Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

M. WOERTH, dédain et déni

Publié le 6 Juillet 2010 par Thierry BILLET in Politique locale

"Monsieur WOERTH n'est pas coupable.

C'est un lynchage.

Monsieur WOERTH n'a rien à se reprocher", etc. etc.

Voilà la ligne de défense de l'UMP.

Mais le problème n'est pas là.

La question n'est pas de savoir si M. WOERTH a piqué dans la caisse, ou s'est fait payer des caisses de champagne par Mme BETTENCOURT.

La question est MORALE.

Peut on être ministre de la République et trésorier du parti majoritaire ?

Etre en situation de bloquer une inspection fiscale de Mme BETTENCOURT et avoir reçu de l'argent de cette dame, est-ce tolérable ?

Avoir laissé embaucher sa femme pour gérer la fortune de Mme BETTENCOURT alors que l'on est ministre du Budget, est-ce tolérable ?

M. WOERTH n'est certainement pas coupable d'une infraction pénale.

Pour autant, peut il rester ministre ?

Bien entendu non, car c'est la morale qui est bafouée : dès l'instant où entre ce que je peux faire obtenir en ma qualité de responsable et/ou d'élu et les cadeaux que cette position politique peut me faire obtenir pour moi même ou mon parti ou ma famille, il y a un conflit d'intérêts qui nécessite de s'interdire de se trouver dans cette configuration.

Il faut alors soit refuser le poste en question, soit rompre les liens avec les personnes susceptibles de bénéficier de vos services réels ou putatifs.

Mais en SARKOZIE, le mélange des genres est la règles.
Nicolas SARKOZY en a donné l'exemple dès ses vacances sur le yacht BOLLORE après son élection et cela ne s'arrête plus.

Le Courrier Picard rappelle le contrôle de la Cour des comptes sur l'officine dirigée par M. WOERTH au conseil général de l'OISE en 1990 et sur les évidentes malversations que cela a permis.

Sachant cela, l'UMP a promis à M. WOERTH une brillante carrière politique et comme par hasard le poste de trésorier; celui, qui dans tous les partis politiques, est le plus proche des tentations, des secrets et des pratiques occultes.

Connaissant ce rapport de la Chambre régionale des comptes en 1990, affecter M. WOERTH à la trésorerie de l'UMP, c'était clairement positionner à ce poste quelqu'un qui ne rechignerait pas à mettre les mains dans le cambouis. C'était aussi bafouer le travail des magistrats de PICARDIE que de  confier la trésorerie d'un parti aussi éminent à quelqu'un qui a accumulé un tel passif.

M. WOERTH n'est certainement pas coupable d'un délit pénal : il doit être assez malin pour que les traces et les preuves manquent et, de toutes façons, les procureurs en charge de ce dossier obéiront aux ordres de celui qui les a nommés pour qu'il ne soit pas inquiété.

Mais cette crise morale qui s'ajoute aux autres est la marque de fabrique de la SARKOZIE : dédain et déni. Vivement 2012 !


Et n'attendez pas 2010 pour vous abonner à MEDIAPART comme je vous y ai invité à plusieurs reprises : ce journal sur internet est le fer de lance d'une presse d'investigation dont nous avons absolument besoin aujourd'hui.