Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Maire adjoint au développement durable et à la Ville du futur d'ANNECY

SYNERGIE et le lait

Publié le 30 Avril 2009 par Thierry BILLET dans Environnement

Le SILA conduit une surveillance environnementale des rejets de l’unité d’incinération des ordures ménagères de CHAVANOD, en plus du contrôle des émissions de polluants dans l’air à la sortie des cheminées.

Il s’agit de mesurer l’imprégnation de l’environnement à des substances dangereuses comme les métaux lourds ou les dioxines et les furanes.

Pour ce faire, des prélèvements ont lieu à proximité de l’UIOM et d’autres dans des endroits « témoins » hors de l’empreinte de l’incinérateur (rose des vents). On peut donc à la fois mesurer la pollution qui serait induite par l’UIOM et la comparer au « bruit de fond » dans des secteurs qui ne sont pas impactés par l’incinérateur.

Ces prélèvements sont réalisés sur le lait à LA TOUR sur la commune de SEYNOD et à ETERCY en site témoin.

Les derniers résultats sur cet item, tant sur le plan des métaux lourds que sur celui des dioxines et furanes donne des résultats largement inférieurs aux valeurs limite.

Pour les dioxines et furanes la valeur seuil est de 3 picogrammes par gramme de matière grasse. Les résultats à LA TOUR sont de 0,5 et de 0,3 à ETERCY sans incidence de l’incinérateur. L’impact de l’incinérateur est donc faible, de l’ordre du bruit de fond, et bien entendu la pollution du lait est largement inférieure à la valeur seuil.

Le fonctionnement de l’incinérateur de CHAVANOD est donc parfaitement maîtrisé de ce point de vue.

D’autres mesures sont réalisées, j’y reviendrai.

Prochaine réunion du collège des associations et des usagers le 25 mai au SILA à 18 heures : présentation de l’étude « roselières », de la réglementation applicable à la navigation sur le lac et du lancement de l’étude sur le rétablissement du marnage sur le lac.
commentaires

Retour sur OUTREAU

Publié le 29 Avril 2009 par Thierry BILLET dans C'est personnel

 
La sanction mineure infligée au juge BURGAUT illustre le malaise du conseil supérieur de la magistrature.

Si le CSM le sanctionnait lourdement, il considérait que la catastrophe judiciaire d’OUTREAU était le fait d’un seul homme. Or tout le dossier crie le contraire : tout l’appareil judiciaire n’a pas su redresser la barre. Des dizaines de magistrats ont participé à ce fiasco...

Si le CSM le « relaxait », il accréditait que le roi est nu et que c’est bien toute notre procédure pénale qui ne protège pas suffisamment les prévenus, que le rôle des chambres de l’instruction, en charge de contrôler le travail des juges d’instruction, n’est pas assuré correctement, etc.

Entre les deux, le CSM reconnaît une part de responsabilité personnelle au jeune magistrat, mais il n’oublie pas que toute la magistrature locale n’a pas assuré un suivi suffisant vis-à-vis de coupables idéaux.

J’ai déjà écrit sur ce blog qu’OUTREAU n’était pas un cas isolé, mais qu’il représentait le fonctionnement normal de notre justice pénale. Que la différence était que cette fois, ce fonctionnement était apparu pour une fois au grand jour. OUTREAU n’est pas un dysfonctionnement, il est la reconnaissance des dérives du fonctionnement habituel de la justice pénale en France.

link

Le rapport de la commission de déontologie qui pointe ces jours-ci les dérives policières illustre que le mal est profond : gardes à vue abusives, pratiques vexatoires et humiliantes, etc. Tout ceci devrait être contrôlé par les Parquets qui ne peuvent ignorer l’explosion statistique des gardes à vue...

Avec la suppression prochaine des juges d’instruction là où la commission parlementaire voulait une instruction collégiale, on va renforcer le caractère arbitraire de la procédure pénale confiée au seul Parquet sous les ordres directs du Garde des Sceaux.

