Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Des nouvelles du loup en HAUTE SAVOIE...

Publié le 30 Juillet 2009 par Thierry BILLET in Environnement



Je vous propose de lire l'éditorial de l'ami Eric FERAILLE, président de la FRAPNA, dans le "HAUTE SAVOIE NATURE" de juillet-aout 2009.

Eric ne mâche pas ses mots, mais soit le loup a tout mangé, et il ne faut pas demander d'étendre le plan de gestion, soit on demande l'extension et c'est que le loup n'a pas fait de dégâts dans la faune sauvage, en contradiction avec des déclarations intempestives de l'époque...

DES NOUVELLES DU LOUP…

Il y avait longtemps que l’on n’avait pas parlé du loup, mais nous sommes rassurés : la FDSEA, syndicat agricole majoritaire, nous rappelle, si on l’avait oublié, l’incompatibilité entre l’élevage et la présence du loup et demande l’adoption de zones d’exclusion du prédateur, en pratique tout le département !  

Pourquoi faire dans le détail ? Les positions caricaturales c’est tellement simple ; cela évite la réflexion qui donne la migraine ;  cela évite aussi de se mouiller à aider à la mise en place des mesures de protection des troupeaux (au cas où elles soient efficaces) ; et puis, on ne sait jamais, cela peut rapporter des voix !

C’est avec tristesse que nous voyons un syndicat agricole, que l’on pouvait penser responsable, s’engager dans une fuite en avant avec des positions extrêmes sans issue (même Bouvard et Estrosi ne parlent plus de zones d’exclusion, c’est dire !).

C’est dommage pour la Haute-Savoie qui mérite mieux que cela !

Côté chasse, après le psychodrame de l’hiver où l’on a bien cru que les chamois, cerfs et
autres chevreuils de la vallée de Borne avaient tous disparu sous la dent du loup,
soyez tous rassurés ! Les attributions de plan de chasse pour la saison 2009-2010 n’ont pas bougé d’un iota pour les communes du massif des Glières et de la vallée du Borne.

Mieux, la Fédération des Chasseurs demandait une augmentation du nombre d’animaux
à tirer au Petit-Bornand, épicentre du séisme.

Étant donné les qualités de gestionnaire incontestables de notre Fédération des Chasseurs, une seule conclusion s’impose : la faune sauvage n’a pas souffert de la présence du loup. Pour reprendre un titre de l’œuvre de William Shakespeare   c’était « beaucoup de bruit pour rien » ! Espérons que cet hiver nos amis chasseurs seront un peu plus philosophes et sauront garder raison.  
 
Éric Féraille, Président FRAPNA