Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

EELV crée une énorme pagaille au Conseil régional

Publié le 25 Février 2011 par Thierry BILLET in Politique locale

En ne votant pas certaines délibérations hier, et en quittant la séance ce matin  (sauf une ) pour soutenir des agents en grève, ce qui a permis au Front National puis à l'UDC de faire constater que le quorum n'était pas atteint en plénière...et de faire s'interrompre la séance, Les Verts ont créé une énorme pagaille à CHARBONNIERES...

Certains élus EELV militent aujourd'hui clairement pour une sortie de la majorité régionale. Espérons que la sagesse reviendra.

Le problème politique posé est celui de la capacité des élus écolo à faire vivre une majorité régionale avec le PS au lieu de tenter de toutes les manières de dénoncer le dit Parti socialiste.

Dans cette cacophonie, les élus du FRONT de GAUCHE regardent les Verts avec des yeux ronds, incapables de comprendre leur stratégie.

Les journalistes confient qu'ils ne comprennent pas non plus, estimant que la principale préoccupation est celle de régler les comptes entre les VERTS grenoblois et le PS de l'ISERE après le choix  insensé de M. DESTOT de les virer de la majorité municipale au profit du MODEM.

http://www.leprogres.fr/politique/2011/02/26/conseil-regional-la-majorite-de-gauche-au-bord-de-l-implosion-2

 

Et aussi :

 
Dauphiné Libéré
Enviscope
 
Lyon-actualités.fr
 
Enviscope
 
Enviscope
  
Enviscope
Lyon Capitale
 

Sylvie Gillet de Thorey, en diffusant ce communiqué de presse sur la séance d'hier, ne se doutait sans doute pas que ce serait pire aujourd'hui. 

Les électeurs ont désigné au 2° tour des régionales une majorité composée d'EUROPE ECOLOGIE et du PS sur la base d'un programme commun. Il est de la responsabilité de chacune des composantes de cette majorité d'assumer avec constance le mandat qui leur a été donné. Le débat entre les composantes de la majorité régionale doit exister, mais la succession des incidents publics sème le trouble et favorise le FN et l'UMP qui n'attendent que cela pour dénoncer l'immaturité politique des écologistes et la faiblesse structurelle de la majorité régionale.

 

 Après une journée d’Assemblée Plénière, de nombreuses questions se posent quant aux réelles intentions du groupe Europe EcologieLes Verts (EELV). Pour d’obscures motivations politiciennes, que nous n’osons imaginer être liées aux élections cantonales de mars, EELV a fait aujourd’hui clairement le choix de pénaliser les Rhônalpins les plus fragilisés au regard de l’emploi et la formation et de ne pas soutenir les stratégies du mandat autour de l’économie, de l’enseignement supérieur et de la recherche, sujets essentiels pour l’avenir de RhôneAlpes.

Dès ce matin, en commission permanente, au motif d’une répartition jugée inaboutie sur un million d’euros, EELV a voté contre un rapport déterminant la répartition des crédits consacrés aux Contrats Territoriaux Emploi Formation (CTEF), entraînant le rejet de ce dernier. Concrètement, ce sont 39 millions d’euros (montant de l’enveloppe consacrée aux CTEF) qui ne pourront pas être répartis dans les territoires, et par la même des centaines de projets qui ne verront pas le jour dans les semaines à venir : ministage et parrainage en entreprise, forum des métiers, programme d’insertion pour les femmes dans les quartiers CUCS ou encore financement du permis de conduire pour des jeunes en formation.  

Quelques heures plus tard, et bien qu’ayant salué le travail d’élaboration collective réalisé avec le Viceprésident Thierry PHILIP sur la Stratégie Régionale de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation (SRESRI), n’a pas voulu voter ce rapport. Une provocation médiatique valant visiblement mieux que le soutien au développement des universités, l’amélioration des conditions de vie des étudiants et l’avenir de la recherche rhônalpine.

C’est sur la Stratégie Régionale de Développement Economique et d’Innovation (SRDEI) que EELV a joué son dernier coup de la journée, en s’abstenant sur la délibération, après avoir vainement tenté de remettre en cause les objectifs de croissance. Cette abstention traduit une incompréhension des enjeux du développement de notre région et des préoccupations de ses citoyens, au profit de réflexions de nature purement idéologique. Ces deux délibérations, qui avaient obtenu un regard favorable des partenaires sociaux et des collectivités territoriales, ont été adoptées malgré l’opposition de la droite UMP et du Front National.

Les conseillers régionaux socialistes sont déterminés à faire avancer RhôneAlpes à travers ces actions pour l’emploi, la formation et un développement économique qui valorise tous les atouts de la Région. Il y a là des enjeux plus positifs que des postures bien éloignées de l’intérêt général.