Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

RSA, l'insupportable schyzophrénie de l'UMP

Publié le 9 Juin 2011 par Thierry BILLET in C'est personnel

L'UMP n'a jamais digéré d'avoir dû voter le revenu de solidarité active.

Elle avait tout fait pour empêcher le revenu minimum d'insertion de Michel ROCARD.

Elle aurait fait capoter le RSA si SARKOZY n'avait pas pêché Martin HIRSCH pour monter ce dossier dans la période antédiluvienne du racolage de quelques transfuges de la gauche.

Maintenant que HIRSCH est parti en crachant dans la soupe avec son livre sur les conflits d'intérêts qui visait notamment le requin COPE, l'UMP et COPE lui renvoient l'ascenseur en cartonnant le RSA.

Le problème serait anecdotique si il ne concernait la frange de nos concitoyens qui est la plus fragile.

Il se trouve que j'ai participé à une étude sur les chantiers d'insertion, ces associations magnifiques qui tentent avec des bouts de ficelles, des salaires misérables pour le personnel encadrant, des difficultés sans nom pour monter les projets...de remettre le pied à l'étrier à des gens qui bénéficient du RSA.

Il se trouve que j'ai rencontré à cette occasion plusieurs dizaines d'allocataires du RSA qui vous racontent des histoires qui peuvent nous arriver à tous demain.

Et en particulier ces femmes d'une cinquantaine d'années qui ont arrêté de travailler pour élever leurs enfants et que leur mari quitte à l'aube de la cinquantaine. Aucune expérience professionnelle, un âge "certain", souvent une dépression de se retrouver seule, avec la charge d'une maison trop grande ou le désespoir de l'avoir vendue pour payer le divorce... Et la bouée de sauvetage du RSA et du Chantier d'insertion  : l'impression d'être utile, de pouvoir enfin faire un projet, d'être accompagnée...

Ces chantiers d'insertion sont menacés chaque jour davantage par la politique gouvernementale et la suppression du nombre de postes en insertion. Rappelez vous l'appel au secours de BAZAR SANS FRONTIERE il y a peu.

Et bien alors qu'ils empêchent les chantiers d'insertion de fonctionner, renvoyant les allocataires du RSA à leur désespoir, les mêmes UMP veulent exiger d'eux quelques heures de travail par semaine !

Mais soyez donc cohérents : le moyen de les aider  existe : ce sont les chantiers d'insertion.

Alors multiplions ces emplois pour leur remettre le pied à l'étrier ! Cessez d'asphyxier les chantiers d'insertion !

Et arrêtez de proposer des mesures irréalisables : qui accueillera ces allocataires pour quelques heures ? qui les encadrera ? pour quoi faire ? avec quel matériel ? quel statut en cas d'accident du travail ? quelle perspective d'emploi durable ? Quelle commune emploiera de telles personnes en dehors de tout cadre sérieux ?

Autant, si l'on prend l'exemple d'ANNECY, le chantier d'insertion conduit avec AGIRE 74 se traduit par des résultats probants tant pour l'insertion que pour la Ville, autant la proposition copéiste est une mesure de stigmatisation sociale comme si les allocataires volaient leur RSA aux autres français.

Tactique classique : accabler plus petit que soit pour faire oublier les privilèges des plus riches.

Heureusement le feuilleton BETTENCOURT recommence : on va pouvoir parler de centaines de millions d'euros au lieu de quelques centaines d'euros mensuels, le prix d'un RSA.

MM. Copé, Baroin, Wauquier, vous me faites vomir.