Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Hommage à Henri PEZERAT

Publié le 19 Février 2009 par Thierry BILLET in C'est personnel


J'ai appris avec une grande tristesse le décès, le 16 février dernier, d’Henri Pézerat, que j'avais rencontré à la FNATH à l'occasion du lancement des procédures sur l'amiante à la fin des années 1990.

Toxicologue de renommée internationale, Henri s’était fait connaître du grand public fin des années ’70 en tant que militant contre l’amiante.

A la suite de la découverte d’amiante dans les bâtiments du campus universitaire de Jussieu, en plein cœur de Paris, il avait mené une campagne de sensibilisation sur les dangers de cette substance, à l’époque encore très largement ignorés des autorités et du public.

Depuis, Henri Pézerat n’avait cessé de militer pour l’amélioration de la prévention des risques du travail. De Jussieu à la récente saga autour du désamiantage du porte-avions français Clemenceau, il a été de tous les combats : pour l’interdiction mondiale de l’amiante, bien sûr, mais aussi aux côtés de travailleurs atteints de cancers dus aux métaux lourds ou aux produits chimiques.

 « Scientifique hors pair, dénonciateur intransigeant des responsabilités industrielles, financières et politiques des désastres sanitaires passés et actuels, Henri Pézerat avait pour préoccupation essentielle l'humain. C'est ce qui le caractérisait et qui nous faisait croire encore en l'homme », indique dans un communiqué le Secrétariat international pour l’interdiction de l’amiante.

Sans Henri, et une poignée de militants associatifs de la FNATH et d'avocats, le scandale de l'amiante n'aurait pas éclaté. Et les dégâts humains se seraient poursuivis.

L'académie des sciences, tout comme l'académie de médecine, tout comme le ministère du travail couvraient l'activité nuisible des industriels de l'amiante.

Tout comme aujourd'hui l'on nie les dangers des dioxines, les risques des OGM, etc. On recommence les mêmes erreurs encore et toujours.

Adieu Henri, Chapeau Monsieur PEZERAT !