Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Maire adjoint au développement durable et à la Ville du futur d'ANNECY

Solidarité NEPAL le dimanche 29 janvier 2017

Publié le 17 Janvier 2017 par Thierry BILLET

"L'année dernière je téléphonais à la mairie d'Annecy, au culot, pour être soutenue dans un projet un peu fou, de construire des maisons anti-sismiques au Népal en allant nous former au Maroc. Je tiens à vous remercier chaleureusement de nous avoir reçu avec tant d'entrain et de soutien et de nous avoir octroyé la subvention de 1500 euros. Nos recherches de fonds, notre formation, notre détermination et notre travail pendant plus de 4 mois au Népal après vous avoir rencontré nous a permis d'acommplir de petits miracles, de belles aventures que nous venons raconter lors d'une soirée témoignage , avec concert de soutien que nous organisons à Annecy à laquelle je souhaite vivement vous inviter, pour que vous puissier constater l'impact positif de vous soutien."
 

Mona La Barbera, présidente de l'association Sambhava

Conférence et concert de soutien à SAMBHAVA- NEPAL

DIMANCHE 29 JANVIER 2017 à 17H

SALLE YVETTE MARTINET 15 AVENUE DES ILES ANNECY

Participation Libre

Le 25 avril 2015 le Népal s’effondrait. Katrin KAUSCH 25 ans (Allemande) et Mona LA BARBERA 23 ans (Annécienne), se trouvaient à Katmandu comme volontaires depuis plusieurs mois lorsqu’autour d’elles 9000 personnes perdaient la vie, et des milliers de maisons étaient réduites en poussière. Vivantes, elles ont choisi de rester au Népal, pour faire leur part dans le secours d’urgence. Elles ont dès lors transformé leur chance en force collective, et grâce à une immense chaîne de solidarité qui s’est formée relayée par le JDD et de France inter, elles ont pu récolter les fonds nécessaires pour palier l’urgence dans différents villages de la région de Katmandu. C’est une grande aventure qui commençait sur les routes de l’éducation, de la reconstruction et de la formation qui est devenue l’association SAMBHAVA fondée à Annecy en juin 2015. Depuis elles partagent leur vie entre la France, où elles travaillent comme éducatrices, et le NEPAL. En 18 mois, elles ont organisé un programme de formation sur neuf mois pour permettre à 14 femmes victimes du séisme de se former à un travail pour subvenir à leurs besoins, 9 ont été embauchées. Elles ont scolarisé dans les écoles privées bilingues 27 enfants en situation d’extrême pauvreté. Après s’être formées au Maroc à la méthode de construction antisismique « super-adobe » avec le soutien de la mairie d’Annecy, elles ont organisé un chantier international de construction d’une maison pour une famille victime du séisme...

Cette aventure qui a mobilisé plusieurs dizaines de volontaires internationaux et des centaines de donateurs continue : Katrin et Mona viennent vous la raconter, en émotions et en images lors d’une conférence conviviale qui aura lieu le dimanche 29 janvier 17h à la salle Yvette Martinet à ANNECY.

À la fin : Sur place vente de produits d’artisanat Népalais crées par les femmes du programme de formation de Sambhava.

Solidarité NEPAL le dimanche 29 janvier 2017
commentaires

Vice président au Grand ANNECY

Publié le 17 Janvier 2017 par Thierry BILLET

J'ai été élu vendredi dernier Vice Président du Grand ANNECY en charge de l'environnement, c'est à dire de l'ensemble du champ "climat, air, énergie" alors que nous venons de vivre un épisode particulièrement important de pollution de l'air, qui peut se reproduire à tout moment dès lors que les conditions atmosphériques sont réunies.

Nous ne pouvons pas changer le régime météorologique.

Il faut donc que nous adaptions nos émissions de poussières fines à cette contrainte géographique. Nous n'émettons pas plus que les autres territoires, mais la géographie alpine empêche le brassage d'air qui existe ailleurs.

Rien ne sert de se lamenter : il faut agir.

Et il faut agir ici et maintenant avec des mesures efficaces qui ne concernent pas seulement les périodes de crise hivernale, mais toute l'année. Ces mesures efficaces ne sont pas toutes populaires; elles créent des contraintes et elles demandent l'adhésion des habitants pour être réellement mises en oeuvre.

Nous allons avancer aussi vite que possible sur le Fonds AIR BOIS avec l'ADEME et le Conseil départemental pour équiper un maximum de foyers ouverts de moyens d'améliorer la combustion du bois, si producteur de poussières fines lorsqu'il ne brûle pas bien.

Mais d'autres mesures doivent être appliquées, comme la fin effective des brulages par la mutualisation de broyeurs de déchets verts qu'il faut absolument réutiliser sur place dans toutes les communes du Grand ANNECY.

Et bien entendu, il nous faut trouver les mesures de régulation du trafic automobile qui permettent de réduire les émissions du diesel.

C'est l'enjeu de ce premier semestre 2017 que d'élaborer le plan d'actions qui permettra au Grand ANNECY d'affirmer sa volonté d'un air pur pour la santé de tous.

commentaires

N'oubliez pas ce dimanche...

