Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

D'où venait le ruthenium 106 ?

Publié le 31 Décembre 2017 par Thierry BILLET

La CRIIRAD (commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité) créée en 1986 pour s'opposer à la désinformation des pouvoirs publics lors de la catastrophe de TCHERNOBYL consacre tout son bulletin de décembre 2017 à la pollution au ruthenium 106 qui a traversé l'EUROPE cet automne. Les conséquences sanitaires en FRANCE sont inexistantes. La CRIIRAD a essayé de faire entendre raison à certains médias avides de sensationnalisme et qui ont mal informé leurs lecteurs ou auditeurs. Et qui, depuis, se sont tus... Alors que le problème était ailleurs.

Ailleurs, c'est à dire comme l'écrit la CRIIRAD, c'est d'abord qu'on ne sait toujours pas d'où est partie cette pollution. Sans doute du complexe nucléaire russe de Maïak dans le sud est de l'OURAL, mais les russes le nient et on ne connaît pas la source alors qu'elle s'est diffusée sur des millions de kilomètres carrés : aux abords du lieu d'émission initiale, les doses ont dû être énormes.

Et c'est ensuite, l'incroyable désinvolture de l'OMS, Organisation mondiale de la santé et de l'AIEA, agence internationale de l'énergie atomique qui sont restées silencieuses pendant tout cet épisode de pollution ne demandant aucune explication aux russes... Tout comme l'union européenne aux abonnés absents.  La CRIIRAD en déduit que les silences, mensonges et omissions que l'on a connus en 1986 peuvent se reproduire demain sans problème. Le nucléaire civil et militaire est encore un domaine tabou et il ne faut pas inquiéter les populations à son propos; rien de mieux pour cela que de ne pas poser de questions. Merci à la CRIIRAD de jouer les veilleurs et les lanceurs d'alerte !

commentaires

PETIT FORESTIER commande CRIT'AIR

Publié le 30 Décembre 2017 par Thierry BILLET

Pour qui douterait encore de l'efficacité de la mise en place de la Zone de circulation restreinte qu'un prochain arrêté préfectoral va instaurer au prochain pic de pollution sur le centre ville d'ANNECY à l'intérieur de la rocade, la simple parution de l'arrêté préfectoral sur les pics de pollution du 2 novembre 2017 a été enregistrée par les loueurs de véhicules.

La ville vient de recevoir la copie d'un courrier adressé par le loueur de véhicules frigorifiques PETIT FORESTIER à ses clients leur annonçant qu'il commandait dare dare les vignettes CRIT'AIR et qu'elle seraient apposées dans les prochaines semaines sur tous leurs véhicules.

Non, ne me dites pas que vous ne l'avez pas encore commandée sur le site dédié alors que c'est une des bonnes résolutions de l'année 2018 !

commentaires

La théorie du ruissellement

Publié le 26 Décembre 2017 par Thierry BILLET

Une chose étonnante en matière économique est qu'on peut affirmer des théories sans jamais les avoir prouvées et en les présentant comme des évidences que chacun est invité à admettre. Il faut écouter Dominique SEUX tous les matins sur FRANCE INTER pour en avoir une illustration quotidienne. Si ça ne va pas aussi bien que ça pourrait, c'est juste qu'on n'a pas assez libéralisé l'économie. Donc libéralisons encore plus et tout ira mieux, sauf si ça ne va pas mieux, ce qui "prouvera" qu'on n'est pas allé assez loin dans la dérégulation, parce que si on va plus loin ça ira nécessairement mieux, sauf si... 

La "théorie" du ruissellement est de cette nature : plus les riches seront incités à être riches, plus ils investiront dans l'économie et donc par le ruissellement "comme l'eau qui descend de la montagne" cela irriguera toute la société et donc les pauvres aussi. Cette théorie n'a jamais fait l'objet d'une évaluation scientifique : c'est un credo politique partagé par TRUMP et par MACRON qui vient, en supprimant l'impôt sur la fortune et en instituant une tax flax de favoriser de manière stupéfiante le 1% de français les plus riches dans des proportions inédites. Il n'y a pas l'esquisse d'une preuve que ça marche, mais si ça ne marche pas, ce sera parce qu'on ne les a pas encore laissé s'enrichir... cf. supra.

