Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Pierre HERISSON ne sera plus président du SILA

Publié le 31 Mars 2008 par Thierry BILLET dans Politique locale

Le point fort du conseil municipal de ce lundi soir était la désignation des conseillers d'agglomération.
La Ville d'ANNECY a droit à 27 conseillers communautaires titulaires.
25 de l'équipe majoritaire et 2 des deux groupes minoritaires : socialiste et UMP.
Jean Luc RIGAUT a expliqué les raisons pour lesquelles nous ne souhaitions pas élire Pierre HERISSON au conseil communautaire compte tenu des désaccords de la Ville avec le SILA sur au moins deux politiques majeures : le schéma d'assainissement collectif et la domanialité du Lac.
Pierre HERISSON a contesté cette décision en indiquant qu'il n'était pas candidat à la présidence du SILA et qu'il n'y avait donc pas de raison pour qu'il ne soit pas désigné à l'agglo.
Malgré cette soudaine annonce, Pierre HERISSON n'a pas été élu au conseil d'agglomération.
commentaires

Décharge du RAFFARAY, encore & toujours

Publié le 30 Mars 2008 par Thierry BILLET dans Environnement

Parce qu'elle est un combat symbolique des AMIS DE LA TERRE en HAUTE SAVOIE, et parce que cette situation est inacceptable,
 la décharge abandonnée du RAFFARAY ne doit pas être oubliée...

Regardez l'état de la situation sur :

http://blip.tv/file/783186

Les AMIS DE LA TERRE vous demandent de réagir en interpellant la communauté de communes de SEYSSEL et/ou la préfecture de la HAUTE SAVOIE.


commentaires

Centre de sauvegarde de la faune sauvage

Publié le 28 Mars 2008 par Thierry BILLET dans Environnement


Le centre de sauvegarde de la faune sauvage (Boche d'en Haut 74440 MIEUSSY) réalise un travail remarquable de recueil et de soins aux oiseaux  et en particulier aux rapaces.

Qu'il s'agisse de vautours fauves retrouvés en 2007 à GROISY et au FAYET , d'un aiglon (aigle royal) ou d'un aigle, le centre a pour mission de les récupérer, puis de les soigner dans les meilleures conditions de réadaptation ultérieure à la vie sauvage.

150 rapaces ont ainsi été relâchés en 2007 (buses, milans, faucons crécerelles, épervier d'Europe, Autour des palombes, chouettes hulottes, effraies des clochers, chevêches et autres hiboux moyen duc ont pu retrouver la liberté.

Mais le centre ne dispose pas de tous les moyens utiles pour mener à bien ses missions.

Vous pouvez l'aider en lui adressant vos dons à l'adresse ci-dessus : un reçu fiscal vous sera adressé.

Le site internet : www.csfs.st.fr

commentaires

Les VERTS

Publié le 27 Mars 2008 par Thierry BILLET dans C'est personnel


Je lis dans CHARLIE HEBDO ce petit billet sur Dominique VOYNET que je trouve succulent.

Après avoir exigé de VOYNET qu'elle choisisse entre son mandat de maire et celui de sénatrice, LES VERTS envisagent de lui demander de s'excuser d'avoir fait plus de 3% à une élection. Ce n'est pas prévu dans les statuts du parti.

Ce qui fonctionne le mieux chez les VERTS, c'est effectivement la machine à couper les têtes.

Quel dommage !
commentaires

5 ans de guerre en IRAK

Publié le 25 Mars 2008 par Thierry BILLET dans C'est personnel

Sur un des blogs de MEDIAPART, j'ai trouvé cette adresse de l'agence REUTERS sur cinq ans de guerre d'IRAK.

http://iraq.reuters.com/

Ce sont des témoignages sur la guerre vue par les journalistes de REUTERS.
Cette guerre est une folie.
On peut remercier CHIRAC et DE VILLEPIN de nous en avoir tenus écartés.

Attention les témoignages sont en anglais...
Et certaines images sont difficiles à supporter comme cet enfant qui a perdu ses deux bras dans un bombardement US..
.
commentaires

Justice...

Publié le 24 Mars 2008 par Thierry BILLET

L'évolution négative et démagogique de notre justice sous les coups de boutoir du gouvernement suscite une montée en puissance de la contestation des magistrats et des avocats, toutes organisations confondues.

Ce qui se joue aujourd'hui est particulièrement grave : démagogie à l'égard des victimes, dépénalisation des délits économiques, désert judiciaire dans les banlieues et certains départements déshérités, déjudiciarisation accrue pour diminuer encore l'effort de la Nation en matière judiciaire, etc.

