Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Écologiste annécien

LA QUESTION HUMAINE...

Film bien dérangeant que celui de Nicolas KLOZ "La question humaine".

Le héros est psychologue dans un grand groupe, ardent artisan de la motivation de l'encadrement de celui-ci par des méthodes "modernes" de management alliant rave parties, paris stupides sur la prise de risques, etc. A la suite d'une demande d'enquête interne, il découvre le parallèle entre ce qu'on lui demande de faire, et le crétinisme nazi : faire bien son travail sans se préoccuper du but final poursuivi. Juste le plaisir du travail bien fait. Le film dérange. On peut regretter certaines longueurs, et en même temps se dire qu'elles sont nécessaires pour créer le malaise qui marque la prise de conscience de Mathieu AMALRIC sur son propre rôle dans la machine industrielle.

Cette thématique n'est pas nouvelle.

La mise en parallèle de la SHOAH avec les méthodes modernes de gestion des hommes se retrouve d'une manière plus intellectualisée, dans "SOUFFRANCE EN FRANCE" de Christophe DEJOURS qui vraiment est "le" livre à lire sur ce qu'on appelle banalement le harcèlement moral. La thèse est simple : pour que le harcèlement puisse avoir lieu, il faut que les collègues de travail "laissent faire", qu'ils acceptent en silence de laisser la victime devenir victime, qu'ils lui refusent la solidarité qui permettrait de mettre fin au calvaire. Qu'ils adoptent, en raccourci, la même attitude que les honnêtes allemands qui ont laissé les juifs se faire assassiner, puis les communistes, puis les socialistes, sans oublier les homosexuels ou les gitans.

Cette thèse de la "banalité du mal" qui a fait scandale dans les années 1960 quand Hannah ARENDT, relatant le procès du nazi EICHMANN en ISRAEL,a considéré qu'il n'était qu'un exécutant comme les autres de la SHOAH. Mais que c'était cette banalité même qui permettait aux nazis de commettre leurs méfaits.

Faisons nous autre chose aujourd'hui quand on envisage des tests ADN pour filtrer les enfants d'étrangers ?

Prenez le temps de (re)lire la citation qui figure en entête de ce blog, nos lâchetés laissent faire le pire.

Pendant ce temps, JOSPIN règle ses comptes avec Ségolène ROYAL, pitoyables politiciens...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :