Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Écologiste annécien

"La ronde" au secours de SUPPLISSON

Le pire n'est jamais sûr, mais avec cette municipalité "écolo-égoïste", on peut s'attendre à tout.  Par exemple, à ce que l'association "LA RONDE" (les épouses du premier adjoint et d'un autre adjoint, une maire-adjointe, le frère du maire) prenne un conseil pour intervenir aux côtés du fossoyeur Frank SUPPLISSON pour que le Tribunal de commerce ne prononce pas l'annulation de la cession de la SCOP ALPINE ALUMINIUM à celui qui aura de facto tué 85 emplois industriels à ANNECY grâce à ses engagements jamais tenus depuis décembre 2019. Au motif que leurs loyers ne sont pas chers et qu'il y a des difficultés à trouver des locaux à ANNECY, ils se bouchent le nez et les oreilles sur la volonté de Justice des anciens salariés associés à la société coopérative ouvrière de production et s'opposent à ce qu'ils récupèrent au moins leur investissement dans la SCOP et obtiennent les dommages et intérêts de la perte de leur emploi. Qui dit prie que cet égoïsme de jeunes nantis surdiplômés en reconversion "éthique" contre la simple justice sociale.

Ils auraient pu, compte-tenu de leur proximité avec les élus décisionnaires actuels, se battre pour que la nouvelle municipalité crée des tiers-lieu ouverts à l'économie sociale et solidaire. Mais non, plus simple de pactiser avec M. SUPPLISSON malgré les alertes préalables à leur installation sur le site de la part des anciens de la SCOP y compris dans le bureau du maire-délégué de CRAN GEVRIER ! Ils auraient pu appeler leur copine, Mme LARDET, pour que le GRAND ANNECY préempte les terrains quand la cession sera annulée comme vient de le faire ROUEN sur les terrains de LA CHAPELLE D'ARBLAY enviés par les mêmes rapaces. Mais non, plus "éthique et bienveillant"  - pour reprendre leurs éléments de langage  - d'exprimer ainsi leur mépris à la figure des 85 anciens salariés.

Lorsque l'on sait que le 2 mai le Préfet de la HAUTE SAVOIE a pris un arrêté interdisant au repreneur de continuer d'accueillir sur le site les locataires car les conditions de sécurité et de santé y sont insupportables, on pourra se poser longtemps la question : qu'allaient-ils faire dans une telle galère ? 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :