Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Du bio dans la restauration municipale

Publié le 6 Janvier 2009 par Thierry BILLET in Politique locale


La question de l'introduction du "bio" dans la restauration municipale est centrale dans une logique d'excellence environnementale, comme le montre bien l'exemple deu village de BARJAC dans le film "Nos enfants nous accuseront".

D'ores et déjà la Ville intègre dans ses menus des produits bio (tomme, reblochon, etc.).

Elle a décidé d'aller plus loin et de respecter le calendrier prévu par le GRENELLE  de l'environnement c'est à dire 20% de bio d'ici 2012.

C'est une décision importante au regard du nombre de repas servis : 3.500 repas par jour dont 2.200 pour la restauration scolaire, le reste pour les personnes âgées.

Marylène FIARD, maire adjoint en charge de la restauration municipale, a donc provoqué une réunion avec le Président de la Chambre d'agriculture pour aller de l'avant.

L'idée de la Ville est de contractualiser avec des agriculteurs les plus proches possibles d'ANNECY et qui souhaitent s'installer ou développer une production bio pour leur assurer un débouché sûr pendant le temps de leur reconversion qui prend environ trois ans.

La contractualisation permettrait d'assurer une sécurité financière à l'agriculteur local à un prix fixé par avance qui rémunère correctement son travail et assure un bilan carbone le plus faible possible en réduisant les coûts de transport.

La Chambre a répondu très favorablement à cette sollicitation dans la mesure où elle cherche à diversifier le modèle agricole du département, jusqu'alors essentiellement laitier avec une transformation à un bon niveau de prix grâce à des fromages AOC. Mais la déréglementation menace ces "niches" de qualité fondées sur un cahier des charges strict.

Les techniciens vont maintenant lister les besoins de la restauration municipale et les confronter aux potentialités connues de la Chambre d'agriculture dans la profession agricole départementale de manière à soutenir des projets existants, ou à susciter des conversions de production ou des installations d'activités maraichères, dans la perspective de la signature d'une convention d'ici juin 2009 entre les différents partenaires.