Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

1 an déjà, discours creux, politique vide

Publié le 29 Août 2021 par Thierry BILLET

"Un Discours creux pour une politique vide", voilà le résumé d'un an de gestion municipale par le duo ASTORG/LARDET. La lecture d'une "enquête" de MEDIAPART sur les écologistes au pouvoir municipal et le social illustre cette immense vacance de pensée de notre maire actuel. Interrogé sur la manière dont les nouveaux maires écolo appréhendent la question sociale, François ASTORG commence par répondre à côté de la plaque en évoquant les stations et les saisonniers. Puis, de retour des Journées d'été des VERTS où il a dû se faire méchamment chambrer à quelques mois de la présidentielle sur son alliance avec Mme LARDET, il tente de la justifier en qualifiant celle-ci de "ex-macroniste" puis, comme il en a l'habitude d'habiller cela avec une référence aussi vague que déliquescente au "projet".

Projet dont, plus d'un an après l'élection, on ne voit rien. Sauf la mise en oeuvre de ce que nous avions préparé : la piscine des MARQUISATS, le Haras, le plan climat énergie territorial, l'affectation du parking CARNOT aux seuls abonnés et la piétonisation de la rue de la paix, ANNECY PAYSAGES, la fin de l'AVANT SCÈNE qui a effacé la barre de l'ancien hôpital et se fond parfaitement dans le décor montagnard vu depuis le lac,  etc.

A propos du social, François ASTORG n'évoque même pas le bail réel solidaire sur lequel nous nous appuyions dans le cadre du Programme local de l'Habitat. Pour tout vous dire, je pense qu'il ignore totalement ce que c'est. 

Seuls les fabricants de peinture verte, au propre comme au figuré, ont vu le changement à ANNECY. Mais aussi les services municipaux qui voient quotidiennement des élus qui n'hésitent pas à confondre leurs intérêts personnels et le service de la collectivité.

Je vous reproduis intégralement ci-dessous son entretien pour que vous compreniez ce qui signifie le mot "vacuité". 

Plus à l’est, au pied des montagnes à Annecy, le dérèglement climatique se voit à l’œil nu, un défi et une urgence pour une ville qui vit beaucoup des sports d’hiver, dirigée depuis un an par l’écologiste non encarté François Astorg, associé au cours de sa campagne avec l’ex-macroniste Frédérique Lardet. Tout autour, les stations préservent tant bien que mal leur modèle économique hivernal, souvent à grand renfort de canons à neige.
La station la plus proche d’Annecy vit de la même manière tous les problèmes des stations de basse altitude. Une neige aléatoire et des infrastructures lourdes. « Le choix que nous appuyons, c’est de transformer cette montage vers des activités plus naturelles, mais aussi plus socialement accessibles à tous, décrit François Astorg. Mais le randonneur, il monte avec sa gourde et son casse-croûte, ça rapporte moins que le skieur… Je crois que l’écologie a gagné la bataille des esprits mais pas celle des pratiques. Elle touche tout de suite au porte-monnaie, donc à l’emploi. »
Même à Annecy, ville de canaux au bord d’un lac bleu ciel, la question sociale percute la carte postale. « Sur le sujet des saisonniers par exemple, on a quinze ans de retard à rattraper, ce n’est pas en un an qu’on va y arriver, complète François Astorg. L’essor économique est plutôt fort, la ville est attractive, mais du coup les logements et le foncier peuvent atteindre des sommes faramineuses. Cela oblige les saisonniers, incapables de se loger ici, à aller vivre plus loin, donc en générant des problèmes de transport et plus de pollution. »
Sa solution passe par « la consultation », plutôt que par « l’injonction immédiate », ce qui dès la constitution de sa liste a fait grincer les dents de son « parti de cœur », EELV. « L’écologie c’est ma culture mais il faut qu’on soit dans une logique de gouvernance plus qu’un parti de militants, bousculer ses lignes idéologiques. J’ai fait une alliance qui est apparue contre nature mais on était d’accord sur le projet. »