Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Écologiste annécien

A 41 (3), une catastrophe annoncée pour l'aménagement du territoire

Une autoroute entre ANNECY et GENEVE, deux villes éloignées de 50 kilomètres, alors qu'il en existe déjà une par ANNEMASSE, quelles seront
les conséquences en matière d'aménagement du territoire ?
  • Un mitage encore plus important de l'espace rural dans le secteur de CRUSEILLES :

Ce sont des centaines d'hectares qui deviennent fragilisés, notamment avec l'échangeur de COPPONEX.

Chaque commune veut en plus sa zone d'activités; promesse qu'avait dû leur faire M. PELLERIN, ancien président du Conseil général et conseiller général de CRUSEILLES, en obtenant la création de l'échangeur de COPPONEX; dont chacun s'accorde à dire qu'il est inutile et dangereux, à commencer par Bernard BOSSON ou Pierre HERISSON dans des courriers à mon ami André CHARVEYS, trop tôt emporté par un cancer. Et grâce auquel nous avons obtenu ce sursis de plusieurs années...

Pour empêcher que la FDSEA ne dépose un recours contre l'autoroute, Bernard ACCOYER et le Préfet seraient en train d'imposer aux communes de limiter ces zones à 40 hectares. Mais que vaudront ces engagements, si ils sont pris, après les prochaines municipales de 2008 ?

  • Un temps de trajet de 20 minutes entre ANNECY et GENEVE, c'est une accentuation inédite de la pression foncière dans l'agglomération annécienne.

Dans une période où ANNECY est passée sous la barre des 50.000 habitants car les familles ne peuvent plus s'y loger et sont remplacés par des retraités fortunés (comme l'illustrent sans conteste les documents préparatoires au Plan local d'urbanisme) , le temps de déplacement entre une ville suisse saturée et encore plus chère qu'ANNECY va susciter une pression foncière accrue sur l'agglomération et la ville, qui n'ont RIEN anticipé !

Lors du conseil municipal de décembre, j'ai alerté Bernard BOSSON sur la signature entre GENEVE et les collectivités territoriales frontalières françaises d'un contrat de développement prévoyant l'urbanisation à venir de la zone frontalière. Le maire d'ANNECY ignorait tout de ce document !

Autrement dit, la coupure de la HAUTE SAVOIE en deux est avérée, mais personne ne s'est préoccupé de l'impact de l'autoroute !

C'est d'autant plus grave que l'Etat, dans le cadre du contrat de plan qui devrait débuter en 2007, prévoit un découpage de la région RHONE ALPES qui entérine le rattachement du GENEVOIS à une grande région transfontalière franco suisse; tandis que le sillon alpin rattacherait ANNECY à ... VALENCE...

Entre SAINT JULIEN en GENEVOIS et ANNECY, c'est « coupé » en termes de réflexion prospective; mais on construit une autoroute entre les deux !

Le marché immobilier y trouvera son compte; d'autant que l'on peut compter sur Bernard ACCOYER pour que le Schéma de cohérence territoriale ne voit pas le jour avant des lustres, et ne limite en aucun cas l'urbanisation...

Pour une illustration de la volonté politique de M. ACCOYER en ce domaine; le compte rendu de la seule réunion d'information du SCOT est exemplaire. A lire sur

http://www.amisdelaterre.org/

La-Baleine-des-Lacs-No36.html

Cette autoroute, lancée par Bernard BOSSON, avant qu'il ne devienne « écolo compatible » pour cause de loi littoral et de prise de conscience de la gravité de la crise écologique, était le résultat d'un deal au plus haut niveau quant à la transformation de la Société du Tunnel du Mont Blanc en société autoroutière qui devait construire l'A 400 et l'A 41 au début des années 1990, sous la houlette de M. CHARDON, ancien directeur de cabinet de Jacques CHIRAC à la mairie de PARIS. Et en échange, bien entendu, de la prolongation de la concession du Tunnel du Mont Blanc pour financer ces travaux non rentables. Cela s'appelait « l'adossement », heureusement l'Union européenne y mit bon ordre.

Il ne manque plus que le volet « démocratie » de cette série d'articles sur l'A 41, même si l'histoire mériterait mieux que quelques lignes dans un blog. Il faudrait pouvoir prendre le temps d'écrire l'histoire de MM. PONS, CHARDON, BREUIL et comprendre pourquoi le RPR puis l'UMP se sont autant investis pour que cette autoroute se fasse... Et le lien avec la catastrophe du Tunnel du Mont Blanc, ou comment la préoccupation de M. CHARDON de construire ces autoroutes l'a fait oublier de se préoccuper de la sécurité dans le Tunnel et d'y consacrer les moyens qui auraient évité la catastrophe de 1999.






Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :