Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

La redevance sur le trafic des poids lourds (RPLP) en Suisse

Publié le 9 Mars 2010 par Thierry BILLET dans Environnement

 

Neuf ans après l'introduction de la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations RPLP sur les routes suisses, l'Office fédéral du développement territorial ARE fait le point.


Le rapport " Equitable et efficiente - La redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) en Suisse " montre que l'efficience du transport par poids lourds a pu être massivement accrue grâce à la RPLP et au relèvement de la limite de poids à 40 tonnes pour les poids lourds et les trains routiers instauré simultanément.


Toutefois, le pourcentage du transport de marchandises par le rail n'a pas subi de changement considérable malgré la hausse des coûts de transport routier des marchandises.


Selon le rapport, de 2001 à 2006, le nombre de poids lourds acheminant des marchandises à travers les Alpes est passé de 1 400 000 à 1 180 000. Une diminution confirmée par Alf Arnold, directeur de l'association " Initiative des Alpes ". Interrogé sur la question, A. Arnold a toutefois indiqué que depuis l'ouverture du tunnel routier du St- Gothard en 1980, le train avait perdu,1 à 2 % de part de marché par an dans le secteur du transport de marchandises.


Et d'ajouter : " La tendance est à l'augmentation de la part de marché de la route. La RPLP et le relèvement du poids maximum autorisé n'ont amorti que provisoirement la hausse du transport de marchandises par la route ".


En 2007 et 2008, le nombre de trajets effectués à travers les Alpes serait de nouveau reparti à la hausse, ce qui est d'ailleurs confirmé par le rapport. A. Arnold a pronostiqué une perte massive du train dans la part de marché totale. Les mesures centralisées pour contrer la tendance actuelle seraient l'introduction rapide de la bourse de transit alpin et le nouveau calcul de la RPLP. Les coûts externes, notamment les coûts climatiques, devraient faire l'objet d'un nouveau calcul et la compensation de la hausse des prix devrait être prise en compte.

Qu'attend la FRANCE pour engager une telle démarche, qui devrait trouver sa cohérence dans une démarche européenne ?


Rapport à télécharger : http://www.are.admin.ch/dokumentation/ publikationen/00080/index.html?lang=fr (de/fr/en)

Autre source : http://www.initiative-des-alpes.ch (de/fr/it/en)

commentaires

SARKOZY : construire en zone inondable

Publié le 8 Mars 2010 par Thierry BILLET

Il ne faut pas oublier les victimes de la tempêcte XYNTHIA, morts pour avoir construit dans une zone inondable, constructions voulues par le maire de la commune qui le revendiquait publiquement à la télévision. Il ne s'appelle pas SARKOZY, mais il aurait pu comme le prouve la déclaration de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, sur le projet du Grand Paris, à Paris le 29 avril 2009 :

" Le problème c'est la réglementation. Pour libérer l'offre il faut déréglementer, élever les coefficients d'occupation des sols et rétablir la continuité du bâti dans les zones denses, permettre à chaque propriétaire d'une maison individuelle de s'agrandir, d'ajouter une pièce ou un étage, rendre constructible les zones inondables pour des bâtiments adaptés à l'environnement et au risque, utiliser les interstices, les délaissés d'infrastructures... Il faut changer nos procédures, notre façon d'appliquer le droit, sortir du respect passif d'une réglementation de plus en plus pesante, non pour laisser le champ libre au marché mais pour que la ville vive, respire, évolue, se développe en respectant des règles fortes, compréhensibles, efficaces, écologiques. J'ai demandé que soit conduite une réflexion approfondie sur ce changement de philosophie de notre droit de l'urbanisme.

Dérèglementer c'est aussi en finir avec tous les zonages et pas seulement ceux de la politique de la ville. Il faut en finir avec les zones d'activité, les zones industrielles, les zones commerciales, les zones résidentielles, les zones de loisir. Le vieux fonctionnalisme a vécu. Il a fait assez de dégâts. Retour à la mixité. Faisons des Central Parks à la française en densifiant le pourtour des espaces verts. Rapprochons les lieux d'habitation, les lieux de travail, les lieux de distraction. Qu'est-ce qui nous en empêche ? Des obstacles physiques ? Non, le droit de l'urbanisme. Alors faisons-le évoluer. Le décloisonnement juridique ouvrira la voie au décloisonnement physique."

