Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Collecte des déchets à ANNECY, une réflexion de fond

Publié le 22 Décembre 2010 par Thierry BILLET in Environnement

La suppression de la collecte des encombrants en pied d'immeuble a été une décision qui a suscité des appréhensions au sein du conseil municipal : comment allaient réagir les habitants face à ce qu'ils pouvaient considérer comme une dégradation du service public ?

Un an plus tard le bilan est plus que positif : il n'y a pratiquement plus de dépôts sur les trottoirs et les demandes d'intervention des annéciens aux services "déchets" de l'agglo pour déménager des encombrants se comptent sur les doigts de la main; tandis que les apports en déchéterie n'arrêtent pas de croître :

95 tonnes de D3E, 146 lombricomposteurs, et vous.

Le pari sur l'intelligence et la citoyenneté des annéciens a été une fois encore gagné : ils ont bien compris que les déchets sont une ressource et que l'incinération doit être la dernière solution par rapport à ce qui peut être évité et à ce qui peut être trié pour être recyclé.

Pour autant, nous devons aller plus loin.

Les efforts de tri sélectif et la réduction moyenne des ordures ménagères produites par les annéciens permettent d'envisager une diminution du nombre de tournées de collecte, car les poubelles grises sont sorties seulement deux ou  trois fois par semaine, alors que le camion passe 6 jours sur 7.

La suppression du nombre de jours de collecte apparaît  être un moyen de réduire les émissions de gaz à effet de serre des tournées excédentaires et elle permettrait de consacrer des moyens supplémentaires pour améliorer encore les efforts de tri et de prévention de la production des déchets ménagers, sans renchérir le coût de la TEOM (taxe d'enlèvement des ordures ménagères). Là encore, sans dégrader du tout la qualité de service, il serait possible de renforcer encore nos efforts collectifs de tri en consacrant des agents à de nouvelles collectes spécifiques.

Par exemple, la question des déchets des marchés est importante. Nous avons pris l'habitude que les marchands laissent la Ville dans un état de saleté repoussant, vite oublié grâce à la célérité des services municipaux, au pied de guerre dès la fin du marché. Cette solution où la collectivité prend à sa charge un nettoyage qui relève entièrement de la responsabilité des commerçants ambulants n'a pas son pareil, par exemple en SUISSE. Elle est contraire au principe de responsabilité élargie du producteur de déchets et au principe pollueur/payeur. La réflexion doit donc porter sur la responsabilisation des commerçants ambulants qui devraient se charger du tri et de la collecte de leurs propres déchets après le marché.

De la même manière, la collecte du verre en vieille ville est un vrai casse tête. Les riverains se plaignent du bruit des camions qui sont de plus en plus gros pour réduire les coûts de collecte et passent de bonne heure pour ne pas se trouver pris dans la circulation. Mais les éloigner reviendrait à réduire les volumes collectés qui sont directement en relation avec la proximité des containers. Il faut donc envisager d'autres moyens de collecte du verre, notamment auprès des restaurateurs  et des cafetiers qui en produisent beaucoup. C'est un enjeu essentiel : le verre est recyclable à l'infini et il pèse lourd dans nos poubelles.

Ce ne sont là que quelques exemples du chantier qui s'ouvre en ce début 2011 en collaboration évidemment avec la C2A qui a la compétence "déchets".