Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

"Les marchés n'aiment pas le risque"

Publié le 20 Septembre 2011 par Thierry BILLET in C'est personnel

L'inanité des commentaires économiques et la nullité des questions posées par les journalistes sur FRANCE INTER et FRANCE INFO me mettent en colère chaque jour.
Je n'écoute pas les autres radios et ne crains pas d'affirmer que cela ne doit pas être meilleur ailleurs.

J'avais déjà souligné la bêtise crasse de la rubrique "Bourse" :

http://www.thierry-billet.org/article-la-bourse-a-france-inter-64002277.html

Avant hier, un journaliste de FRANCE INTER interrogeait un économiste en ces termes :

"On sait que les marchés n'aiment pas le risque"...

Et l'autre de ne pas s'exclaffer au motif que, justement,le propre de la Bourse est la prise de risque sans laquelle personne n'a intérêt  à y placer son argent.

Sinon, on achète des obligations à rendement fixe et assuré et pas des actions...

A part colporter les derniers ragots sur le fait que la GRECE va effectivement ou pas être dans l'incapacité de faire face aux prochaines échéances de ses prêts, il n'y a rien à attendre d'intéressant.

Cette incapacité de la radio publique à éclairer la situation économique est un sujet de réflexion en elle-même.


La capitalisation boursière de BNP + Crédit agricole + Société Générale  était passée de 125 milliards d'euros à 56 milliards d'euros. Leur capital avait donc "fondu" de 69 milliards d'euros. Cette perte est sans commune mesure avec leurs engagements vis à vis de la GRECE.

Il y a donc des institutions spécialisées qui spéculent sur le fait qu'il y aura d'autres "trous" dans les remboursements des Etats vis à vis de ces banques et qu'il faut donc vendre leurs actions maintenant parce qu'elles vont dégringoler encore plus demain.

Et bien entendu des spéculateurs qui espèrent profiter de ce désamour sur les banques françaises pour les racheter à vil prix avant que la panique ne cesse et que le cours remonte à un niveau "normal".

Tout ceci sur le dos des particuliers qui disposent de quelques actions de l'une de ces banques dans un portefeuille qu'ils ne gèrent pas.


La seule solution raisonnable : changez de banque pour ne pas alimenter cette économie du casino permanent.

La NEF vous attend et utilisera votre argent au service de l'intérêt commun : solidarité et écologie. Plus d'info ici :

http://www.thierry-billet.org/article-plus-fort-que-cantona-je-change-de-banque-62566889.html