Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Chômage, les 4 vérités

8 Septembre 2010 , Rédigé par Thierry BILLET

C'est un peu comme l'inflation et le passage à l'euro.

Tout le monde sent bien que les prix se sont envolés avec l'euro, mais cela ne se vérifierait pas dans les statistiques officielles.

Avec le chômage, on a le sentiment également que l'on nous raconte des bobards. Il y aurait une stabilisation du nombre de demandeurs d'emploi "dans la limite de l'erreur de calcul" selon l'INSEE.

Mais je n'ai jamais connu autant de chômeurs et on sent bien que l'activité économique est poussive.

Alors quoi ?

L'article collectif dans Rue89 de Pierre LAROUTUROU (je vous ai commenté un de ses bouquins ici) permet d'y voir plus clair et c'est un plaisir de pédagogie.

C'est à lire :

http://eco.rue89.com/2010/08/30/chomage-quatre-verites-que-lagarde-ne-vous-dira-pas-164527

Lire la suite

Gilly sur Isère, La juge et les dioxines

7 Septembre 2010 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

 

FRANCE 2 programme à 23 heures ce jeudi 9 septembre le documentaire de Clarisse FELETIN "la juge et les dioxines".

 

Mme FELETIN a suivi tout l'instruction du dossier de l'incinérateur de GILLY SUR ISERE "de l'intérieur" en suivant pas à pas la juge d'instruction dans ce dossier.

 

Cette catastrophe écologique, la plus importante affaire de pollution par un incinérateur en FRANCE et sans doute en EUROPE a connu bien des vicissitudes judiciaires.

 

Mme FELETIN a choisi de centrer son documentaire sur le travail du juge d'instruction, sa solitude, les pressions subies, etc.

 

Elle s'en explique ci-dessous.

 


Lire la suite

Un maire écolo tué par la Camorra

6 Septembre 2010 , Rédigé par Thierry BILLET

Le maire écologiste d'un village touristique proche de Salerne (sud de l'Italie), qui s'était notamment opposé aux constructions illégales, a été assassiné en pleine rue lors d'une embuscade ressemblant à celles de la mafia locale, la Camorra, ont indiqué les autorités.

 

Le corps d'Angelo Vassallo, 57 ans, maire de centre-gauche de Pollica (2.500 habitants) sur la côte touristique du Cilento, au sud de Salerne, a été découvert par son frère, selon les premiers éléments de l'enquête policière. Selon les témoins cités par la police, Vassallo, qui était surnommé le maire-pêcheur parce qu'il gérait des activités dans ce secteur, a été abattu au volant de sa voiture alors qu'il rentrait entre 22 h 30 et 23 h30 (heure de Paris). Une ou plusieurs personnes se sont approchées de la fenêtre et l'ont touché à la tête, au cou et en plein coeur.


Le procureur Alfredo Grecco, chargé de l'enquête, a indiqué que Vassallo "était préoccupé ces derniers temps et (le) tenait constamment informé de certaines choses". "C'était un homme qui luttait contre l'illégalité et était toujours en première ligne, s'il se produisait quelque chose de particulier sur son territoire, il me prévenait", a ajouté le magistrat.

 

Le juge Raffaele Marino, substitut du procureur à Torre Anunziata, ancien juge antimafia, et ami personnel du maire assassiné, s'est dit convaincu que les commanditaires du meurtre appartiennent à la mafia locale, la Camorra.

 

"Il a été tué pour un non de trop. Un non adressé à des gens qui ne supportent pas les réponses négatives", a indiqué le magistrat.


Angelo Vassallo, qui laisse une femme et deux enfants, avait défrayé la chronique en prenant en janvier dernier un arrêté municipal infligeant 1.000 euros d'amende à toute personne jetant des cendres ou des mégots de cigarette par terre.

 

Elu à la tête d'une liste citoyenne proche de la gauche, il était très connu pour son attention pour l'environnement, obtenant pour la jolie baie de Pollica la distinction "drapeau bleu" qui garantit en Italie des eaux d'une propreté irréprochable. Sous le choc, beaucoup de commerçants ont gardé leurs boutiques et bars fermés lundi dans un village très prisé des touristes d'Europe du Nord, notamment venant d'Allemagne.

