Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Dissuader l'usage de la voiture à ANNECY

Publié le 4 Juillet 2011 par Thierry BILLET in Environnement

DISSUADER LA VOITURE EN VILLE

 

Les transports à Annecy sont le second contributeur de nos émissions de Gaz à Effet de Serre.

 

Il convient donc de décliner, au regard de cet enjeu, les mesures qui vont nous permettre de réduire notre contribution au changement climatique.

 

J'ai le souvenir d'avoir rencontré Bernard BOSSON lorsque j'étais porte parole départemental des Verts,  avant qu'il ne mette en place le nouveau plan de circulation et les bus en sites propres. Il nous avait présenté en avant première le projet et nous avait demandé nos observations. Il sentait qu'il aurait besoin de soutiens car il savait que les réfractaires seraient nombreux, comme à chaque fois qu'un changement se présente.

 

La pierre angulaire du système était d'interdire la traversée d'Annecy par le centre ville en bouclant la circulation rue Sommeiller au droit de la rue du Président Favre.

 

Au final, pression des commerçants aidant,  il a été décidé de laisser tourner les voitures à gauche rue Sommeiller vers la rue du Président Favre.

 

Cette situation perdure depuis dix ans maintenant et nous confronte rue SOMMEILLER tous les samedis aux images des queues de voitures à l'arrêt, moteurs tournant, coincées par les piétons de la rue Carnot... Mais aussi toute la semaine, aux coups de frein des bus de la SIBRA confrontés aux véhicules qui leur arrivent de face et tournent à gauche pour traverser la ville en slalomant entre les piétons.

 

Il est temps de revenir aux objectifs initiaux : Annecy ne doit plus pouvoir être traversée de l'intérieur.

 

Vouloir entrer dans Annecy doit se faire en priorité en mode doux. L'échec des parcs relais de l'agglo est aussi celui de la facilité de circuler et de se garer dans ANNECY.

 

Pour dire les choses simplement : le trafic de transit  des voitures Est > Ouest doit être interdit.

 

Pour aller du Pont Neuf à Novel, on doit prendre le bus ou le vélo.

 

Il convient de fermer ce tourne à gauche rue Sommeiller – rue du Président Favre.

 

Mais ce signal politique fort est bien entendu insuffisant.

 

Il doit s'accompagner d'une extension de la zone piétonne dans le coeur de ville, globalement à l'ouest de la mairie et notamment de la rue Jean Jacques Rousseau.

 

Enfin, il faut réduire l'offre de parking de surface : toutes les études (notamment suisses) prouvent que tant que les gens peuvent aisément se garer, ils continuent d'utiliser leur voiture personnelle, même si l'offre de transports collectifs est pertinente. Ce n'est que si ils ont des difficultés à se parquer que le déclic se fait. La seule offre performante de transports collectifs ne suffit pas à changer les comportements individuels.

 

Il faut simultanément améliorer l'offre de transports en commun et réduire l'offre de parkings et en particulier de parkings gratuits qui sont, du point de vue environnemental, un « pousse au crime ».

 

De ce fait, la gratuité de la place des Romains doit être abolie.

 

Je connais personnellement deux personnes résidant dans l'agglo à proximité d'un bus, qui n'utilisent pas le bus car elles se garent gratuitement place des Romains. Leurs voitures y restent toute la journée. Du jour où ce parking devient payant, elles râleront mais surtout elles changeront leurs habitudes et prendront le bus. La gratuité du parking pour les non résidents est une subvention publique tacite aux utilisateurs de voiture individuelle alors que l'objectif de la lutte contre le réchauffement climatique est de développer les modes doux et collectifs.

 

Pour aller plus loin, il convient de programmer la « déprise » de la voiture sur l'espace public.

 

En clair, cela signifie qu'il faut annoncer d'ici 2020 puisque nous avons décidé de baisser nos émissions de GES de 20 % d'ici là, une réduction des places de parking du même ordre. Cette stratégie de dissuasion de la voiture, au delà du réchauffement climatique, est un enjeu majeur de santé publique. Les conséquences de la pollution aux poussières fines (PM10) sont maintenant bien documentées. Nous ne pouvons continuer de constater les dégâts des cancers pulmonaires et des allergies sans prendre les mesures qui s'imposent pour l'améliorer.

 

Enfin, la mobilité individuelle au XXIe siècle doit être celle de la voiture partagée, au moins pour la seconde voiture familiale. C'est l'enjeu stratégique de l'autopartage dans le développement de laquelle la ville doit investir pour ses agents et pour les annéciens.

 

Annecy devrait participer au capital d'une société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) qui ne cherche pas à faire des bénéfices mais à dispenser un service qualitatif aux citoyens. Une prise de participation municipale aurait un effet levier considérable avec l'avantage complémentaire que l'utilisation par les employés municipaux et par les habitants ne se fait pas aux mêmes horaires et que la mutualisation est donc aisée puisque les moments d'utilisation sont différents.

 

Je suis persuadé que les annéciens sont prêts pour ce nouveau pas en avant vers une ville plus apaisée et une qualité de l'air accrue.