Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Euro 2016 vs JO 2018

Publié le 2 Juin 2010 par Thierry BILLET

La FRANCE organisera donc l’Euro de football en 2016. Coût estimé de l’opération 1 milliard et 700 millions d’euros pour construire et rénover des stades de football utilisés quelques dizaines de soirs par an. Le Canard enchaîné de ce mercredi nous apprend que M. SARKOZY n’est allé défendre la candidature de la FRANCE que parce que les pronostics nous donnaient grand vainqueur... Résultat : une seule voix d’avance sur la TURQUIE. Commentaire du Canard : la venue de SARKO a failli planter le dossier...


Certains semblent s’inquiéter (ou se réjouir) de ce que cette décision ne handicape la candidature aux JO d’hiver 2018. Pour les supporters des JO, l’exemple du BRESIL - qui cumulera les deux compétitions foot & JO d’été - montre que ce ne sont pas les mêmes décideurs et que tout est donc ouvert. C’est vrai avec le bémol que l’austérité que le gouvernement français veut imposer aux finances publiques amènera nécessairement à faire des choix dans les investissements sportifs. Mais comme personne n’en sait rien, on attendra 2011 pour savoir.


En revanche, ce qui est surprenant c’est que cette gabegie footballistique ne suscite aucune réaction critique. Un Euro de football n’aurait aucune influence écologique ? Les déplacements des équipes et des supporters ne poseraient pas de problème de gaz à effet de serre ? Construire de grands stades vides 95% de l'année n’aurait aucun impact environnemental ?  Quel sera l’héritage de l’Euro 2016 ? Qu’aura t’il apporté de bénéfique aux territoires sur la longue durée ? Des emplois de gardiens et de tondeurs de pelouses comme je l’ai lu dans la presse ?

Ces indignations à géométrie variable m’étonnent toujours.


Quand on pense que l’agglo de GRENOBLE a dépensé 90 millions d’euros pour construire un stade « des ALPES » pour son équipe de foot qui n’a fait qu’une saison en Ligue 1, ce type d’investissement populiste mérite qu’on y réfléchisse, non ?


A l’heure où l’hypothèse que le club ETG (Evian Thonon Gaillard) vienne jouer à ANNECY redevient d’actualité, il faut bien prendre en compte les dérives auxquelles le football professionnel conduit les finances communales dans de trop nombreuses villes.

Alors que tous les feux verts étaient obtenus pour aller jouer à GENEVE qui a un stade aux normes et plus proche des supporters du club, un caprice de M. PLATINI refuserait qu’un club français joue « à l’étranger » et obligerait le club surnommé « la danseuse de M. RIBOUD », patron de DANONE et le mieux payé des entreprises du CAC 40, à se rabattre sur ANNECY dont le stade n’est absolument pas aux normes de la ligue 2 de football.

De quoi rendre prudent losque l'on est attentif à la maîtrise  des dépenses municipales. Combien de temps ETG restera t’il en Ligue 2 ? Un an comme GRENOBLE en Ligue 1 ?  Qui paiera les travaux de mise aux normes si ils redescendent l’année suivante ou l’année d’après ?

Tout cela demande des garanties sérieuses et des engagements fermes de sorte que ce club voulu par quelques riches personnalités assume seul le coût de travaux qui ne relèvent pas de la responsabilité ni de la volonté des annéciens dont les associations qui utilisent le stade vont subir les conséquences de cette venue sans avoir rien demandé à personne.

Une idée à creuser serait que l’ETG aille jouer à GRENOBLE qui a un stade de foot immédiatement aux normes et qu’on affrète des trains spéciaux Evian, Thonon, Annemasse jusque Grenoble les quelques soirs de match pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et les risques d’accidents routiers.  Deux clubs de Ligue 2 pour amortir les frais de construction du stade des ALPES qui deviendrait ainsi particulièrement bien nommé, rassemblant dans une même ferveur footballistique les supporters de Dauphiné et du Chablais sans coûter un centime de plus aux contribuables.