Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Chroniques du travail - 2

Publié le 15 Mai 2016 par Thierry BILLET

Il arrive dans mon bureau, les yeux tristes, le visage fermé, l'impression très vite ressentie que ce que Monsieur X va me dire n'est pas anodin. Il travaille depuis trente ans dans la même entreprise, il est cadre, il avait une responsabilité importante. Les nouveaux dirigeants lui expliquent à leur arrivée qu'ils vont réformer l'organisation du travail et qu'il n'est pas la bonne personne pour faire cela. Il accepte contraint et forcé un emploi fonctionnel sans grand intérêt. L'entreprise connaît un événement grave (sabotage). Les nouveaux dirigeants lui demandent de reprendre son poste pour remettre en route la production. Il accepte. Les dirigeants déposent une plainte est contre les responsables de l'évènement.

Il se trouve convoqué dans ce cadre par la police pour qu'il précise le processus de production lui indique t'on par téléphone. Il arrive devant l'officier de police judiciaire qui lui annonce tout de go qu'il n'est pas intéressé par le processus de production, mais qu'en revanche, il est bien conscient que d'avoir été mis dans un placard comme cela, ça doit rendre agressif contre l'entreprise, qu'on doit en vouloir à la direction, etc. Monsieur X comprend alors que la direction générale l'a désigné comme un des coupables possibles de l'événement survenu quelques semaines plus tôt.

Alors Monsieur X "craque", s'enferme dans la dépression et ne retourne pas travailler.

Commenter cet article

JPP74 15/05/2016 09:13

Malheureusement chronique ordinaire d'une forme hypocrite de la violence patronale qu'on ne voit pas au JT comme on a pu voir la chemise déchirée d'un DRH, mais que les défenseurs des salariés rencontrent de plus en plus souvent et pendant ce temps là nos gouvernants font une loi travail pour donner encore plus de libertés aux grandes entreprises pour qu'elles continuent en toute tranquilité.