Si vous voulez avoir un avis éclairé, argumenté et humain sur la justice pénale et sur les sujets d'actualités (avec les projets de loi actuels tous azimuts), je vous suggère d'écouter, en suivant le lien ci-dessous, les propos de Robert Badinter :


http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/matins/fiche.php?diffusion_id=60322
commentaires

Salvador...

Publié le 23 Mars 2008 par Thierry BILLET dans C'est personnel

Film d'ouverture de la Biennale du film espagnol "Salvador" est un film qui retrace la fin de la vie de Salvador PUIG ANTIC, un jeune catalan embarqué dans l'action terroriste contre l'Etat franquiste espagnol au début des années 70.

Dérive classique des Brigades rouges italiennes, de la Fraction armée Rouge en ALLEMAGNE : du radicalisme théorique révolutionnaire au braquage des banques pour financer les grévistes... et qui débouche sur l'isolement total d'un groupuscule qui ne sait plus pourquoi il agit, sinon le plaisir de l'action violente et du danger face à un appareil d'Etat fasciste en fin de vie.

Le film retrace cette évolution, sans aucun recul, sans aucun regard critique, s'attachant à la barbarie inacceptable du supplice de PUIG ANTIC qui fut garotté comme représailles de FRANCO à l'assassinat de CARRERO BLANCO dont la voiture explosa sous une charge de l'ETA quelque temps avant.

Je me souviens combien je fus choqué par l'utilisation de cet engin qui brise les cervicales du supplicié. J'avais 18 ans, et nous manifestions pour sa grâce en même temps que contre la répression au CHILI de PINOCHET...

Le réalisateur ne nous donne à voir que la saga de cette équipe de jeunes révolutionnaires sans aucune  mise en perspective historique, sinon celle, incompréhensible, de la bande annonce de fin du film où l'on voit d'abord le passage du pouvoir de FRANCO à JUAN CARLOS, ce qui se conçoit.

Mais ensuite défilent des images d'émeutes, puis du 11 septembre, puis de BEN LADEN, puis (je crois la dernière image) une manifestation contre le CPE. Je vous avoue n'avoir pas compris le cheminement...

La lutte armée a été une impasse sanglante en EUROPE de l'OUEST qui a permis aux extrêmistes de droite de mettre en place des législations d'exception (que l'on se souvienne des lois PEYREFITTE), qui a occasionné des drames abominables dont on paie encore le prix aujourd'hui avec l'affaire de l'extradition de BATISTA vers l'Italie.

Les organisateurs de la BIENNALE ont choisi pour cette soirée un film qui aurait mérité un débat critique sur le plan cinématographique (j'aurais aimé par exemple moins de complaisance sur les images d'attaques de banque qui font penser plus à un polar qu'à un film politique)  comme sur le plan politique.




commentaires

L'hommage au dernier poilu vu par une lycéenne pas convaincue

Publié le 22 Mars 2008 par Thierry BILLET dans C'est personnel

Je suis lycéenne et ma classe a été invitée à assister à la cérémonie d'hommage à Lazare Ponticelli. Beaucoup de choses m'ont choquée et j'ai écrit ce texte en réaction.

Lettre ouverte aux organisateurs et aux acteurs de la cérémonie d’hommage au dernier poilu.

Une dizaine de classes de cinq collèges et lycées réputés comme prestigieux à Paris furent "invitées" le lundi 17 mars 2008 par le rectorat pour participer à la cérémonie d’hommage aux poilus. Nous sommes arrivés enthousiasmés par l’idée de participer pour la première fois à une cérémonie officielle importante pour notre histoire.

Nous nous sommes retrouvés comme parqués derrière des grilles et des gens assis, entre des militaires et des journalistes, debout, loin et trop serrés pour voir. Les premiers mots du commentateur à notre encontre furent dits sur un ton menaçant. On nous a demandé plusieurs choses dont la plus importante paraissait être de nous lever pendant la Marseillaise mais comment faire puisque nous étions déjà debout et le sommes restés tout le long de la cérémonie, tentant d’apercevoir quelque chose et de comprendre cet hommage où nous n’étions pas là pour nous recueillir mais pour permettre à des présentateurs d’affirmer qu’il y avait beaucoup de jeunes.

