Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Malaise au conseil communautaire du 22 septembre

Publié le 30 Septembre 2011 par Thierry BILLET in C'est personnel

Cet article a été écrit avant le conseil communautaire d'hier soir 29 septembre au cours duquel M. ACCOYER a encore fait des siennes. J'y reviendrai demain.

 

Les participants au conseil communautaire de jeudi 22 septembre ont été nombreux à faire part de leur malaise à la suite des interventions des élus minoritaires d'ANNECY et des réactions exagérées de M. ACCOYER.

C'est que le conseil communautaire de l'agglo regroupe les conseillers municipaux des communes mandatés par leur conseil municipal pour y siéger. Les conseillers communautaires représentent d'abord les intérêts de leur commune au sein de l'agglo. Poussant la logique jusqu'à l'extrême, ANNECY LE VIEUX et SEYNOD ont exclu leurs minorités de la représentation au sein du conseil communautaire.

De sorte que les conseillers communautaires viennent d'abord au conseil pour valider ce que leurs Maires, en réunion de bureau de l'agglo, ont validé.

Le conseil communautaire n'est alors que la chambre d'enregistrement des accords des maires des 13 communes.

Le débat n'a lieu que si les maires ne se mettent pas d'accord en bureau.

A priori, il n'était pas prévu statutairement que les conseillers suppléants prennent part aux débats. Mais la désignation de Pierre HERISSON comme conseiller suppléant interdisait qu'on lui retirât la parole. Dès lors, si lui parlait, le conseiller suppléant NPA d'ANNECY le pouvait également. Or, ce dernier n'a rien à faire des accords convenus au sein du bureau et trouve là une tribune politique qu'il ne se gêne pas pour exploiter jusqu'à plus soif.

Longs développements répétitifs, retours permanents sur les mêmes sujets à l'occasion de n'importe quelle question, voilà qui finit par lasser la très grande majorité des autres conseillers communautaires qui ne se reconnaissent pas du tout dans cette logique exclusivement tribunicienne.

M. ACCOYER a tenté de surfer sur ce mécontentement latent et milite pour une limitation des temps de parole de "l'opposition".

Une telle limitation n'est pas acceptable.

Le temps de parole des minorités dans une assemblée démocratique ne peut être limité.

Il appartient à chacun de prendre en considération la nécessité d'interventions adaptées à la question traitée dans des durées raisonnables.

La démarche du même ordre engagée par le conseiller municipal PS d'ANNECY, cherchant souvent à faire de la surenchère sur le conseiller NPA, est plus complexe sur le plan politique.

Jeudi dernier, ni le maire de CRAN GEVRIER, ni la maire de MEYTHET ne l'ont soutenu face à M. ACCOYER pourtant d'une rare agressivité. C'est qu'ils sont bien conscients que l'intervention de M. DUPERTHUY ne cadre pas du tout avec la logique de compromis que le PS met en oeuvre depuis les débuts de l'agglo avec B. BOSSON d'abord, puis avec JL. RIGAUT pour obtenir un traitement correct de leurs municipalités par l'agglo. Les interventions du conseiller municipal d'ANNECY, en décalage complet avec le positionnement politique du PS à la Région, ou à l'agglo, leur posent un problème politique sérieux qu'ils ne savent pas gérer car ils sentent qu'y compris leurs conseillers municipaux sont en désaccord avec le mode d'intervention du conseiller PS annécien. Celui-ci apparaît ainsi décalé et isolé, ce dont profite l'UMP.

Dans ce contexte spécifique, seule une élection du conseil communautaire au suffrage direct des habitants permettra de créer une véritable dynamique d'agglomération, et non la simple superposition et au mieux la coordination de projets communaux...

En attendant, souhaitons que les oppositions si utiles à la démocratie ne donnent pas de prétextes supplémentaires à l'UMP pour trouver des arguments pour les faire taire en utilisant l'incompréhension des conseillers communautaires des communes peu habitués à des expressions politiques partisanes.