Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Front républicain, maintien au 2° tour...

Publié le 27 Mars 2011 par Thierry BILLET in C'est personnel

Cette élection cantonale boudée par les électeurs marque la défiance de nos concitoyens par rapport à une institution qui n'a plus aucun sens pour une population de plus en plus urbaine dans laquelle le "canton" n'a aucune visibilité politique. Ce n'est pas la fusion des conseillers généraux et des conseillers régionaux en 2014 par des élections sans proportionnelle qui améliorera les choses. Le PS a annoncé qu'il abrogerait cette loi : à suivre en 2012 en fonction du résultat de la présidentielle.

 

Mais cette élection a également conduit l'UMP à revenir sur un principe fort de mise à l'écart du FRONT NATIONAL : on vote pour le candidat qui est opposé au FN même si il n'est pas de sa famille politique. Nous l'avons fait en 2002 pour Jacques CHIRAC. Maintenant SARKOZY, dans sa course droitière a fait sauter ce principe en refusant de choisir entre le PS et le FN... Ce qui bien entendu reconnaît au FN un statut démocratique identique à celui du PS... On voit bien qu'il s'agit d'une posture qui vise à ne pas se "fâcher" définitivement avec l'électorat FN que SARKOZY espère récupérer en 2012 à la Présidentielle. Mais, ce faisant, SARKOZY donne au FN un certificat de fréquentabilité alors qu'il n'avait pas besoin de ce nouveau cadeau, après les débats dangereux sur l'identité nationale, l'islam, etc. La stratégie électorale de SARKOZY est claire : on va vers une alliance tacite avec le FN. Une partie de l'UMP y est déjà acquise et multiplie les déclarations en ce sens. Sans doute SARKOZY estime t'il qu'il n'a plus aucune chance de gagner sans cela. Trop tôt pour le dire, mais ce scénario n'est plus exclu... Rappelons nous en HAUTE SAVOIE, le soutien des grands élus UMP (HERISSON, CARLE, etc.) à l'alliance entre Charles MILLON et le FN à la Région ! Il y a déjà eu des précédents.

 

Seconde nouveauté de ce scrutin : le maintien des candidats des VERTS au 2° tour dans des duels contre le PS quand la droite a été éliminée.

L'argument des écologistes se tient : il faut laisser aux électeurs un choix. Si les VERTS ne se présentent pas, il n'y a plus qu'un candidat et ce n'est pas cela la démocratie. Mais cela bris également un autre tabou.

Dans ce scénario, l'arbitrage entre le PS et les VERTS, ce sont les électeurs de droite du premier tour qui vont le faire. Autrement dit, l'espoir implicite des écologistes est qu'une partie de l'électorat de droite va voter pour le candidat écolo pour faire battre le candidat du PS. Prendre cette décision, c'est donc confier aux électeurs de l'autre "camp" le soin de départager les électeurs de gauche...

Quand on compare les cris d'orfraie de certains  VERTS sur la sacro sainte appartenance à la gauche et les mesures d'exclusion voulues à l'égard des contrevenants qui osent s'allier avec des centristes et le soutien des mêmes  apparatchiks à une stratégie de maintien au 2° tour, on voit bien la contradiction manifeste entre ces deux postures.

Si EELV est génétiquement "de gauche", ce maintien au 2° tour est une hérésie, car l'important est de faire gagner son camp et de respecter le classement des électeurs du premier tour.

Si, en revanche, EELV estime que les alliances au 2° tour doivent être négociées au plus prés du terrain pour tenir compte des situations locales et créer  sans tabou les alliances efficaces qui permettent de battre l'UMP, alors il faut le dire clairement. Et affirmer que le PS n'est pas le seul allié possible des écologistes, comme cela se passes en ALLEMAGNE, en BELGIQUE ou en SUISSE.

La posture actuelle d'EELV a de quoi agacer les militants socialistes qui ont le sentiment d'être trompés en étant soumis au bon vouloir de l'électorat de l'adversaire.

Entre les déclarations la main sur le coeur sur l'appartenance sans faille à la gauche et la volonté manifeste d'en découdre avec le PS aux cantonales et dans la gestion du Conseil Régional, les responsables des VERTS mènent une politique illisible.