Tandis que le surpeuplement et le délabrement de nos prisons nous font honte, tout est en route pour les remplir encore plus.






commentaires

JO 2010 à VANCOUVER: conférence à ANNECY

Publié le 28 Avril 2009 par Thierry BILLET


Jeudi 30 avril 09 à 18 heures salle Pierre Lamy, rue de la République, je vous suggère d'assister à la conférence de Madame Ann DUFEY, directrice du programme de la durabilité du Comité d’organisation de VANCOUVER 2010 sur le thème :

« Les enjeux de la durabilité
pour les Jeux olympiques de VANCOUVER 2010 ».

Un excellent moyen de s’informer sur les mesures prises à VANCOUVER pour que les Jeux olympiques soient non seulement une fête sportive, mais aussi une démarche durable en faveur de l’environnement.

Très exactement le défi qu’ANNECY a décidé de relever.

commentaires

COHN BENDIT dixit

Publié le 27 Avril 2009 par Thierry BILLET dans C'est personnel


Un débat qui m'oppose à une majorité de Verts au plan national, mais pas au plan local est celle de la prise en compte politique de l'urgence écologique.

Pour certains, la question du clivage droite/gauche est un clivage qui demeure infranchissable même au plan local.
Pour moi, au plan local les choses doivent s'apprécier sur la base de la discussion d'un programme politique (et non de débauchages individuels) et de la nécessité de prendre des mesures rapides et fermes pour lutter contre les désordres climatiques.

Et, de ce point de vue, beaucoup de mairies de gauche n'ont globalement pas (malheureusement  !) de leçons à donner aux mairies de droite.

Si l'on compare la politique d'une ville "de droite" comme ANNECY au niveau du service public et de la conservation des services d'intérêt général dans le giron public (eau, assainissement, déchets, transports, crèches, parkings, etc.) et la politique d'une ville de gauche comme CHAMBERY qui a confié ses parkings à VINCI, et celles de tant de villes de gauche qui ont tout confié au privé, il y a de quoi s'interroger sur l'application d'une seule grille de lecture droite/gauche au niveau communal.

Les électeurs ne s'y trompent pas puisque régulièrement des villes "de gauche" élisent des maires de droite ( Gilles de ROBIEN à AMIENS par exemple) et des villes "de droite" élisent des maires de gauche ( M. BESSON à CHAMBERY)...

Cela n'ôte rien à la pertinence du débat politique national et européen sur les programmes et les valeurs. Habitué à tenter de constituer au Parlement européen des majorités d'idées, Dany COHN BENDIT prend position sur ce point et j'avoue ma satisfaction d'une approche pragmatique conforme à celle des écologistes annéciens.

C'est à lire sur le site de l'EXPRESS
link
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/quand-cohn-bendit-se-defoule_754553.html



commentaires

TCHERNOBYL 23° anniversaire

Publié le 26 Avril 2009 par Thierry BILLET dans Environnement


EUROPE ECOLOGIE a souhaité célébrer le 23° anniversaire de la catastrophe de TCHERNOBYL.

Pour nous, c'est un double symbole.

D'abord celui de l'importance de l'EUROPE pour mener une politique environnementale : les risques et les catastrophes ne connaissent pas les frontières. Qui a dit que le nuage radioactif s'était arrêté à nos frontières ?

Ensuite, parce que Michèle RIVASI qui conduit la liste EUROPE ECOLOGIE dans notre région est la fondatrice de la Criirad qui a démontré la pollution radioactive en FRANCE et se bat aujourd'hui encore contre le lobby nucléaire et ses mensonges.