Du SARKOZY dans le texte : l'ultra libéralisme, l'abandon de la réglementation, le laisser faire...

Au fait dans notre département, combien de plans de prévention des risques naturels dans les tiroirs des bureaux d'études ? Quand sortira celui de LA CLUSAZ par exemple ? Alors que les pierres de plus en plus grosses menacent la commune de VEYRIER DU LAC entraînant des dépenses de protection colossales ?

commentaires

1.200 personnes à GRENOBLE

Publié le 7 Mars 2010 par Thierry BILLET

EUROPE ECOLOGIE en campagne depuis des semaines est peut être en train d’engranger les fruits de ce travail de terrain. 1.200 personnes à GRENOBLE, comme le montre ce reportage de FRANCE 3, voilà qui donne la pêche pour cette dernière semaine de campagne.

Je retiens de ces réunions la dernière réunion annécienne avec les associations qui se battent pour des transports collectifs de qualité, et notamment les propositions innovantes comme celle du FIL entre LA BALME DE SILLINGY et ANNECY. Alain CARACO, militant de la Fédération nationale des usagers des transports et 5° de liste en SAVOIE a présenté un tableau complet de la situation des TER et des propositions d’EUROPE ECOLOGIE. Si vous souhaitez recevoir cette présentation, envoyez moi un courriel.

Le 5 mars, nous étions à THONES, pour un débat sur l’économie touristique. Alain BOULOGNE, ancien maire des GETS, après Jean-Pierre COURTIN, ancien président de MOUNTAIN WILDERNESS, devait détailler la perversité du système mis en place : on ne vit plus du tourisme, on vit de l’immobilier touristique. De sorte que les communes rentrent dans le cercle infernal : pour vendre mes immeubles, il faut des remontées de plus en plus prestigieuses et rapides pour les deux semaines de février où il y a du monde, et des canons à neige pour « assurer » un enneigement aux tours operators que SAVOIE MONT-BLANC TOURISME va maintenant chercher à SHANGAï ou au KAZAKHSTAN, mais pour amortir ces travaux il faut encore construire pour faire rentrer de la taxe d’habitation, et la spirale continue. Nos stations perdent leur âme et les « lits froids » des résidences secondaires bétonnent des paysages qui n’intéressent plus les vacanciers de l’été et la clientèle de proximité rebutée par des prix de plus en plus exorbitants. Il  faut reconstruire une économie touristique durable, mais les élus des communes touristiques sont ils prêts à ce changement.

Jean-Pierre COURTIN racontait qu’au meeting du PS, M. PERISSIN FABERT, dissident du Parti radical sur la liste du PS avait tenu des propos fort écologistes sur la maîtrise de l’urbanisme dans les stations. Nous verrons si cela se traduit dans la politique du GRAND BORNAND et dans celle de la Communauté de communes des Vallées de THONES. Mais, il y a si loin de la coupe aux lèvres !

Sur le ralliement de M. PERISSIN FABERT, lire :

Et puis le 3 mars, les centristes de « HUMANISME et sociétés » avaient convié toutes les têtes de listes départementales à un débat fort bien organisé avec les citoyens qui sont venus nombreux à cet échange.


Moments fort inégaux d’intérêts avec des listes qui ne sont là que pour se compter sans aucune proposition précise pour les Régionales : on reste dans la dénonciation.


Seules Sylvie GILLET de THOREY, du PS et Claude COMET d’EUROPE ECOLOGIE ont vraiment répondu aux questions sur le scrutin régional et leurs propositions concrètes (le projet d’EUROPE ECOLOGIE fait 52 pages !).


Il restait à M. CARBONNEL, assistant parlemantaire de Bernard ACCOYER, la lourde mission de remplacer Jean-Claude CARLE, notre sénateur qui avait autre chose de plus important à faire en pleine campagne régionale que de se présenter devant les électeurs pour débattre.


La preuve que ce cumul de mandat : parlementaire et conseiller régional est une aberration...qui concerne également Jean-Jack QUEYRANNE. Peut il vraiment faire son travail de député et celui de président de la Région ? Bien sûr que non, alors arrêtons ce cumul des mandats ! Tous les candidats d’EUROPE ECOLOGIE en HAUTE SAVOIE n’ont aucun mandat électif pour être pleinement disponibles pour le conseil régional.

commentaires

Le site préféré de MM. CARLE & ACCOYER pour les Régionales

Publié le 3 Mars 2010 par Thierry BILLET dans Politique locale


A regarder sans modération :


Louisette, démazouteuse de mouette
envoyé par EuropeEcologie. - Plus de vidéos fun.

Le reste des entretiens et des témoignages se trouve sur le site :
 

http://www.ministeredelecologiededroite.fr/

link

commentaires

NAVET, MITHIEUX, EUROVIA délinquants écologiques ?

Publié le 3 Mars 2010 par Thierry BILLET


J'ai déjà parlé ici de l'affaire MITHIEUX à AVIERNOZ.

MITHIEUX, EUROVIA, les mâchefers et AVIERNOZ

Voilà qu'à SAINT SYLVESTRE, c'est la société NAVET qui a trafiqué les bordereaux de suivi de déchets pour déposer en toute illégalité plusieurs milliers de tonnes de mâchefers sans autorisation.

La Préfecture vient de mettre en demeure cette entreprise -qui voulait ouvrir une décharge de déchets inertes du Bâtiment sur le SEMNOZ- de reprendre ces mâchefers et de les envoyer dans une filière normalisée.

En attendant, le mal est fait : c'est toute la filière d'utilisation des mâchefers en sous face routière, c'est à dire en dessous de la bande de roulement de nos routes, correctement protégés des précipitations, qui est considérée comme délinquante.

Qu'un groupe multinational comme EUROVIA soit à l'initiative d'un tel marché de sous traitance se traduisant par de fausses déclarations sur les bordereaux de suivi des déchets est proprement scandaleux. Les MITHIEUX et autres NAVET peuvent plaider leur méconnaissance des régles, mais pas EUROVIA et sa charte "QUALITE" !

Cette situation est insupportable : les mêmes entreprises vont se plaindre que personne ne veuille de l'ouverture d'une carrière ou d'un centre d'enfouissement et stigmatiser le "nimby" des habitants. Mais elles créent elles-mêmes les conditions de cette méfiance à leur égard par leur manque de transparence et leurs activités délictuelles.

A ce jeu, personne ne gagne.

commentaires

Edgar GROSPIRON à 10.000 euros mensuels

Publié le 2 Mars 2010 par Thierry BILLET dans Politique locale


10.000 euros mensuels, telle serait la rémunération de M. GROSPIRON pour assurer la présidence sportive de la candidature française d'ANNECY 2018.

C'est une rémunération importante pour quelqu'un qui passe jusqu'alors son temps à dénigrer le travail déjà accompli par d'autres, alors que le dossier de candidature a été bouclé  sans lui et qu'il n'a contribué pour le moment qu'à décrédibiliser la candidature d'ANNECY par des déclarations polémiques parfaitement inutiles.

On a le sentiment qu'il s'agit de préparer l'opinion à un échec en dénonçant les prédécesseurs et en mettant par avance sur leur dos la responsabilité d'un échec.

De toutes parts, l'incompréhension se développe alors que les Jeux de VANCOUVER se terminent et que nous ne pouvons nous satisfaire des déclarations vertueuses du comité d'organisation canadien sur des Jeux zéro carbone, alors que les témoignages abondent de dérapages financiers et de pratiques environnementales détestables.

J'ai déjà écrit l'inquiétude que représentait la désignation de M. GROSPIRON, grand amateur d'héliski.

 Edgar GROSPIRON, l'héliski, les Jeux

Depuis cet article, tout concorde pour confirmer une dérive du dossier sur des bases que les écologistes engagés dans le soutien à une candidature faisant le choix radical du recyclage des installations soit social, soit physique et de la densification urbaine ne pourront pas soutenir.





commentaires

Ecologie et emploi

Publié le 28 Février 2010 par Thierry BILLET dans Politique locale


De retour de distribution des tracts d'EUROPE ECOLOGIE à CRUSEILLES au salon sur l'éco construction et du débat de vendredi à CHAMBERY sur "l'écologie, c'est l'emploi",
la question de la relocalisation de l'économie et de la capacité des Régions à servir de fer de lance d'une politique économique créant de l'emploi ici et maintenant.

