Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Apiculteur en colère !

Publié le 13 Juillet 2008 par Thierry BILLET in Environnement


Je reçois d'un apiculteur en colère cette lettre adressée aux décideurs agricoles.

Elle mérite intérêt.


Monsieur le Président
Chambre d’Agriculture
52 av des Iles
 74 000 ANNECY




Monsieur le Président,

Le mutualisme entre les plantes à fleurs (angiospermes) et l’entomofaune existe depuis que ces deux êtres vivants sont apparus sur terre.

La disparition de l’une entraîne ipso facto la disparition de l’autre.


Par courrier du 01/09/98 la filière apicole a averti, à la fois la D D A et la Chambre d’Agriculture de la disparition des fleurs dans les prairies de Hte Savoie qui entraînerait une disparition programmée de l’apiculture.
   
Les pratiques agricoles dans les zones laitières amènent les abeilles à une disparition inéluctable. La tendance lourde qui s’annonçait il y vingt ans se confirme avec encore plus d’acuité et ce n’est pas un hasard si les pertes de ruches cette année sont plus importantes dans les zones laitières que partout ailleurs.(60% à 80%)  C’est bien la résultante prévue et dénoncée en son temps.

Il est même surprenant  que l’apiculture subsiste encore en Hte Savoie.

Les journaux télévisés vont de nouveau faire leur ‘’une’’ avec les disparitions d’abeilles.

Le ministre de l’agriculture de l’époque, Mr Hervé GAYMARD, avait ordonné en date du 04/05 2004 une table ronde sur la disparition de la biodiversité.

Au cours de ces tables rondes, la Chambre d’Agriculture avait refusé de participer en répondant par voie de presse dans un journal professionnel avec des arguments tous plus loufoques les uns que les autres.

Mais le pire venant de la D D A quand son directeur nous disait qu’il fallait « donner du temps au temps »  (sic) ...

Voilà une phrase qui n’est pas tombée dans l’oreille de sourds puisque les gens qui ne veulent rien faire en ont fait leur devise.

Quand à son adjoint : « La Hte Savoie, c’est 100% de prairies naturelle, et les apiculteurs sont des négatifs, la meilleure preuve c’est qu’un technicien de chambre s’installe en apiculture avec une prévision de 40 kg de miel par ruche et ça c’est indiscutable et irréfutable » (sic)


Maintenant ce même technicien qui avait contribué aux pratiques à faire disparaître les fleurs se plaint ouvertement, une fois installé en tant qu’apiculteur, dans un quotidien départemental de cette disparition.

J’avais aussi à l’époque exposé tous les faits à Mr DENESL alors à la DRAF qui était assisté du Docteur vétérinaire CHAUMECIENNES.

Mr DENESL m’avait demandé de le rappeler, ce que je n’ai pas manqué mais celui-ci m’a adressé une fin de non recevoir !

Le paradoxe de la filière fromagère qui  a fait disparaître les fleurs dans les prairies a besoin de cette image de prairies fleuries et l’on peut lire dans les publicités:

  •     Le goût subtil du reblochon dû à une flore abondante et variée (sic)

  •     L’alimentation du bétail issue uniquement des prairies Savoyardes(sic)

Le fondement d’une A O C est basé sur le fait  que lors des fenaisons les agriculteurs coupaient des plantes médicinales; l’hiver le bétail mangeait des tisanes et le fenil sentait l’herboristerie.

Au nom de quoi une A O C comme  le reblochon qui ne respecte pas son cahier des charges s’arroge le droit de faire disparaître :

•    170 espèces prairiales répertoriées par les botanistes (fabacées, brasicacées…)
•    Tous les insectes dont l’abeille
•    La filière apicole

Pour la première fois de notre histoire il va manquer d’insectes en Haute Savoie.

Même si les bonnes décisions étaient prises, le temps de réponse sera de dix ans.


La disparition des espèces prairiales a eu jusqu’à présent des conséquences uniquement morales et esthétiques mais la facture économique va arriver, (déficit de pollinisation de l’espace agricole),  et elle sera particulièrement ‘’colossale‘’.

Vous avez traité le problème par l’irresponsabilité et parfois la désinvolture, désormais vous ne pourrez plus plaider l’ignorance et repousser les solutions à apporter aux calendes Grecques

Votre responsabilité est engagée sur la disparition des ressources nectarifères et pollinifères.

Avant l’irréversible comment envisagez-vous de réagir ?"