Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Le passé des écosystèmes lacustres

Publié le 5 Décembre 2008 par Thierry BILLET in Environnement


Je n’ai pas pris le temps de vous confier tout l’intérêt qu’il y avait à assister à la conférence de Mme Marie Elodie PERGA de l’INRA sur l’analyse de la vase pour comprendre les phénomènes d’aujourd’hui dans le cadre des AMPHIS POUR TOUS de l’université de SAVOIE qui ont lieu au CCSTI de CRAN GEVRIER.

Par exemple, on a pu étudier les conséquences de l’introduction du corégone (féra) à la fin du XIX° siècle sur la structure et le fonctionnement des communautés zooplanctoniques du lac d’ANNECY au cours des 150 dernières années, à partir des fossiles dans les sédiments, à partir de carottages dans le lac où s’inscrivent, comme dans la calotte glaciaire, l’histoire de la planète. L’étude montre que c’est au cours de la deuxième moitié du XX° siècle que l’impact est plus fort qu’il ne l’a été juste après son introduction.

Loin de n’avoir qu’un intérêt historique, ces études permettent de formuler des hypothèses sur le fonctionnement à venir du lac et de comprendre les phénomènes actuellement à l’oeuvre.

Et puis cette conférence m’a redonné un peu d’espoir sur le genre humain : ce type d’études sur l’Ile de PAQUES a permis en comparaison avec HAWAI de mettre en pièces l’hypothèse selon laquelle les habitants de cette île avaient sacrifié jusqu’au dernier de leurs arbres pour transporter leurs statues de pierre de plus en plus grosses. Cette histoire avait inspiré la publicité d’EDF et était reprise dans des livres écolos comme celui de Richard WRIGHT. Je l’avais moi même relayée sur ce blog...

L’étude comparée des sédiments des lacs de ces deux îles permet de casser cette théorie déprimante sur l’avenir de l’espèce humaine. Les habitants de l’île de PAQUES auraient été victimes d’une invasion de rats apportés par bateau... qui n’avaient aucun prédateur sur l’île et dont on connaît le rythme de reproduction.

Ajoutez à cela l’excellent séminaire scientifique d’une journée organisée par l’observatoire des lacs alpins le 25 novembre à l’université de SAVOIE à laquelle participaient des laboratoires de toute la FRANCE pour constater que les élus disposent d’un outillage scientifique de qualité pour comprendre les phénomènes lacustres et anticiper sur l’avenir de l’écosystème.

La plupart de ces scientifiques sont membres du Comité scientifique du SILA que nous avons mis en place dans le cadre de la Conférence Lacs.

Insistons sur une communication d’une particulière importance sur l’histoire des PCB et des HAP dans les sédiments du lac du BOURGET. L’étude conclue au caractère historique de cette pollution, y compris pour les HAP et par une contamination atmosphérique sans corrélation avec une industrie polluante particulière.  La décision d’un transfert de cette étude sur le lac d’ANNECY est validée dans le cadre d’une réunion scientifique que le SILA va organiser.

Du travail, je vous dis, mais avec des perspectives opérationnelles enthousiasmantes !