Voici deux photos souvenir de notre action.


commentaires

C2A : projet de mandat

Publié le 24 Avril 2009 par Thierry BILLET dans Politique locale


Les débats d'hier soir à l'agglo, ou plutôt les monologues successifs et répétitifs d'élus UMP sur la même thématique de la gravité de la situation économique, de l'absence de toute perspective de relance à court terme, se résumaient selon Pierre HERISSON par deux mots "bonnes intentions", et "ne rêvons pas" dans le cadre d'un "constat dramatique".

Et puis Mme CAMUSSO, maire de SEYNOD, a annoncé que la majorité municipale de SEYNOD allait voter contre le projet de mandat estimant qu'elle n'avait plus, cette fois, l'excuse de l'inexpérience comme lors de la création de l'agglo en 2001...

Drôle d'ambiance alors que l'agglo d'ANNECY était la 4° plus riche agglo de FRANCE !

Face à cette bronca, Jean-Luc RIGAUT a conservé un calme olympien comme à son habitude.

Cette dramatisation artificielle de la situation a en effet une raison : à SEYNOD, il s'agit de faire porter
par l'agglo le chapeau de la crise financière que subit la commune et ainsi de passer sous silence la gestion aventureuse de la commune lancée dans des projets surdimensionnés pour la taille de la commune, comme le confirme la liste minoritaire.

Le résultat du vote - seulement 9 votes contre (Seynod + M. HERISSON) - montrait que tous les élus UMP n'entraient pas dans cette logique de dissidence avec la logique majoritaire et avec les compromis nécessaires passés en Bureau de l'agglo entre les maires des communes.

A noter l'intégration dans le texte final de l'amendement déposé par Jean Louis MOLIE, maire adjoint vert de CRAN, sur la suite du travail : définir des priorités et travailler le nouveau pacte financier.
commentaires

Lombricomposteurs : à vous de jouer !

Publié le 23 Avril 2009 par Thierry BILLET dans Environnement

La question de la réduction des déchets à la source est une constante de la préoccupation écologiste. Elle est au coeur de la réflexion sur le gaspillage et sur la durabilité des produits.

Dans ce cadre, le lancement de l'expérimentation de 200 lombricomposteurs sur l'agglomération que j'ai initiée est un pas en avant important qui vient d'être validée par le bureau de l'agglo.

Je l'ai déjà abordé dans cet article :

200 lombricomposteurs en expérimentation

Mais nous entrons maintenant dans le concret : Vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire pour participer à cette expérimentation qui devrait vous permettre de réduire vos déchets de l'ordre de 30% et de produire vous même le compost et l'engrais naturel pour vos plantes.

Vous pouvez téléphoner au 04 50 33 02 12 pour vous préinscrire.

Ne tardez pas : déjà 93 personnes se sont signalées.


Il vous en coûtera 45 euros de caution pour un appareil qui vaut 200 euros dans le marché.

Aucune odeur, les vers ont peur de la lumière et ne se sauveront pas dans votre appartement, et vous transformez vos déchets verts en un produit noble : le compost.

Plus d'informations encore dans le Bulletin municipal d'ANNECY, et à partir du 1er janvier 2010 la suppression pure et simple de la collecte des encombrants en bas des immeubles : les déchets vont à la déchéterie pour être recyclés, ils n'encombrent plus l'espace public.

La Ville affirme ainsi une volonté de réduire la production de déchets.

Un groupe de travail municipal planche actuellement en parallèle sur le développement du tri sélectif lors des manifestations soutenues par la commune et s'oriente vers l'incitation puis l'obligation de recourir à des gobelets consignés floqués aux couleurs de la manifestation.

Petit à petit, cette politique municipale se structure de manière à ce que nous accélérions nos efforts collectifs pour une meilleure valorisation de nos déchets. Mais d'abord vers leur réduction drastique. Au moment où le coût des traitements des déchets augmente, la solution la plus sociale est d'en limiter encore la production.

Sur le même sujet :

Les déchets : vers une labellisation Qualitri
SYNERGIE, forte baisse des volumes incinérés
commentaires

Oui, la cohabitation Homme - Loup est possible !

