Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Centre de congrès : une mission de concertation et de communication

Publié le 25 Août 2011 par Thierry BILLET

Je viens d'apprendre que la C2A venait d'engager un cabinet de consultants pour mener une mission de concertation et de communication autour de l'implantation du Centre de congrès.


Voilà de l'argent dépensé bien inutilement de mon point de vue.

 

Soit l'on considére que cette implantation à ALBIGNY est la seule possible et alors il n'y a rien à discuter.

C'est la thèse qui a été développée au dernier conseil d'agglomération en réponse aux arguments développés par les opposants à ce projet de localisation.

Si l'on en est si sûr, pourquoi dépenser de l'argent à concerter alors qu'il y aura une enquête publique et que le principe de l'implantation à cet endroit n'est pas négociable ?

Les contestataires de cette implantation ne participeront pas à une discussion qui considére que le lieu de l'implantation n'est pas négociable et ils auront raison de refuser une concertation "bidon".

 

Soit l'on admet que d'autres sites sont possibles (ou encore qu'il faut consulter la population sur l'intérêt de ce centre de congrès pour l'économie locale avec un débat fort intéressant sur la question du nombre d'emplois directs créés rapporté au coût d'investissement pour l'agglo en comparaison du même investissement dans une politique d'isolation thermique des bâtiments de l'agglo par exemple), alors il faut reprendre la question à la base : il ne s'agit plus de concertation ni de communication pour faire accepter un projet très contesté.

 

Il s'agit d'une réflexion en amont qui nécessite une méthodologie participative telle que celle que la Ville a utilisé pour l'élaboration du Plan climat territorial avec un cahier des charges de la participation, une problématique ouverte, l'absence de choix définitifs dés le départ, un comité de pilotage ouvert, etc.

 

Mais une mission confiée à un cabinet de consultants de cette manière ne pourra être considérée que comme un moyen de "faire passer la pilule" et une occasion de dépenser inutilement de l'argent, et non comme un outil de démocratie locale.