En réalité, les travaux de Thomas PIKETTY et de son équipe montrent de manière documentée le creusement des écarts et des inégalités partout dans le monde, un peu moins en EUROPE c'est vrai à cause de l'existence d'une société civile active qui s'en laisse moins compter qu'ailleurs et d'une classe moyenne importante qui se rend bien compte que dans "la société du sablier", elle risque chaque jour davantage de tomber dans la trappe à pauvreté.

Il faut visiter le site  WID.world élaboré par PIKETTY et prendre le temps de consulter les tableaux inter actifs pour tous les pays de la planète dans ce rapport mondial sur les inégalités 2018. De 1983 à 2014 en FRANCE, les 1% les plus riches (ceux qui gagnent plus de 112 960 euros par an et par personne) ont accaparé 20% des fruits de l'activité, autant que les 50% les moins riches. Sur la même période, le revenu moyen du 1% a augmenté de 100% et celui du 0,1% les plus riches de 150%; le reste de la population a vu ses revenus augmenter de 25%... On est donc dans un creusement des inégalités qui fragilisent toujours plus ceux d'en bas et déconnectent ceux d'en haut de toute considération de la situation réelle de leurs concitoyens. C'est l'impôt qui permet de resserrer l'écart et de resserrer le lien social, cet impôt qui est devenu non pas le symbole de la solidarité qu'il était en 1914 quand il a été créé, mais celui du mal absolu.

Vilaine évolution des mentalités encouragée par les ultra riches qui possèdent maintenant tous les journaux français et par leurs relais médiatiques à FRANCE INTER et ailleurs.

 

commentaires

Territoire à énergie positive, l'évaluation à laquelle vous pouvez participer...

Publié le 25 Décembre 2017 par Thierry BILLET

Madame, Monsieur,
 
En 2013, Le Parc naturel régional du Massif des Bauges, Grand Annecy et Chambéry métropole – Cœur des Bauges se sont engagés, avec le soutien de l’Ademe et du Conseil Régional, dans une démarche de « Territoire à énergie Positive  (TEPOS) ».
La mobilisation de l’ensemble des acteurs publics et privés est essentielle à la  démarche qui vise à produire en 2050 autant d’énergies renouvelables nécessaires pour couvrir l’ensemble de la consommation du territoire.
Les actions engagées  dans le domaine de la production d’énergie renouvelables, des économies d’énergie dans les secteurs de l’habitat,du tertiaire, et de l’industrie ainsi que dans le domaine des transports sont variées. Les premiers résultats sont à mettre en perspective avec les objectifs de la trajectoire TEPOS.
Aussi, nous vous proposons de participer à son évaluation à l'issue des trois ans de la démarche.
 
Cette évaluation se tiendra le jeudi 11 Janvier 2018 de 9 h à 12 heures, au service des eaux de Chambéry métropole – Cœur des Bauges (plan d'accès).
 
La matinée interactive sera l'occasion de donner votre appréciation des actions engagées et des suites possibles afin de renforcer la démarche TEPOS dans les années à venir.
Cette matinée de partage est à destination des partenaires savoyards et haut-savoyards. 
 
Vous pouvez d’ores et déjà donner votre avis sur le sondage en ligne sur le site :
www.parcdesbauges.com/tepos
 
Pour des raisons de logistique, je vous remercie de bien vouloir faire parvenir votre inscription par mail : tepos@parcdesbauges.com 
commentaires

10 100 pass "air pur" vendus en trois jours !

Publié le 24 Décembre 2017 par Thierry BILLET

La mise en place du pass "air pur" par la SIBRA à ANNECY en étroite collaboration avec CHAMBERY sous la forme d'un billet unique à 1 euro pour la journée a montré son efficacité au cours du premier pic de pollution de l'hiver.