Publié le 22 Avril 2009 par Thierry BILLET dans Environnement


Communiqué de presse  de FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT du 20 avril 2009

Oui, la cohabitation Homme - Loup est possible !


En ce samedi 18 avril 2009, nous avons assisté à Thônes au défilé d'opposants à la présence du loup, qu'une vision urbaine de l'écologie imposerait au monde rural. La FRAPNA et FNE apportent quelques éléments au débat.

Nos organisations reconnaissent pleinement que le retour naturel du loup crée des contraintes importantes pour les éleveurs de montagne. Cependant, en regardant les décennies passées, force est de constater que la cause majeure de régression de l'agriculture extensive de montagne est la politique agricole. En effet, c'est elle qui a transformé les "paysans" en "exploitants agricoles", fait disparaître une civilisation deux fois millénaire et amoindri la biodiversité qu'elle avait soigneusement cultivée.

Ne serait-il pas temps de cesser de prôner l'incompatibilité du loup et de l'élevage à l'inverse de ce qui existe dans d'autres pays, ou de propager la thèse de la réintroduction alors que tout démontre un retour naturel ? Les causes qui ont permis ce retour naturel ne vont pas changer, le loup est là pour longtemps et beaucoup de temps a déjà été perdu : alors oui, il faut résoudre les problèmes structurels de la filière ovine, et soutenir la pérennité d'un pastoralisme durable.

Les cris des chasseurs sont pour leur part injustifiables, eux qui chassent par loisir alors que l'animal tue pour vivre. Le loup est accusé par certains chasseurs de décimer les populations d'animaux sauvages, chamois, chevreuils et autres ongulés, et de mettre ainsi en péril l'avenir de la faune sauvage ; alors que l'expérience prouve le contraire : dans les départements de Provence-Alpes-Côte d'Azur où le loup est présent depuis près de 15 ans (Alpes Maritimes, Hautes-Alpes), les plans de chasse des ongulés sauvages sont en constante progression. Il est par conséquent incroyable que des responsables du monde de la chasse, qui se présentent comme «gestionnaires» des espèces naturelles, puissent évoquer la possibilité d'effondrement des populations proies du fait des prédateurs.

En Haute-Savoie même, les tableaux de chasse des chevreuils, chamois, cerfs, totalise 4.420 animaux tués pour la saison précédente, et ceci sans compter des milliers de sangliers : est-il impensable dans ces conditions que les chasseurs (1% de la population du département) laissent une part au loup ?

Le loup n'est pas qu'une contrainte : en reprenant sa place au somment de la pyramide écologique il est le garant du bon fonctionnement de l'écosystème entier :
- il empêche la concentration des grands ongulés sauvages qui compromet la régénération naturelle de la forêt et les jeunes plantations,
- il élimine les individus faibles ou malades empêchant la propagation des maladies (nos troupeaux de chamois sont régulièrement décimés par la kérato - conjonctivite),
- il élimine les chiens errants,
- il constitue un formidable vecteur d'image sur la qualité des milieux naturels, support d'un tourisme respectueux de la nature essentiel pour les territoires de montagne.

Nous sommes pour notre part convaincus de la nécessité de la préservation de la biodiversité, ainsi que de la possibilité d'une cohabitation entre le loup et l'homme.

Si les Etats européens, de toutes orientations, ont pris depuis des décennies des mesures pour protéger de nombreuses espèces animales, c'est bien que la conception du rôle de l'homme dans la nature a changé.

Ce dont le pastoralisme a besoin, c'est de mesures de soutien réellement courageuses, non de complaisance vis-à-vis de positions venues du 19e siècle !
commentaires

Plan climat territorial, prendre en compte les immigrés climatiques ?

Publié le 21 Avril 2009 par Thierry BILLET dans Environnement


 
TERRITOIRES, la revue de la démocratie locale, présente tous les mois ce qui se fait de plus innovant en matière environnementale et sociale, en mettant l’accent sur les projets conduits en associant les citoyens.

