Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

PCB & HAP dans les sédiments du Lac

Publié le 28 Mai 2008 par Thierry BILLET in Environnement

Nous devrions disposer mi-juin 2008 de nouvelles mesures de la pollution des sédiments du lac sur sept points du Lac pour ce qui concerne les polychlorobiphényles (PCB) et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) après les prélèvements effectués le 16 avril 2008 au fond du lac.

Il convient bien de distinguer la pollution des sédiments du Lac de celle des poissons qui vont « brouter » le fond du lac et enfin du risque couru le cas échéant par les consommateurs de ces poissons.

Des décisions administratives alarmistes suivies de « scoops » concluant à l’absence de problèmes de pollution des poissons, déstabilisent l’opinion publique qui ne comprend pas ce qui est en train de se passer.

Tandis que Bernard ACCOYER fait sourire tout le monde en ordonnant un « traitement chimique » du lac pour s’attaquer aux PCB, alors que ce sont justement des molécules particulièrement stables utilisées spécialement du fait de cette caractéristique. On ne réglera pas le problème avec une mesure "technique" comme le croit M. ACCOYER qui pense encore que le "progrès" pourra réparer la nature abîmée; ce qui le rend hermétique à la démarche écologiste.

Bref, personne ne s’y retrouve et les rumeurs vont bon train.

L’insuffisante transparence des informations en provenance de l’Etat et des collectivités territoriales doit cesser : on ne peut plus continuer à souffler le chaud et le froid comme si de rien n’était.

Il convient de mettre en oeuvre sur le lac le plan de lutte contre les PCB adopté par la Ministre de l’environnement et de travailler au-delà du seul volet sanitaire à une réflexion d’ensemble.

On sait bien que personne ne consomme des ombles chevaliers en de telles quantités qu’elles puissent occasionner un cancer chez le consommateur.

Il suffirait d’interdire la consommation des ombles chevaliers les plus gras dépassant une certaine taille puisque l’on sait que la concentration des Polluants organiques persistants se fait dans les graisses ( car ces molécules sont hydrophobes : elles ne restent pas dans l’eau ) et de préciser si ces ombles chevaliers de l’ordre d’un kilogramme et de 50 centimètres de longueur doivent être détruits ou si ils peuvent être utiles en qualité de reproducteurs.