Lire la suite

Autopartage, ça démarre à ANNECY

6 Septembre 2010 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

 

La première station d'autopartage sera donc installée à ANNECY, au 5 rue des GLIERES,  devant l'hotel CARLTON par la Société coopérative d'intérêt collectif CAR LIBERTE.

 

Je vous ai déjà parlé de l'autopartage et de l'intérêt du partage de voitures par plusieurs utilisateurs.

 

Le système est extrêmement simple.

 

Pour le comprendre, visionnez cette vidéo qui explique le mode opératoire :

 

http://www.carliberte.com/presentation-video.php

 

A partir de là, il ne vous reste plus qu'à revendre votre deuxième voiture.

 

Toutes les explications pour adhérer au système sur :

 

www.carliberte.com


 

Lire la suite

Redevance incitative (2)

5 Septembre 2010 , Rédigé par Thierry BILLET

Je vous ai laissé sur votre faim quant au second grief fait à la RI : la tarification sociale liée à la prise en charge de la valeur locative dans la tarification du service.

 

Il est en effet logique qu’une famille de 3 enfants produise plus de déchets qu’une personne seule : si l’on facture à la production, on va handicaper les familles. Cet écueil est vaincu aisément. En effet, la facturation est réalisée sur la base de la taille du bac nécessaire en fonction de la taille de la famille. Bien entendu, les frais fixes de la collecte sont les mêmes que l’on soulève un bac de 60 litres ou un bac de 1.100 litres. Il est donc normal que la mise à disposition d’un grand bac ne soit pas facturée proportionnellement à son volume, mais en fonction du service rendu. Cette rupture de la proportionnalité permet également de prendre en considération l’habitat vertical et l’habitat individuel, et par conséquent les problèmes liés aux caractéristiques sociales de tel ou tel quartier.

 

Les scénarios d’avenir

 

Besançon travaille donc sur la base d’une réduction moyenne de la production de déchets incinérés de -30%. Les élus estiment cette réduction comme pessimiste : les expériences en cours montrent que la diminution est au moins de -40%. Ils n’ont pas voulu prendre de risque et ils ont validé un objectif  qu’ils jugent très raisonnable.

 

Cette diminution importante est modulée selon le type d’habitat. En effet, il est clairement plus difficile de réduire ses déchets en habitat collectif qu’en habitat individuel. Besançon a donc fixé des objectifs différenciés. On devrait donc passer de 171 kilos/an et par habitant à 111 kilos/an et par habitant dans l’habitat pavillonnaire ; et de 267 à 235 kilos/an et par habitant dans l’habitat collectif.

 

A travers ce scénario volontariste mais réaliste, il est possible d’aller à l’essentiel : déterminer d’abord une politique de réduction des déchets à la source, puis engager une politique qui permette d’y parvenir ; au lieu d’une politique au fil de l’eau, prenant en considération la production actuelle d’OM et y affectant des coefficients de croissance de la population.

 

Tel est bien l’enjeu pour le SILA aujourd’hui après la décision stratégique de fermer un des trois fours de CHAVANOD.

 

Soit on se fixe un objectif de production de déchets par habitant et on détermine en face une capacité d’incinération la plus efficace possible sur le plan de la génération électrique ; soit on « laisse filer » avec des productions de déchets incinérés identiques à celles d’aujourd’hui (en réduisant seulement des -7% fixés par le GRENELLE).

 

Selon l’objectif que l’on se fixe, la perspective est radicalement différente quant à la capacité d’incinération que le SILA doit (re)construire à CHAVANOD compte-tenu du dynamisme démographique que connaît notre territoire.

 

A la louche, avec environ 200 kilos par an et par habitant, il nous faut une capacité annuelle d’incinération de l’ordre de 60.000 tonnes. Avec un scénario appliquant seulement les -7% de réduction du GRENELLE, et une croissance de la population identique à celle des vingt dernières années (est-elle soutenable pour notre territoire ? je ne le crois pas) il nous faut 90.000 tonnes de capacité d’incinération.

 

 

Lire la suite

Manifestation contre la xénophobie

4 Septembre 2010 , Rédigé par Thierry BILLET

Beaucoup de monde cet après-midi malgré la chaleur estivale à la manifestation contre la xénophobie développée par M. SARKOZY depuis quelques mois pour tenter de se relancer après l'échec des Régionales.

Des discussions intéressantes avec des personnes de tous horizons réunis par leur refus de voir notre pays stigmatisé par les organisations internationales pour des démarches électoralistes et populistes qui ne vont, au final, que relancer le FRONT NATIONAL. Plusieurs personnes évoquent l'éclatement du vote à droite et un scénario 2002 renversé : le FN contre le PS. Je suis troublé en quelques jours par le nombre de personnes qui évoquent un tel scénario auquel je ne crois pas.

Mais aussi surpris par le courant de sympathie autour de la candidature d'Eva JOLY à la présidentielle, qui traduit un autre malaise me semble t'il.

Une juge candidate pour l'éthique et la morale, voilà qui nous rapproche encore un peu plus de l'Italie de BERLUSCONI.

C'est parce que ce gouvernement sombre dans le même syndrome italien du cynisme et du mépris que la candidature d'une magistrate intégre et courageuse s'impose aussi facilement.

Ce n'est pas un bon signe pour l'état de notre démocratie; mais c'est l'honneur des écologistes de présenter cette candidature.

 

P1050399_2-copie-1.JPG

Lire la suite

Redevance incitative sur les déchets ménagers

3 Septembre 2010 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

 

Retour d’un déplacement d’étude avec le SILA à Besançon qui a décidé de mettre en place la redevance incitative (RI) sur la gestion des déchets de la communauté d’agglomération à partir de 2102.

Pour bien comprendre la différence entre la RI et la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) que paient les annéciens, il faut vous imaginer que vous payez votre facture à EDF non pas sur votre consommation d’électricité mais sur la taxe d’habitation de votre logement. En clair, ce que vous payez pour l’enlèvement et le traitement de vos déchets est indépendant de votre production réelle de déchets.

 

Les gens qui réduisent leur production de déchets aujourd’hui le font par civisme et souci environnemental, mais certainement pas pour des raisons économiques, puisqu'ils sont facturés selon un forfait indépendant de leurs efforts.

Au contraire, en facturant le service au plus près de la production de déchets, on entre dans un cycle de réduction: si je réduis ce que je mets à la poubelle, je vais payer moins, et en tout cas je vais payer le « juste prix » du service qui m’est rendu. Les comportements changent : je laisse au supermarché mes emballages inutiles, je ne mets plus la litière du chat dans la poubelle quand j'habite en maison individuelle, etc.

A cela deux écueils :

  1. La TEOM prend en compte de fait la taille de la famille et les revenus, c’est donc une mesure qui permet de faire payer moins cher les familles nombreuses en habitat vertical : la RI pourrait être considérée comme « anti-sociale ».
  2. Je peux être tenté de « tricher » : mettre mes déchets dans la poubelle du voisin ou les jeter dans la nature.

La réponse à ces deux questions est évidemment un préalable à la mise en oeuvre de la RI : on ne peut envisager de faire payer plus cher les familles pour un service public rendu équitablement à tous les habitants, ni permettre le détournement de flux de déchets vers les voisins.

Commençons par la « tricherie ». La réponse est simplissime : la tarification inclue un prix de la « levée », c’est à dire que l’on fait payer séparément la levée du bac d’ordures ménagères. Les habitants comprennent vite et ne sortent leurs bacs que quand ils sont pleins. Le voisin ne peut pas le remplir, il l’est déjà. Quant à la dissémination dans la nature, l’expérience prouve qu’elle est tout à fait marginale. Déjà en milieu urbain, on voit mal un citadin prendre sa voiture pour aller disséminer ses déchets à la campagne. Ensuite, en milieu rural, les moyens de faire baisser sa production de déchets sont tellement plus faciles qu’en milieu urbain, que la marge de progression « civique » est à portée de main. Et nos concitoyens n’ont pas envie de saloper leur environnement.