J’y trouve sous la plume de Patrick VIVERET, président de l’observatoire de la décision publique, une analyse de la conférence de POZNAN sur les changements climatiques. VIVERET y déplore une réponse timide, privilégiant les solutions nationales et le repli sur soi.

Il nous appelle à prendre en considération les populations démunies qui subissent à notre place les effets destructeurs des attitudes prédatrices des populations du Nord.

Et il cite l’exemple de BREST METROPOLE OCEANE qui s’est engagée dans un plan climat territorial qui déclinerait :

-    nos engagements respectifs pour limiter radicalement nos émissions de gaz à effet de serre
-    les actions de coopérations décentralisées pour venir en appui aux territoires en danger les plus démunis, et apprendre avec eux les réponses face au changement climatique
-    les modalités du partage des connaissances sur les migrations du climat, pour mieux anticiper ensemble les déplacements massifs des populations
-    les formes d’un débat public pour imaginer comment nos territoires peuvent se préparer à l’accueil de ces nouveaux exilés forcés et favoriser l’interaction entre les cultures
-    les modalités d’une organisation associant collectivités, associations, entreprises responsables, syndicats, etc. pour faire du lobbying en direction des Etats et peser dans les négociations internationales...

VIVERET confesse qu’il s’agit d’un défi immense.

Mais il cite LUTHER KING : « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères et soeurs, ou nous mourrons comme des imbéciles ».

commentaires

Vive l'Europe !

Publié le 20 Avril 2009 par Thierry BILLET dans C'est personnel



Le débat animé par Thierry DEDIEU (CFDT) et Jean-Claude BEVILLARD (FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT) pour EUROPE ECOLOGIE le 9 avril 09 a été un moment où le militant (re)donne du sens à ses engagements.

Thierry DEDIEU n’a jamais pris la langue de bois pour dire combien l’action syndicale à court terme (le syndicat Solidarnösc des mines polonais contre le paquet énergie climat de l’union européenne, le syndicat IG Chimie en Allemagne contre le règlement REACH) peut entraver l’action écologique absolument nécessaire... Reprenant l’exemple de l’usine METALEUROPE de Noyelles Godaut, il affirme que sa fermeture était une bénédiction environnementale et une catastrophe sociale en même temps. Et pourtant, l’union du mouvement syndical et du mouvement écologiste aurait dû être d’imposer les mesures de prévention de la pollution que les actionnaires refusaient...



Tout comme son souhait d’une adoption « au plus vite » du Traité de LISBONNE comme un moindre mal au Traité de NICE que le non français au Traité constitutionnel a fait perdurer pour le plus grand bonheur des ultralibéraux et des actionnaires.

Jean Claude BEVILLARD ne fut pas en reste affirmant l’importance de l’échelon européen pour les écologistes. Grâce aux majorités d’idées qui peuvent s’y former (on se souvient que l’étude de la taxe TOBIN sur les mouvements de fonds faillit être votée et que cet échec a été causé par les députés d’extrême gauche français), le Parlement européen est le lieu du débat public européen sur lequel il faut peser, notamment sur deux dossiers : la réforme de la politique agricole commune d’ici 2013 et l’écotaxe sur les véhicules routiers d’ici 2011...

Nos concitoyens auront donc le choix en juin.

Voter pour des candidats qui voudront régler leurs comptes sur le plan national, ou envoyer à l’assemblée de STRASBOURG des députés écologistes et d’abord européens prêts à travailler pour une Europe écologique et sociale.

On peut crier son ras le bol de SARKOZY en votant BESANCENOT... Et on peut ne pas se tromper d'élection et voter pour une Europe forte et solidaire, c’est à dire pour EUROPE ECOLOGIE.


commentaires
1 2 3 4 > >>