Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Plan de protection de l'atmosphère

Publié le 8 Novembre 2012 par Thierry BILLET

La question de la pollution de l'air est devenue un enjeu central de santé publique. Le plan de protection de l'atmosphère dans la vallée de l'ARVE accouche selon l'Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc (ARSMB) et Environn'Mont-Blanc d'une souris. Leurs arguments sont sérieux. La remise en cause du transport routier de marchandises est encore un leurre alors que les italiens poussent tant au FREJUS qu'à CHAMONIX pour doubler les tunnels routiers. Au FREJUS, la galerie de secours du tunnel a été calibrée pour permettre de faire passer les camions, ce n'est pas pour rien ! 

 

Premières mesures transports du PPA 

Tout ça pour ça ?
La concertation n’était-elle qu’une illusion ? Au terme de 2 ans de travail et de propositions auprès des services de la Préfecture et un très grand espoir de voir enfin la santé publique primer sur les intérêts du secteur des transports, le Préfet a tranché et s'apprête à publier les premiers arrêtés du Plan de Protection de l’Atmosphère de la vallée de l’Arve, concernant les transports :
–  La vitesse sera abaissée de 20 km/h pendant la période hivernale, sur autoroute uniquement. Les routes nationales, et donc la route d’accès au tunnel du Mont-Blanc, ne bénéficieront pas de cette limitation saisonnière.
–  Seuls les poids lourds les plus polluants, les Euro 2, sont interdits (depuis le 1er novembre) au tunnel du Mont-Blanc. Or ils représentaient seulement 1,7% du trafic poids lourds du tunnel en 2011. Le calendrier de retrait des Euro 3 n’est pas fixé et le Préfet propose une simple « poursuite des réflexions du groupe de travail sur l’étude de mesures de régulation du trafic Euro 3 au tunnel ».
La Préfecture nous avait laissé entrevoir que des solutions ambitieuses seraient appliquées pour venir à bout des dépassements illégaux de polluants atmosphériques sur notre territoire. Toute ambition a pour l'instant été mise de côté pour aboutir à des décisions qui favorisent, une fois de plus, le secteur des transports au détriment de la santé humaine. Les associations qui se sont impliquées sans compter dans la définition de ce PPA ont le sentiment d’avoir été trompées et ignorées. La déception est grande, mais la détermination reste intacte pour continuer à faire pression pour que des mesures volontaristes soient mise en place, afin de retrouver une qualité de l’air légale dans la vallée de l’Arve et au Pays du Mont-Blanc d’ici 5 ans, tel que le préconise le PPA.

 plus d'infos

Le PPA le plus avancé de France 

Ou un écran de fumée ?
En mars 2012, la France demandait à l’Europe un report de son devoir de respect des valeurs limites de dioxyde d’azote (NO2) jusqu’en 2015. Dans sa note, la France justifiait essentiellement sa demande par la mise en place de  Plans de de Protection de l’Atmosphère et citait même le nôtre en exemple national : « Le PPA le plus avancé à ce jour est celui de la vallée de l’Arve, dont la consultation s’est achevée récemment après enquête publique ». La France précisait également le « caractère éminemment local de la pollution de l’air par le dioxyde d’azote » et confirmait que « de très nombreux dépassements ne trouvent de réelle explication que dans la proximité du trafic routier ». Près de 80% des émissions de NO2 dans la vallée de l’Arve proviennent d'ailleurs des transports. Les mesures transports que le Préfet a choisi d’appliquer pour l'instant dans notre PPA ne sont pas à la hauteur de l’enjeu et démontrent qu’il n’existe toujours pas de volonté politique au niveau de l’Etat pour défendre sérieusement la santé publique face au fléau de la pollution de l’air. Les autres mesures phares données par la France dans sa note à l’Europe ne sont pas beaucoup plus convaincantes et concernent deux projets qui n’ont toujours pas vu le jour : la définition de la liste des infrastructures de transports à construire en priorité (le SNIT) et les Zones d’Action Prioritaire pour l’Air (ZAPA), qui sont remises en question. Le passage à l’acte laisse une fois de plus à désirer...

 

 les arrêtés publiés à ce jour