Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

CAO, qu'y a t'il à cacher ?

Publié le 6 Septembre 2021 par Thierry BILLET

L'amie Séverine GRARD raconte sur FB comment on lui a interdit de voter lors de la dernière commission d'appel d'offres présidée par Mme SERRATE. Je me pince en apprenant cela. Les rabâchages participationnistes de Mme LARDET et M. ASTORG se heurtent à leurs pratiques politiques quotidiennes. Faut-il leur rappeler que les 5 membres de la CAO ont été élus le 24 juillet 2020 : 5 titulaires, 5 suppléants. 4 pour la majorité et 1 pour l'opposition. Ce qu'on appelle un scrutin de liste. On doit donc ensuite préserver cette proportion de 1/5 pour l'opposition. Ce qui signifie que quand le titulaire de l'opposition est absent, il est remplacé par sa suppléante pour préserver le quota démocratiquement décidé par le Conseil municipal. Un suppléant de la majorité ne peut évidemment pas remplacer un titulaire de l'opposition. Par contre Séverine peut et doit remplacer le titulaire de l'opposition Bruno BASSO quand il est absent.

Pourtant la majorité a refusé à  Séverine le droit de voter ... car il y avait 6 représentants de la majorité à la réunion. Pour la punir d'être toujours à l'heure en début de réunion au contraire de certains majoritaires ? Parce qu'on ne voulait qu'un seul point de vue sur les deux sujets au vote ? Parce qu'il fallait humilier une conseillère municipale qui est très active au Conseil municipal et dans les médias sociaux pour mettre en avant les incohérences de la nouvelle majorité ? Par incompétence notoire sur les scrutins de liste ?

Dans tous les cas, il s'agit d'une nouvelle violation de la démocratie municipale : tout le pouvoir à la majorité et silence aux oppositions. Denis DUPERTHUY a reconnu que JLR ne fonctionnait pas comme cela et que les oppositions avaient l'information sur le fonctionnement municipal et pouvaient s'exprimer librement dans toutes les instances. Ce n'est plus le cas à ANNECY aujourd'hui.

Il faut regretter le silence des médias locaux sur de tels comportements  et de telles pratiques politiques.