En effet, ce ne sont pas moins de 10 100 pass air pur qui ont été vendus sur les trois jours, soit en moyenne 3 370 pass d'une journée.

Habituellement, la SIBRA vend 3 150 billets unitaires d'une heure : les voyageurs en achètent en général 2 pour un aller-retour; donc nous pouvons compter de l'ordre de 1 575 voyageurs individuels par jour en période normale.

L'écart avec le pass air pur est donc massif : 3 370 - 1 575 = 1 795 voyageurs de plus grâce à ce dispositif chaque jour.

Même en considérant que nous n'aurions que des voyageurs qui ne font que des allers les jours normaux l'écart est significatif : 3 370 - 3 150 = 220 voyageurs supplémentaires.

La vérité est plus proche des 1 795 voyageurs supplémentaires et cela montre l'efficacité de la mesure qui donnera nous l'espérons l'envie aux voyageurs d'un jour celui de conserver le réflexe d'utiliser le bus en ville.

Une première déclinaison de notre plan qualité de l'air qui porte ses fruits.

 

commentaires

Ne lâchons pas l'agriculture bio !

Publié le 23 Décembre 2017 par Thierry BILLET

L'association ADABIO nous informe sur la situation de l'agriculture biologique. Signons la pétition de soutien à cette nécessité absolue de reconvertir le monde agricole à des méthodes respectueuses de la terre et de la biodiversité.
 
L'actualité sur les aides bio est dense en ce moment, et n'est pas très bonne. En tant que collectivités, associations, coopératives ou opérateurs économiques, vous êtes probablement confrontés à des questions sur la bio et sur les aides dédiées à l'Agriculture Biologique. Vous trouverez ci-dessous quelques liens qui vous permettront d'y voir plus clair. Ainsi que les mobilisations que nous menons actuellement pour un soutien ambitieux au développement de la bio !

De manière très synthétique les principales évolutions sont les suivantes :

plafonnement des aides à la conversion (12 000 euros avec la transparence GAEC) et au maintien en Agriculture Biologique (8 000 euros avec la transparence GAEC)
désengagement de l'Etat du financement de l'aide au maintien, ce qui pourrait induire un arrêt total du financement de cette aide en l'absence de co-financeur qui prendrait le relai. 75% des aides au maintien sont issues du FEADER (la Région est autorité de gestion sur ces fonds européens), et en l'absence d'un financeur national (collectivité locale, Région, Agence de l'Eau, Ministère, etc.) qui prendrait en charge 25% du montant, il n'est plus possible de mobiliser ces 75% européens, ce qui signifie l'arrêt total de l'aide. 
risque de désengagement de l'Etat du financement de l'aide à la conversion, faute d'un fléchage suffisant des enveloppes du second pilier vers l'Agriculture Biologique, alors quelques mois plus tôt l'Etat avait la possibilité de faire glisser des montants plus importannts du 1er vers le second pilier pour soutenir la dynamique bio,
probable maintien du crédit d'impôt bio qui serait revalorisé (la seule éclaircie).
 
Les mobilisations du réseau bio :
 
- Un article de synthèse suite à la conférence de presse organisée par l'ADABio et la Chambre d'agriculture de l'Isère au mois de juin dernier, pour dénoncer les modalités de plafonnement des aides PAC bio décidées de manière unilatérale et en l'absence de discussions à l'échelle régionale, par la Région et les services de l'Etat : http://www.s518905495.onlinehome.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=10&t=225&start=30#p1337

L'ADABio a interpellé l'ensemble des députés de l'Isère suite à l'annonce de l'Etat de mettre fin à son co-financement de l'aide au maintien pour l'agriculture biologique : http://www.s518905495.onlinehome.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=83&t=899
 
