Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

« Les Alpes sont certes un château d’eau mais il fuit ! »

Publié le 22 Octobre 2010 par Thierry BILLET

 

Le colloque de MEGEVE, fin septembre 2010, sur l'eau en montagne a permis des échanges fructueux.


J'en retire quelques extraits de la déclaration finale en vous invitant vivement à la lire dans son intégralité.

 

Expressions montagnardes relevées au cours des ateliers

 

. « Les Alpes sont certes un château d’eau mais il fuit ! »

• « Il faut mettre en place une démarche du jour d’avant plutôt que du jour d’après »

• « Inventons l’hydrosolidarité »

• « les milieux aquatiques ne sont pas un gâteau à partager »

• « les  règles changent plus vite que notre capacité à les mettre en œuvre

localement »

• « L’acquisition de 250 hectares de rives de cours d’eau nous a coûté à peine 2,5

carrefours giratoires ! »

 

 

Dans le cadre de ces Etats généraux où les attentions se portaient sur la gouvernance de l’eau en montagne, les échanges ont permis d’établir les conditions d’une « gouvernance efficace ». Cette dernière se définit par une capacité de réaction face aux mutations des enjeux à l’image de ceux induits par le changement climatique ou les mutations économiques.

 

Les quatre fondements d’une telle gouvernance sont :

 

- l’identification des enjeux partagés par l’ensemble des acteurs d’un même  

territoire

- l’engagement de stratégies collectives issues d’une concertation entre les acteurs

politiques, économiques, techniques et scientifiques et la population

- la définition d’un lieu de concertation permettant un partage et une prise de

décision acceptable et acceptée par le plus grand nombre

- Un intérêt économique à agir et la mobilisation de moyens nécessaires.

 

Il est également indispensable d’intégrer un raisonnement « assuranciel » des territoires de montagne.

Une approche macrorégionale de massifs permet d’appréhender des enjeux communs à ces territoires. Il faut intégrer des actions parfois contradictoires dans une vision large de grand territoire.

Dès lors il faut réfléchir à une forme de gouvernance des Alpes multi niveaux qui associeraient outre les acteurs politiques (différentes collectivités territoriales) les acteurs économiques et sociaux, les associations et plus particulièrement dans le secteur de l’eau, les porteurs de savoir-faire scientifique et technique. 

Il faut noter que ce type de gouvernance préexiste dans le massif alpin avec d’une part l’organisation dans le cadre du programme « Espace Alpin », d’une capitalisation d’expériences locales et d’autre part à travers le réseau d’observateurs de la Convention Alpine.  

 

Plus d'info sur :

http://eauenmontagne.org./site/