Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Écologiste annécien

ANDREYS, LARDET et leur directeur de conscience

Denis DUPERTHUY devrait lire mon blog plus souvent, il aurait pu ne pas attendre une année pour remarquer le magnifique conflit d'intérêt de Monsieur ANDREYS entre ses activités professionnelles et son mandat de vice-président au GRAND ANNECY. ( cf. ci-dessous).

DD pointe cette fois l'évidence avec le SEMNOZ où M. ANDREYS mélange allègrement ses activités commerciales et son mandat d'élu. Il invente pour les journalistes qui le questionnent un nouveau sésame, le "déport"
Le déport s'applique quand une personne qui a une autorité quelconque estime en conscience qu'elle ne doit pas s'occuper d'un dossier que ses fonctions devraient le conduire à traiter. Il s'agit pour un magistrat de ne pas juger sur le fond un dossier pour lequel il a été juge d'instruction par exemple. Ou pour un élu de ne pas participer au vote d'une délibération ou de ne pas instruire un dossier auquel d'une manière ou d'une autre on a partie liée ou intéressée. Je me souviens ainsi de Bernard BOSSON annonçant en conseil municipal qu'il se déportait sur un dossier de permis de démolir concernant un immeuble où il était propriétaire.

Voilà donc l'excuse dérisoire de M. ANDREYS, il se "déportera"... Mais le déport se produit lorsque le risque de conflit d'intérêts survient au détour d'un mandat sans qu'on ne puisse anticiper celui-ci lorsque l'on prend des responsabilités. Il s'agit d'une démarche  ponctuelle et rare.  Alors que M. ANDREYS est directement impliqué dans des activités touristiques sur le SEMNOZ depuis des années. Il sait donc que le seul moyen de prévenir le conflit d'intérêts était de ne pas se faire élire dans une fonction qui traite de la gestion du SEMNOZ, que ce conflit d'intérêts soit direct ou indirect. Mais il s'est fait désigner et donc il a choisi de mélanger ses affaires professionnelles et politiques pour nécessairement en tirer profit; sinon pourquoi aller prêter le flanc à la critique du conflit d'intérêts.

Et Mme LARDET annonce qu'elle saisit le malheureux DGS de l'agglomération qui n'en demandait pas tant et qui n'est certainement pas le directeur de conscience des élus de la majorité ASTORG/LARDET. Il aurait d'ailleurs beaucoup à faire, entre Mme LAFARIE et M.  OSTERNAUD qui se font payer leurs lettres recommandées par nos impôts, M. TATU qui pige dans un journal sans mentionner son appartenance politique, etc.  

Cette manière de botter en touche pour ne pas respecter la charte de déontologie qu'ils ont tous voté en début de mandat ne trompe personne... Le mélange des genres et le copinage sont au coeur de la gestion ASTORG/LARDET. Il faut bien qu'ils soient au moins d'accord sur quelque chose.

 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :