Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Protéger les espaces agricoles et naturels, sur la bonne voie ?

Publié le 17 Février 2011 par Thierry BILLET in Environnement

Le Président de la République a annoncé lors de sa venue à LA CLUSAZ ce vendredi 12 février le classement des combes des ARAVIS et l’engagement de la FRANCE sur l’inscription du MONT BLANC au Patrimoine mondial de l’UNESCO dans le droit fil de la délibération du Conseil Régional à propos des JO.


Bien entendu, les maires des stations des ARAVIS rouspètent, histoire de montrer qu’ils n’ont toujours pas renoncé aux projets de liaisons skiables entre LA CLUSAZ et LE GRAND BORNAND, ni aux extensions de domaines skiables.

 

On verra si l’Etat va au bout de ces belles déclarations...

 

En attendant, dans un communiqué,

 

France Nature Environnement (FNE), Fédération nationale des associations de protection de la nature,
 
la FRAPNA, Fédération Rhône-Alpes de Protection de la NAture,
 
et la CIPRA France, Commission Internationale pour la Protection des Alpes,
 
se félicitent de l'engagement pris par l'Etat pour mettre en oeuvre une protection réglementaire de la chaîne des Aravis par un statut de réserve naturelle. Engagement qui consolidera l'orientation du territoire haut-savoyard vers une démarche collective et concertée de développement durable.

 

Lors du conseil d’agglo de ce lundi 14 février, Jean-Luc RIGAUT a annoncé la signature entre le Président du Conseil général, le Président de l’agglo et la profession agricole (Chambre d’agriculture, FDSEA, Jeunes agriculteurs) d’un protocole d’intention sur la protection des espaces agricoles dans le cadre du dossier des Jeux Olympiques. Ce protocole se déclinera en engagements précis sur la préservation des terres agricoles.

 

Il faut que les collectivités locales avancent sur ce sujet et achètent les espaces agricoles et naturels stratégiques qui permettront de stopper l’urbanisation. Pour ce faire, il ne faut pas tout acheter mais sélectionner les parcelles situées à des endroits qui correspondent aux enjeux les plus forts : corridors biologiques, limites d’urbanisation, etc.