Pierre LAROUTURROU, le chantre des 32 heures, et qui vient de quitter le PS pour accompagner la démarche d'EUROPE ECOLOGIE, a précisé que la croyance d'une croissance de plus de 2% était une pure escroquerie intellectuelle, mais aussi une incapacité à penser que le monde est fini et que l'épuisement des ressources naturelles obligeait à repenser l'économie dans une forme "circulaire", c'est à dire organisée autour du recyclage et de la réutilisation des ressources.

Je vous conseille, si vous êtes dubitatifs, la lecture du blog d'Alain LIPIETZ sur le site du mensuel ALTERNATIVES ECONOMIQUES qui détaille les chiffrages des études consacrées à l'estimation des créations d'emplois en région si l'on voulait vraiment conduire des opérations d'amélioration de l'efficacité énergétique sur le bâti existant. Ce sont des dizaines de milliers d'emplois qui sont en jeu, utiles et non délocalisables.

En savoir plus :

link
http://alternatives-economiques.fr/blogs/lipietz/2010/02/22/climat-emploi-meme-combat/
commentaires

Jean-Claude CARLE, droite extrême

Publié le 27 Février 2010 par Thierry BILLET


La décision de Bernard ACCOYER de laisser la tête de liste départementale à M. CARLE n'est pas le fruit d'un hasard. C'est le résultat d'une analyse politique. L'UMP pense qu'elle doit rassembler son camp pour arriver en tête et que M. CARLE est mieux capable de s'adresser à l'électorat de droite le plus conservateur, caractéristique de la HAUTE SAVOIE depuis le ralliement de l'essentiel des élus UDF à Charles MILLON.

Pour plus d'histoire :
Charles MILLON en correctionnelle

Pour autant, l'UMP prend le risque de se couper définitivement de l'électorat plus jeune et plus moderne qui arrive, année après année, en HAUTE SAVOIE.

Pour celles et ceux qui ignoreraient les positions politiques de M. CARLE, un petit tour sans sa biographie :


Jean-Claude Carle a saisi le Conseil constitutionnel pour tenter de faire invalider le PACS, il a signé la pétition contre l'homoparentalité.

 

Il a soutenu le projet de Loi  pour la reconnaissance des aspects positifs de la colonisation et déclaré en décembre 2005 dans le Journal du Sénat : « La colonisation est un moment difficile à expliquer... parler des aspects positifs, qui ont permis à ces peuples de progresser. Abroger l'article 4 signifierait les occulter et serait contraire à la vérité historique ».

 

A été élu en 1998 vice président du Conseil régional Rhône Alpes avec les voix du Front national comme il est écrit dans l'Humanité du 8 avril 1998 : « L'extrême droite les a fait vice-rois, ils ont accepté le honteux marché du FN. Dans la nuit de lundi à mardi, neuf vice-présidents de droite, sur les quinze que compte l'exécutif de la Région Rhône-Alpes, ont été élus avec les voix du Front national ; « Ce fut ensuite le tour de Jean-Claude Carle (UDF)... d'être élus, tous deux au troisième tour, avec l'appui des voix du FN, les 13 conseillers régionaux de droite s'abstenant toujours ».

 

Il faut aussi citer ce passage particulièrement éloquent de l'intervention de Jean Claude Carle au Sénat sur la délinquance des mineurs: « Qui sont ces jeunes délinquants ? 92 % des actes commis émanent de jeunes garçons présentant 4 caractéristiques : 1ère caractéristique : leur famille a des difficultés à assumer sa mission, du fait notamment, de l'absence du rôle du père. Cette absence du père se prolonge tout au long du cursus du jeune par l'absence de l'homme : absence du père au sein de la famille, absence de l'homme à l'école, l'Education Nationale est un corps très féminisé, absence de l'homme lorsque le jeune est traduit devant une juridiction, les juges pour enfants sont très souvent des femmes, absence de l'homme lorsque le délinquant est sanctionné. La PJJ est une administration elle aussi, très féminisée. Cette absence de l'homme constitue un vrai problème ».