La Fédération Régionale d'Agriculture Biologique Auvergne Rhône Alpes (notre tête de réseau régional), avec l'appui des groupements d'agriculteurs bio d'Auvergne, a interpellé sur ce même sujet le ministre de l'Agriculture lors du Sommet de l'Elevage http://www.s518905495.onlinehome.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=83&t=900
 
Des manifestations nationales ont eu lieu dans le Nord de la France pour dénoncer le désengagement de l'Etat : http://www.s518905495.onlinehome.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=83&t=959

- Un amendement proposé à des députés pour rehausser le crédit d’impôt par la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique (notre tête de réseau national) et un courrier envoyé aux sénateurs des 4 départements de l'ADABio pour qu'ils appuient cette proposition de loi en deuxième lecture au Sénat : http://www.s518905495.onlinehome.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=83&t=933

Et enfin, le soutien à une pétition lancée par l'association Agir pour l'Environnement pour alerter les citoyens sur les choix politiques de ces derniers mois, historiques par leur manque d'ambition en matière de développement de l'Agriculture Biologique, que nous vous invitons à SIGNER ET A RELAYER LARGEMENT !  https://bio-alaide.agirpourlenvironnement.org/
 
 
Plusieurs documents pour aller plus loin :
 
-> une note de synthèse de l'ADABio (envoyé aux agriculteurs bio mais en libre consultation sur notre Forum) concernant le plafonnement des aides bio : http://www.s518905495.onlinehome.fr/phpBB3/download/file.php?id=708
 
-> un dossier de presse qui explique les conséquences du désengagement de l’Etat sur les aides bio et son manque d'ambition en matière de mobilisation des enveloppes tout en rappelant l'importance des services environnementaux apportées par la bio  : http://www.fnab.org/images/files/cp/Dossier_de_presse_soutien_public_VF.pdf
 
 
commentaires

Economie circulaire en pays de SAVOIE

Publié le 22 Décembre 2017 par Thierry BILLET

L'agglomération est particulièrement active dans le cadre du Territoire zéro déchet zéro gaspillage dans lequel nous travaillons en collaboration étroite avec CHAMBERY, un exemple avec ce petit film...

commentaires

STRATEGIE LUMIERE, deuxième atelier de travail

Publié le 20 Décembre 2017 par Thierry BILLET

Affluence de collègues élus de tout le territoire du GRAND ANNECY, mais aussi d'associatifs et de représentants économiques pour aborder la seconde étape de notre STRATÉGIE LUMIÈRE qui a pour objectif de fixer des règles communes, claires et partagées par tous les acteurs du territoire en matière d'éclairage public.

Et d'abord ce constat général en zone rurale et péri-urbaine à CUSY ou VILLAZ : l'extinction totale de l'éclairage public est soutenu par la population de manière unanime.  Bien sûr il ne peut être étendu ipso facto en zone urbaine, mais les services de gendarmerie confirment qu'il n'y a aucune aggravation de la délinquance ou des vols : les voleurs ont besoin de lumière pour "travailler". Même à CRAN GEVRIER l'extinction dans un quartier un peu difficile a amélioré la situation sur le plan de la délinquance. On peut donc considérer que cette solution est aujourd'hui d'actualité.

Bien entendu la question des lieux de vie nocturnes si agréables pour chacun d'entre nous ne peut être traitée de cette manière, mais elle permet de fixer les idées sur des principes simples comme celui de renoncer à éclairer les coupures d'urbanisation ou de respecter les corridors écologiques en n'éclairant pas en travers de ceux-ci. Le photographe et astronome Philippe JACQUOT témoignait en ce sens en rappelant l'importance du ciel nocturne pour l'humanité pour le voyage, la rêverie, la connexion avec le cosmos et notre longue histoire. N'oublions pas que l'éclairage des arbres a pour effet de prolonger la période de vie des feuilles et d'épuiser littéralement ceux-ci en les obligeant à une activité excédentaire. Mais aussi que l'éclairage public déraisonnable a pour conséquence des distorsions entre les espèces plus ou moins sensibles à la lumière et dont les cycles de vie sont amenés à se décaler, modifiant les relations dans l'éco système entre les proies et leurs prédateurs.

