Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

ABBEVILLE et le Front National

Publié le 29 Janvier 2012 par Thierry BILLET

J'ai été lycéen à ABBEVILLE dans la SOMME en 1970. Libé dressait il y a quelques jours un portrait de cette ville attirée par le FN. Les photos de la gare m'ont fait remonter de la mémoire des images de l'achat furtif du journal "COMBAT", le quotidien issu de la Résistance (depuis disparu) le lundi matin avant de rentrer à l'internat, de la grève des lycéens contre la loi DEBRE sur les sursis, et tant d'autres souvenirs.

ABBEVILLE était alors dominée depuis des lustres par Max LEJEUNE, un ténor de la SFIO qui avait refusé le programme commun de gouvernement et s'était illustré pendant la guerre d'ALGERIE en faisant kidnapper en plein vol l'avion de BEN BELLA. Ville ouvrière que je découvris en 1983 en qualité d'inspecteur du travail alors que la Ville avait élu une députée communiste.

ABBEVILLE aujourd'hui décrite comme tentée par le FN par le reportage de Libé... Un taux de chômage carabiné, une ville désindustrialisée par la fermeture des industries mécaniques et textiles, une ville écartelée entre un centre reconstruit totalement après la seconde guerre mondiale et les HLM construits au Nord, sur la colline, et leurs centres commerciaux qui s'agrandissent en même temps que la pauvreté alentour.

Un moment de spleen, presque de remord d'avoir quitté ce département...

Un pincement au coeur en tous cas lorsque j'entends certains annéciens nantis se plaindre ou s'étonner que je sois toujours gai.

Mon parcours me fait savourer la chance que nous avons de vivre ici.

La part de moi qui est restée en PICARDIE me rappelle tous les jours combien le devoir de solidarité envers les plus faibles est une exigence morale que nous ne devons jamais oublier.

Lisez "Le quai de OUISTREHAM" de Florence AUBENAS si vous ne l'avez pas encore lu. Sa description de l'intérieur de la vie d'une chomeuse prend les tripes.

Et nous rappelle que le FN fait son lit de la désespérance sociale en PICARDIE et ici.