Je n’ai pas suivi de près tout ce qui a entouré la vie et la mort de Lazare Ponticelli et me suis contentée de lire quelques articles de presse. Cependant je crois avoir compris qu’il ne voulait pas d’honneurs militaires ni de cérémonie en son nom. Pourtant tout a commencé par le défilé de six drapeaux des régiments jugés les plus prestigieux pendant la Première Guerre mondiale.

Puis vint le discours du Président de la République. Je me souvenais que Lazare Ponticelli avait accepté le principe d’une grande cérémonie à condition que celle-ci se déroule en l’honneur de tous les poilus. D’ailleurs, une plaque venait d’être découverte en leur mémoire dans le Dôme des Invalides quelques instants plus tôt. Cependant parler d’UN homme est plus poignant et plus émotionnel que d’évoquer la Grande Guerre et son cortège de morts dont le nombre trop important ne permet pas au public de s’identifier.

Ainsi le président commença son discours par l’évocation de ceux qu’il présenta comme les deux premiers morts de la Première Guerre mondiale, l’un français, Jules-André Peugeot, l’autre Allemand, Camille Meyer, tous deux morts à 20 ans. Le début de ce discours m’a paru réussi, alternant des figures de styles et des éléments poignants comme l’âge de ces deux hommes, à peine plus âgés que nous.

Le discours se poursuivit et bientôt nous entendîmes la biographie assez anecdotique de Lazare Ponticelli. Ainsi je peux vous dire qu’il naquit aux alentours du 24 décembre, ne fut déclaré que le 27 mais est considéré comme né le 7 décembre. Plusieurs erreurs m’ont étonnée, comme le fait que Lazare Ponticelli commence par traverser les Alpes avec des chaussures qu’il du se fabriquer lui-même au début du discours alors qu’à la fin de l’allocution il est arrivé en France pieds nus ! À cet instant, je me suis demandée qui était l’auteur du discours, pourquoi cette contradiction n’avait-elle pas été relevée ?

L’auteur n’aurait-il pas cédé à la facilité choisissant plutôt que la réalité une image pathétique et évocatrice d’un enfant de dix ans marchand pieds nus dans la neige ? Cela m’a donné l’impression d’un texte bâclé ou en tout cas mal préparé.

Le Président de la République a par ailleurs répété des mots qu’il attribue à Lazare Ponticelli et répétés par les anciens combattants de l’époque « plus jamais ça, plus jamais de guerre » ce que nos professeurs d’histoire nous enseignent avec l’expression « La der des ders ». Cependant Lazare Ponticelli fut résistant pendant la Deuxième Guerre mondiale (comme l’a souligné le Président de la République). Il n’était donc pas contre toutes les guerres et a accepté de reprendre les armes pour une cause qu’il considérait comme juste.

Nous connaissons tous la politique actuelle du gouvernement envers les immigrés, je ne suis pas là pour la juger mais j’ai trouvé intéressant de voir comment le Président de la République faisait l’éloge d’un immigré clandestin. Alors qu’il nous avait plutôt habitué à un discours ferme contre l’immigration clandestine. Lazare Ponticelli, lui, a bien fait de rejoindre la France J’ai été choquée de la façon dont la vie de cet homme était utilisée pour transmettre un message d’intégration et de réussite sociale par le travail.

J’ai entendu dans ce discours qui me semblait ne devoir être qu’un hommage, des idées partisanes et qui ne m’ont pas paru à propos. Cet homme est présenté comme un anarchiste. J’ai étudié cette année les courants politiques et leurs idées, je ne pense pas que la réussite sociale pour un anarchiste passe par le travail. Je ne sais pas grand-chose de la vie de Lazare Ponticelli mais il me semble qu’il ne témoigne que depuis peu de temps alors que le contraire nous a été affirmé. Peut-être est-ce parce qu’il faisait partie des derniers témoins qu’il s’est vu dans l’obligation de témoigner ?

Cette cérémonie que je pensais devoir être pleine d’émotion et en l’honneur de tous les poilus m’a laissée perplexe. Si je fus émue ce ne fut que pendant la Marseillaise et des chants de soldats (La Madelon par exemple qui par ses paroles contrastait beaucoup avec le sérieux de la cérémonie) car cela m’a semblé plus à même de nous rapprocher de ces hommes.