Il faudrait encore aborder la question des LEDS et de ses conséquences sur le spectre de lumière ou le "sur éclairage "qu'ils peuvent générer puisque leur bilan de consommation d'électricité est nettement favorable et peut susciter un "effet rebond" par une utilisation abusive "au même coût d'exploitation".

Bref, une réunion passionnante qui permet de construire un consensus à transcrire ensuite dans les différents documents d'aménagement par exemple tant on constate de l'éclairage abusif dans les espaces privés et les zones d'activité ou commerciales. A SUIVRE ...

commentaires

Peuples solidaires,

Publié le 15 Décembre 2017 par Thierry BILLET

 
 
 
 
 
En Equateur, premier pays exportateur de bananes au monde, on ne lésine pas sur les produits toxiques pour traiter les bananes …et celles et ceux qui les cultivent !
Après le coton, la banane est la seconde culture
la plus traitée chimiquement au monde.

Des produits comme le paraquat, le mancozeb ou le glyphosate, dont certains sont interdits en Europe, sont couramment épandus dans les plantations quand les ouvrier·ères y travaillent. 
 

« Nous sommes très inquiets car nous devons travailler sous une pluie de pesticides.  
Mais si on se plaint, on risque d’être renvoyé »
 

Un ouvrier de la plantation Matias en Équateur

 
 
JE DÉCOUVRE L'ENVERS DU DÉCOR
 
Malgré les intimidations, les ouvriers et ouvrières équatorien·ne·s s’organisent pour défendre leurs droits.
 
 
En 2018, nous avons besoin de votre soutien pour amplifier notre campagne à l’encontre des géants comme Lidl et exiger le respect des normes sanitaires dans les plantations qui fournissent leurs étals.
commentaires

Suivi scientifique du lac 2016

Publié le 12 Décembre 2017 par Thierry BILLET

Comme chaque année, l'INRA a présenté au collège des usagers du lac le suivi scientifique de l'année N-1 établi selon un protocole constant qui permet de disposer de chroniques de longue durée, inégalées pour ce qui concerne les lacs français. Au total ce sont quinze campagnes de mesures par an qui sont réalisées pour cerner les évolutions physico-chimiques du lac et connaître l'état de sa ressource piscicole.

L'année 2016 confirme sans surprise que notre lac est particulièrement propre, « ultra oligotrophe » dit on dans les milieux académiques ce qui signifie qu'il n'y a plus que des traces de phosphate dans l'eau. Malgré ce faible apport nutritif, les différentes classes de plancton sont bien présentes. Le phytoplancton est stable depuis maintenant 2008 et le zooplancton compte 350 000 individus par mètre cube; ce qui est très satisfaisant. Le lac est ainsi extrêmement efficace dans le fonctionnement actuel de la chaine alimentaire; ce qui permet de constater la présence d'une importante ressource halieutique grâce à des pêches au filet et à l'hydro acoustique. La stratification des poissons est connue : perches et gardons dans la couche supérieure,les corégones dans la thermocline et les ombles chevaliers au fond. La ressource identifiée est importante et montre - comme le confirme plus empiriquement les carnets de pêche des pêcheurs amateurs - que la gestion durable mise en place après quelques années d'inquiétude porte ses fruits.

Si l'INRA ne constate pas d'évolution marquée de la température de l'eau du lac, avec des variations moyennes de quelques dixièmes de degré seulement, les plongeurs ont noté au cours des années récentes une augmentation de la température au niveau de l'épave du FRANCE à 45 mètres de 4° à 6°. L'INRA pense qu'il peut s'agir de problèmes d'étalonnage des thermomètres car ce chiffre n'est pas confirmé ailleurs. Mais l'accent sera mis dans le bilan 2017 sur cette évolution des températures constatées dont l'importance est stratégique pour le lac puisque le renversement annuel de la masse d'eau permet seule la réoxygénation indispensable du fond.

commentaires
1 2 > >>