n'est fondée sur AUCUNE étude crédible indépendante.

L'INSEE a publié en décembre 2011 le seul travail sérieux sur le sujet dans un document "INSEE Analyses - N°2 décembre 2011" que vous trouverez sur internet sans problème.
Cette étude conclue que l'absence totale de seuils diminuerait les entreprises de 0 à 9 salariés de -0.4 point et augmenterait celles de 10 à 19 et de 20 à 249 de + 0.2 point. Un impact ridiculement faible qui ne justifie pas que l'on remette en cause des règles bien établies.

L'INSEE termine l'étude en précisant que la différence de taille des entreprises entre la FRANCE et l'ALLEMAGNE ne s'explique absolument pas par un quelconque effet de seuils sociaux, mais a d'autres causes. Quant aux pouvoirs des comités d'entreprise en FRANCE et en ALLEMAGNE dont VALLS ne parle pas, mais qui serait le vrai sujet pour faire avancer le dialogue social dans notre pays, disons que les Comités d'entreprise en FRANCE sont des nains par rapport aux attributions de leurs correspondants outre RHIN où règne la co-décision en matière économique. Mais là, ce serait la révolution en FRANCE, alors que c'est la régle sous Mme MERKEL en ALLEMAGNE.

 

commentaires

Annecy à pied, ça marche

Publié le 27 Août 2014 par Thierry BILLET

Annecy à pied, ça marche

C'est l'une des déclinaisons de notre plan climat et c'est un travail conjoint entre les services municipaux et la commission déplacement du Club climat : la signalétique "Marche en ville" est désormais en place à ANNECY pour informer les annéciens sur les durées de marche à pied entre les différents sites essentiels de la Ville de manière à les inciter à abandonner le déplacement en voiture dans la Ville.

Ce dispositif est dédié aux annéciens, ce n'est pas un circuit touristique à pied, mais bien un fléchage pour les déplacements en ville pour se rendre à la Gare, au parc des sports, à la Mairie, etc. sans utiliser sa voiture dès lors que le déplacement coûte à pied moins de vingt minutes.

Il sera encore étendu pour que l'ensemble des quartiers soit encore mieux fléchés, mais d'ores et déjà, ces circuits qui ne concernent pas la vieille Ville, se veulent un moyen clair de dire aux annéciens qui vont le week end marcher en montagne, qu'ils peuvent le faire tous les jours de manière agréable et bénéfique pour la qualité de l'air, leur santé et le climat.

ANNECY, à pied, ça marche !

 

commentaires

MITTERRAND au petit pied...

Publié le 26 Août 2014 par Thierry BILLET

VALLS 2 marque par sa composition l'étroitesse d'esprit de François HOLLANDE et de Manuel VALLS, et la rétractation conséquente de leur base politique. Continuer de tenter de faire croire que l'on fait une politique économique de gauche, alors que l'on applique les recettes libérales les plus éculées (avec un ministre directement issu de la banque d'affaires pour que le signal soit clair...), voilà le leit motiv de ce gouvernement au mépris de  toute crédibilité...

Après s'être totalement  coupé de son électorat du second tour dans sa riche diversité,   HOLLANDE compte qu'au Parlement les textes du gouvernement seront votés par les députés pour ne pas risquer la dissolution et donc la perte de leur fauteuil et un raz de marée de droite ou d'extrême droite aux législatives qui suivraient.

VALLS 2 n'offre aucune ouverture au centre, même symbolique (Bennahmias, Corinne Lepage qui n'attendaient que cela). Rien ne vient récompenser ceux qui tentent encore d'envisager une grande alliance ouverte et se dépensent à dire du bien du pacte de responsabilité.

Restent les trois radicaux de gauche qui menaçaient avant-hier de quitter le gouvernement en désaccord avec la réforme territoriale dont ils ont sans doute obtenu qu'elle soit enterrée (sinon pourquoi resteraient ils pour partir demain ?).

Le replatrage est grossier. L'absence de stratégie politique est manifeste : dans quelle société nous emmène t'on ?  avec quelles alliances sociales, culturelles et politiques ?

La fuite en avant comme réponse à l'absence de projet culturel rénovateur : nous sommes en 1956 quand la SFIO envoyait des parachutistes sur le canal de SUEZ ou menait les guerres coloniales à cobntre courant de toutes ses valeurs.