On a vu que les cassandre qui prévoyaient le pire avec la suppression de la collecte des encombrants sur les trottoirs à ANNECY en sont pour leurs frais : on ne constate aucune augmentation des dépôts sauvages et au contraire la fréquentation des déchetteries s’en trouve améliorée. Le frein est dans la tête de certains élus qui utilisent cet argument éculé alors que les citoyens sont prêts à prendre leurs responsabilités. Cela n’empêche pas de prévoir de réprimer les quelques imbéciles qui auraient l’intention de faire les malins.

Suite demain...

Lire la suite

Hervé MORIN & les roms

2 Septembre 2010 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #C'est personnel

Quand j'étais petit, on les appelait chez moi les "romanichels", réputés voleurs de poules et il fallait s'en méfier comme de la peste quand ils arrivaient épisodiquement, proposant d'aiguiser les couteaux ou de rempailler les chaises.

C'était l'objet de discussions entre ma grand-mère et ces nomades, à la grille de la maison. Il ne fallait pas les laisser entrer, mais elle leur confiait bien quelque couteau à l'occasion.

 

Je n'avais entendu de l'allocution d' Hervé MORIN que le tâcle des dirigeants de l'UMP selon lequel il n'avait pas émis de remarques à propos de la politique du gouvernement à propos des Roms au sein du gouvernement.

 

'ai pris le temps d'aller lire son discours et je comprends mieux l'agacement des sarkozystes.

Le passage sur le texto est excellent.

 

Rendez vous le samedi 4 septembre à 15 heures devant la Préfecture pour manifester contre la xénophobie d'Etat que l'on veut nous imposer.

 

Pour conclure ce sujet, Mesdames et Messieurs, il nous faut de l’ordre ; et j’ai envie de dire de la paix. Car ce n’est pas par hasard que les policiers s’appellent les Gardiens de la paix.

Mais l’ordre ne doit pas nous faire oublier les principes républicains. Nous sommes si prompts à les porter à l’étranger. Mettons-les déjà en œuvre chez nous et ils n’en auront que plus d’échos.

A la haine je veux porter l’apaisement
A la peur je veux porter la réconciliation et l’espoir.
Au discours du bouc-émissaire je veux porter une société de la reconnaissance.

 

Mes Cher amis,

 

Quelques mots sur un sujet qui a suscité beaucoup de passions cet été. Je veux bien sûr parler des Roms. A ce sujet, je voudrais d’abord vous lire, pour détendre l’atmosphère, le texto plein d’humour que j’ai reçu avant-hier d’un ami musulman. Il se reconnaîtra.


 « Après 50 ans de bons et loyaux services, c’est avec beaucoup d’émotions (mais il est vrai avec un certain soulagement) que les Français d’origine maghrébine ainsi que moi-même sommes très fiers de passer officiellement le relais aux Roms comme boucs émissaires et responsables de tous les maux de la France. J’espère qu’ils seront et resteront dignes de cet héritage prestigieux. Bon courage à eux !"


Plus sérieusement, de quoi s’agit il ?

De mettre un terme à des occupations illégales et jugées comme telles par les tribunaux de la République tout en prenant soin de ne pas stigmatiser une communauté dans sa globalité. Je pense de mon côté que c’est un sujet sur lequel les Etats européens doivent cesser de se renvoyer la balle.

L’Europe n’est pas seulement un espace de circulation des marchandises ; c’est une constitution politique donc éthique.

Elle a besoin d’un cœur avec une dimension spirituelle. Elle doit être une communauté de destin chaleureuse. Et c’est aux Européens de trouver ensemble une solution à ce problème.

Dès lors que la société française remplit son rôle, on est en droit de demander le respect d’un certain nombre de règles et de principes.

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3