C'est donc - à l'inverse - la merveilleuse image d'une virilité orgueilleuse que nous propose l'UMP à ces Régionales 2010. Un rêve politique qui se personnifie, un vrai bonheur...




commentaires

UMP Haute Savoie, le linge sale se lave au Dauphiné

Publié le 26 Février 2010 par Thierry BILLET dans Politique locale


Dans le DAUPHINE, ces propos amers d'élus UMP du département :

Serge Hasard d'ANNECY LE VIEUX : «  Amer je le suis forcément, je vais prendre un peu de recul pour digérer tout ça «

Guylaine Riondel Besson : "Deux mandats cela me suffisait, ainsi on n’a pas eu le loisir et le plaisir de me dire que je ne repartirai pas."

Astrid Beau Roche « Je ne cautionne pas le fonctionnement de la machine et ce qu’en font ses membres en 74 ».

Preuve du renouveau de l'UMP, imperturbablement, le millioniste  Jean-Claude Carle continue de gâtiser contre la gestion «socialo-communiste » et les impôts de la Région. Troublante situation d'une UMP tellement sûre d'elle dans le département qu'elle se permet de représenter celui qui a perdu haut la main en 2004...

Quant à la désignation de Mme ANDRE, conseillère municipale d'opposition à ANNECY,  en 4° position et donc nécessairement élue, elle ne passe toujours pas tant son engagement municipal est fort et sa présence politique significative dans les débats municipaux. Bien entendu, la stratégie du lider maximo d'ANNECY LE VIEUX est claire : la présenter aux cantonales d'ANNECY CENTRE contre Jean-Luc RIGAUT, puis la positionner en suppléante de Lionel TARDY aux législatives dans le cadre de la conquête d'ANNECY aux prochaines municipales. Cela s'appelle de la mise sur orbite. Incroyable que des "compagnons" ne fassent pas passer leur carrière politique personnelle avant une stratégie aussi lumineuse et enthousiasmante !



 
commentaires

PCB dans l'eau, HAP dans l'air

Publié le 25 Février 2010 par Thierry BILLET


La réglementation des Hydrocarbures polycycliques aromatiques (HAP)  fixe une valeur cible de 1 nanogramme par mètre cube d'air en moyenne annuelle dans l'air que nous respirons.

Le Bulletin de l'Air des Pays de Savoie confirme que la situation à CHEDDE et à PASSY dépassait la valeur limite dans des proportions considérables : 2,6 ng à CHEDDE et 3,9 ng à PASSY en moyenne sur l'année 2008, ce qui équivaut à trois fois la valeur cible !


Les HAP, dont le plus connu est le benzo(a)pyrène, proviennent de combustions incomplètes dans tous les domaines.

S'agissant de CHEDDE et de PASSY, la responsabilité de l'usine PECHINEY saute aux yeux. La production de HAP lors de l'utilisation de brai de houille est documentée depuis 25 ans au moins, du temps où j'étais encore inspecteur du travail en charge de contrôler une entreprise du CARBONE LORRAINE.

Plus d'informations sur les "casseroles" de PECHINEY racheté depuis par le groupe ALCAN sur le site de ROBIN DES BOIS , et qui parle des souvenirs laissés par le groupe en HAUTE SAVOIE :

link
http://www.robindesbois.org/dossiers/pechiney1003.pdf

Même si l'Air des Pays de Savoie ne le cite pas, il insiste lourdement sur les responsabilités des industriels à développer les meilleures technlogies possibles.

L'air est pollué dans nos fonds de vallée par les HAP; l'eau du FIER est polluée par les PCB à tel point que le Préfet en interdit la consommation des poissons. On ignore si il s'agit d'une pollution chronique de nature atmosphérique comme pour le lac d'ANNECY ou si des rejets industriels actuels ou passés sont en cause.

Voilà où nous a conduit l'aveuglement des décideurs et il est loin d'être acquis qu'ils aient ouvert les yeux lorsque l'on voit le sort réservé par l'UMP aux acquis du Grenelle de l'environnement.



commentaires
<< < 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 220 230 240 250 260 270 280 > >>