VALLS a le mérite de la constance, il déroule son programme politique qui avait recueilli 6% des voix de la primaire de la gauche. Après lui, il ne restera plus de gauche crédible en FRANCE comme en ANGLETERRE après BLAIR et en ALLEMAGNE après SCHRODER, mais on savait quel était son projet depuis 2011. Il ne nous a pas trompés.

HOLLANDE, c'est autre chose. Il a le cynisme de MITTERRAND, mais pas son talent de manipulateur d'hommes et de symboles. Attendons nous en 2016 à la relance du droit de vote des immigrés pour se redonner une image de gauche sans aucune majorité pour le voter et l'affiche "au secours, SARKOZY revient" en 2017.

commentaires

L'écologie est elle soluble dans la gauche ?

Publié le 26 Août 2014 par Thierry BILLET

L'écologie est elle soluble dans la gauche ? Gilles LACAN, Franck LAVAL et Hélène PELOSSE posent la question (et y répondent à leur manière) dans une tribune de MEDIAPART que je vous invite à lire car dans le désarroi politique actuel, toutes les contributions sont bonnes pour qui souhaite faire avancer l'écologie dans les pratiques de nos concitoyens. Comme la droite et la gauche se montrent aussi productivistes et "court termistes" l'une que l'autre, quel est le meilleur scénario politique pour la frugalité ?

commentaires

Devenez membre du conseil local de développement

Publié le 25 Août 2014 par Thierry BILLET

Le Conseil local de développement (CLD) du bassin annécien s'apparente à un conseil économique, social et environnemental local. Il regroupe des représentants de la société civile et a pour mission d'apporter un éclairage citoyen au travail réalisé dans le cadre du Contrat de développement durable Rhône Alpes qui élabore et fédère des projets sur l'ensemble du bassin de vie de FAVERGES à RUMILLY en passant par les ARAVIS et l'agglo d'ANNECY.

Il est essentiel que cette structure soit représentative des territoires et des différentes formes associatives dans leur diversité.
Le CLD invite les associations culturelles, sportives, environnementales, de jeunesse, etc. à le rejoindre.

Pour cela, vous pouvez contacter pour vous inscrire ou recueillir des informations complémentaires auprès de Marie-Pierre TISSOT au 04 50 63 48 77 ou à mptissot@agglo-annecy.fr

 

commentaires

JUPPE, président ?

Publié le 24 Août 2014 par Thierry BILLET

Les désaccords pathétiques des Verts consacrés exclusivement à la préparation du prochain Congrès au cours duquel Mme DUFLOT compte reprendre le pouvoir pour être ensuite intronisée candidate à la Présidentielle sont sans intérêt pour l'avenir écologique de la FRANCE. La dame sait qu'un Congrès des VERTS se gagne à l'extrême gauche parce que les réformistes sont partis avec les espoirs déçus d'EUROPE ECOLOGIE et qu'il ne reste plus dans les cercles décideurs que les adeptes d'un rapprochement avec le FRONT de GAUCHE sur le modèle grenoblois présenté comme la panacée politique. Tout ceci conduit l'écologie politique dans l'impasse, mais cette nomenklatura n'a franchement rien à faire de l'écologie du quotidien. Pour avoir suivi jusqu'à peu les discussions de la commission "Justice" des VERTS, je peux témoigner qu'il n'y a JAMAIS eu la moindre discussion sur le droit de l'environnement, JAMAIS ! Pour un parti écologiste, c'est stupéfiant. Mais c'est la réalité.

Mais tu as "titré" sur JUPPE et tu nous bassines avec les VERTS, me direz vous. 

C'est que la discussion politique va dès maintenant se focaliser sur les prochaines présidentielles. On ne pourra rien comprendre de ce qui va se passer dans les prochains mois sans le relier non pas aux convictions supposées des uns et des autres, mais à la tactique présidentielle. Si BAYROU s'est si vite félicité de la candidature de JUPPE, c'est qu'il sait qu'il lui doit son élection à la Mairie de PAU contre SARKOZY et COPE, mais JUPPE peut de son côté remercier BAYROU d'avoir eu le courage de permettre l'élection de HOLLANDE en barrant la route à SARKOZY, et donc de lui permettre aujourd'hui de tenter de marginaliser l'excité berlusconien devenu simple candidat aux prétoires correctionnels.

Et puis, au point où on en est, pourquoi pas JUPPE président ?

commentaires
1 2 3 > >>