Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Absence de politique environnementale à l'agglo

Publié le 10 Décembre 2011 par Thierry BILLET in Environnement

La maigreur du Rapport de développement durable de la Communauté d'agglomération tel qu'il a été présenté lors du Conseil communautaire du 8 décembre 2001 m'a conduit à interpeller le Conseil sur son absence d'ambitions en ce domaine.

Il n'y a pas de majorité au Bureau de la C2A pour mener une politique environnementale sérieuse.

J'ai réussi dans le cadre d'un groupement de commandes à convaincre de mettre en oeuvre des bilans carbone dans la plupart des communes de la C2A et dans les services déchet et eau de l'agglo. Pour moi, c'était le premier pas vers un plan climat communautaire. Las ! Ces bilans carbone ne sont  pas suivis d'effet.

Pour dire la vérité simplement : Bernard ACCOYER ne veut aucune embauche dans la Fonction publique territoriale pour des raisons idéologiques en pleine campagne de l'UMP.

Il bloque donc depuis trois ans maintenant l'embauche d'un chargé de mission qui pilote ce projet.

Dans ce contexte politique défavorable, les retards de l'agglo en matière environnementale s'accumulent car dans le même temps, Bernard ACCOYER, député, charge la barque des contraintes environnementales pesant sur les collectivités territoriales.

C'est ainsi que d'ici juin 2012, l'agglo doit avoir adopté un plan de prévention du bruit.

C'est ainsi que sur la pollution de l'air, l'agglo devrait mener une politique de prévention de la pollution de l'air et qu'elle se trouve maintenant sous la pression de l'Etat obligé de bouger car il est menacé par une procédure d'infraction de la part de l'Union Européenne...

Et d'ici fin 2012, nous devrons avoir rédigé le plan climat énergie territorial de l'agglo en application de la loi GRENELLE 2.

Citant le Dr SERVETTAZ, qui écrivait en avril 1977, il y a 34 ans à propos du sauvetage du lac :

"L'approbation et le soutien des collectivités conscientes de leurs devoirs et intérêts répondirent à nos alarmes. Elles furent plus qu'un témoignage de solidarité et de civisme mais au fond un geste d'amour pour la région qui les avait vus naître ou accueillies dans a munificence (...).

Notre ambition première, jugée à l'époque utopique par certains qui souriaient, inutile pour d'autres qui s'inquiétaient des dépenses à engager pour... de l'eau !! se réalise avec la restauration qualitative certaine du milieu.

Chacun aujourd'hui s'en félicite ici, ailleurs on nous envie !

Notre longue, laborieuse et obstinée démarche contre les attentats et les abandons qui tuaient les eaux nourricières peut déjà servir de référence, d'exemple, encourager ceux qui hésitent encore à entreprendre de sauver leur grande source d'eau potable, de nombreuses joies de vivre naturelles...  

Ces actions de longue haleine démontrent ce qui peut être mené à bien, non pas certes d'un coup de baguette magique sans lendemain, mais par des efforts éclairés, soutenus, lourds d'investissements, de dévouement collectif, d'ambitions désintéressées et de très grande envergure, s'ils sont inspirés par des élus informés de ces problèmes particuliers et qui les ont faits leurs.

Ainsi est restitué aux populations locales, à tous et à chacun, un bien sain, hier en perdition. Nos devoirs envers la nature et les hommes se confondaient très heureusement, ils sont accomplis avec la réhabilitation des eaux.

Les collectivités ont les lacs qu'elles méritent, dont elles tirent orgueil ou honte. Celui d'ANNECY sera la fierté de ma génération."

La communauté d'agglomération par le travail de sape continu du quatrième personnage de l'Etat n'est pas digne de l'héritage de nos précédecesseurs.