Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

AUBRY/HOLLANDE, JOLY/HULOT

Publié le 26 Juin 2011 par Thierry BILLET in C'est personnel

Les primaires au sein des écologistes et au sein des socialistes présentent un trait commun qui mérite attention.

Avant de rejoindre EUROPE ECOLOGIE, Eva JOLY avait la réputation d'être une centriste qui avait failli adhérer au MODEM. Aujourd'hui pour gagner la primaire, elle donne des gages d'orthodoxie de gauche, forçant le trait pour se différencier de l'autre centriste de la primaire, Nicolas HULOT, qui lui assure en privé que BORLOO est un écolo.

Au PS, c'est pareil : qu'est-ce qui distingue sur le plan politique HOLLANDE et AUBRY ? Tous les deux issus de l'école Jacques DELORS, tous les deux caciques du PS, tous les deux issus des Grandes écoles, bref on pourrait les interchanger.

Cette proximité idéologique entre les candidats les oblige à s'affronter non pas sur les contenus (ils sont les mêmes !) mais sur la seul image qu'ils vont donner aux électeurs de leur camp en dehors de leurs partis si les primaires attirent réellement les citoyens au-delà des militants.

Le PS espère un million de votants. Les écologistes sont 33.000 à s'être inscrits ( c'est 3 fois le nombre d'adhérents et 5 fois le nombre de votants au Congrès). C'est cet électorat qu'il faut séduire et pour cela, se caler sur la représentation que les responsables des écuries se font de ce que ces "primo électeurs" attendent.

Et il y a fort à parier que ces "primo électeurs" ne choisiront pas leur candidat(e) sur leur programme, mais sur le fait qu'ils estiment que ce candidat peut faire un meilleur score que l'autre.

On choisira HOLLANDE parce qu'on pense qu'il peut battre plus facilement SARKOZY. On choisira HULOT parce qu'il peut faire 10% à la Présidentielle, alors qu'Eva JOLY et son accent épouvantable ne passeront pas la barre...

Les primaires renforcent le rôle des sondages et de l'image au détriment du fond.

C'est manifestement le côté pervers d'un effort salutaire de démocratie politique.