L’orateur ne m’a pas semblé imprégné du texte qu’il prononçait et ne nous a pas fait partager d’émotions. Je pense que cet hommage n’a pas réussi à atteindre la portée européenne et même universelle qu’il aurait pu avoir, Lazare Ponticelli était italien de naissance, engagé dans la Légion étrangère et a fraternisé avec les Autrichiens lorsqu’il était sur le front italien.La cérémonie n’a pas su quitter l’individuel pour rendre hommage à tous ceux qui ont précédé Lazare Ponticelli depuis quatre-vingt-dix ans et qui pour beaucoup d’entre eux n’ont pas eu droits aux honneurs ni même à une tombe.

commentaires

Mme SEBIRE et mai 1968

Publié le 21 Mars 2008 par Thierry BILLET dans C'est personnel

La journée spéciale sur mai 68 sur France Inter et l'autopsie de Mme SEBIRE se téléscopent dans ma réflexion ce soir.

L'éditorial de Pierre VIANSON PONTE qui apparut ultérieurement comme le signal prémonitoire de mai 68,  s'intitulait "la FRANCE s'ennuie".

Il pointait une société bloquée sur le plan culturel et politique et l'impossibilité pour les jeunes d'y faire leur place.

Société bloquée.

Mme SEBIRE qu'un procureur borné vient de faire autopsier pour découvrir ce que chacun d'entre nous savait : elle s'est suicidée, écoeurée par l'incapacité de nos législateurs à prendre leurs responsabilités sur un sujet qui est au coeur du débat sociétal depuis plus de vingt ans...

Le droit de mourir dans la dignité, par exemple pour les personnes atteintes de la maladie d'ALZEIMER : pourra t-on continuer longtemps à se voiler les yeux ?

Alors que tant d'autres pays européens ont avancé dans le débat et trouvé des solutions appropriées, nous pataugeons de comité d'éthique en comité scientifique pour permettre aux députés de ne pas faire leur travail.

Et que dire de sujets comme le mariage des homosexuels ou de l'adoption ? L'ESPAGNE, après 40 ans de franquisme et une Eglise catholique vent debout, est aujourd'hui plus avancée que nous !

On pourrait multiplier les exemples du retard que nous prenons sur le plan sociétal par rapport aux pays de l'union européenne...

Oui, la société française de 2008 est bloquée.

Ce gouvernement ne s'intéresse qu'aux prétendus blocages économiques et sociaux qui sont pour certains un ciment indispensable dans un Etat de droit comme les services publics, le droit du travail, etc. Mais sur les débats de société, nous attendons notre Zapatero.

Le décalage entre les élites politiques et les préoccupations des citoyens se traduit par un abstentionnisme de masse aux élections, une perte de confiance systématique, et le sentiment désespérant d'un autisme des grands élus.

Jusqu'à quand ?


commentaires

Début de mandat

Publié le 21 Mars 2008 par Thierry BILLET dans Politique locale

Demain première réunion de la commission d'adjoints.


Cet après-midi, découverte du bureau à la Mairie, premier contact avec le secrétariat des maires adjoints, discussion à bâtons rompus avec Mireille BRASIER qui va suivre la Vie Scolaire, des projets plein la tête.


Des projets qu'il va falloir organiser dans une programmation, faire partager, faire valider, préparer les financements, etc.

Profiter des expériences d'autres villes qui ont déjà expérimenté des solutions écologiques à des problèmes communs : réduire le volume des déchets ménagers, développer le solaire photovoltaïque et pour chauffer l'eau...

Et puis des premiers contacts positifs comme ces jeunes entrepreneurs qui développent des abris de vélo équipés de capteurs solaires photovoltaïques et qui m'ont contacté par ce blog.

Ou ce commerçant dans la rue, colistier non élu, et "emballé" par le projet de collecte des cartons des commerces du centre ville pour les recycler; tout comme le boulanger du coin qui m'indique que sa chaîne travaille déjà avec des emballages réutilisables lors des livraisons depuis le centre de fabrication.

Tout  cela implique de travailler en transversalité, de faire de l'exigence du développement durable un réflexe partagé par tous les élus et tout le personnel municipal... Cela figure dans les engagements de la liste.

Toute la campagne m'a permis de constater la forte implication de tous dans ce projet y compris dans leur vie quotidienne, comme cette élue qui a vérifié sans relâche le contenu de ses placards après le documentaire sur MONSANTO... Il nous faut transformer cet essai et rentrer dans l'opérationnel.

La prochaine semaine du développement durable mi avril sera un moment important pour encore sensibiliser la population, rencontrer les militants associatifs, etc.

Demandez en vite le programme à l'accueil de la mairie !

commentaires
1 2 3 > >>