Publié le 8 Janvier 2017 par Thierry BILLET

N'oubliez pas ce dimanche...
commentaires

nouvelle commune, boucle d'eau, et autres projets

Publié le 5 Janvier 2017 par Thierry BILLET

L'année nouvelle commence après 10 jours de marche entre MONTPELLIER et CASTRES sur la voie d'ARLES du chemin de COMPOSTELLE : une merveille au coeur de la nature du parc naturel régional du HAUT LANGUEDOC  sans presque de goudron, la hantise du marcheur.
Commencer l'année par le conseil municipal historique du 2 janvier qui a scellé la fusion de nos 6 commune dans la commune nouvelle d'ANNECY, la plus grosse fusion de communes mise en oeuvre en FRANCE, et des chantiers innombrables à mener à bien tant sur le plan technique, organisationnel que politique, avec une gouvernance "multi partidaire" et la nécessaire recherche de compromis entre toutes les tendances et toutes les anciennes communes. Il faut regretter ici les déclarations de Denis DUPERTHUY, vertement remis à sa place à juste titre par Jean BOUTRY, sur le clientélisme des élus ou leur volonté de gagner plus d'argent; alors que chacun a au contraire accepté des remises en cause de ses indemnités pour assurer une stabilité globale de la dépense et une équité entre les collègues.

Puis par le développement du projet de boucle d'eau du lac, qui permettrait de chauffer des bâtiments proches du lac avec un système de pompes à chaleur adéquat, à la fois au titre du Territoire à énergie positive (TEPOS) et d'un projet privé autour des MARQUISATS qui vient de recevoir l'appui financier de l'ADEME au titre du fonds chaleur puisque ce système constitue un réseau de chaleur pour tout un quartier.

Et le 13 janvier avec la réunion du conseil communautaire du GRAND ANNECY et l'élection du bureau qui aura à gérer la nouvelle communauté d'agglomération élargie et écrire le plan climat air énergie d'ici la fin de l'année 2017 : pas de quoi chômer !
 

commentaires

Le SYANE s'engage à devenir producteur d'énergie renouvelable

Publié le 14 Décembre 2016 par Thierry BILLET

Réuni le jeudi 8 décembre dernier, le Comité du SYANE a tenu son débat d’orientations budgétaires pour 2017. Tout en maintenant un haut niveau d’investissements sur les réseaux d’électricité et d’éclairage public, le SYANE affirme sa politique en faveur de la transition énergétique. Parmi les orientations nouvelles : la production d’énergies renouvelables et l’engagement dans les démarches TEPOS (Territoires à Energie Positive).

Dans le domaine de l’aménagement numérique, la construction du réseau public très haut débit en fibre optique va s’accélérer en 2017. L’objectif ? Couvrir 140 000 logements à fin 2019, dont 55 000 dès fin 2017. L’ouverture commerciale du réseau, démarrée en 2016 pour les professionnels, s’étendra progressivement aux particuliers, à partir du 2nd semestre 2017.

Enfin, le SYANE affirmera, en 2017, son engagement en faveur de la mobilité électrique, en poursuivant le déploiement des 120 premières bornes du réseau public pour la recharge des véhicules électriques et hybrides. 4 premières bornes ont été mises en service ce vendredi 9 décembre à Chamonix.

Télécharger le communiqué de presse du débat d’orientations budgétaires : http://www.syane.fr/actus-1/2016/debat-d-orientations-budgetaires-un-budget-2017-en-faveur-de-la-transition-energetique

En savoir plus sur la mise en service des 4 premières bornes de charge du réseau public du SYANE pour la recharge de véhicules électriques : http://www.syane.fr/actus-1/2016/mobilite-electrique-mise-en-service-des-1eres-bornes-de-charge-du-syane

commentaires

Tous chez ENERCOOP

Publié le 13 Décembre 2016 par Thierry BILLET

Témoignage de AIR, client et sociétaire professionnel

Chez AIR, notre mission est d'aider les entreprises et les territoires (outdoor, montagne, tourisme) à innover de manière responsable. Nous sommes convaincus que le "développement durable" est en pleine (r)évolution, grâce entre autres à des solutions énergétiques telles qu’Enercoop. Jusqu'en 2014, AIR était installée dans une pépinière d'entreprises et nous n'avions donc pas la main sur le choix de notre fournisseur d'électricité. Quand nous avons déménagés dans nos propres bureaux, il nous a alors semblé évident de souscrire un contrat chez Enercoop afin de nous approvisionner en énergies renouvelables et d’être en accord avec nos valeurs. Nous avons la vision d'un monde où nous ne sommes pas seulement consommateurs mais "consomm’acteurs". Nous partageons nos locaux avec 3 autres entreprises et nos "colocs" ont été convaincu par cette proposition. Aussi, notre métier est de provoquer et d’accompagner le changement chez nos clients, que nous conseillons de passer aux énergies renouvelables. Nous voulons donner envie aux gens de faire de belles choses, et de les faire ensemble.

AIR Agence Innovation Responsable - (74)
 

Tous chez ENERCOOP
commentaires

Contre la pollution, Roule & Co a la solution !

Publié le 9 Décembre 2016 par Thierry BILLET

L'actuel niveau de pollution inquiétant n'aura échappé à personne.


Pour contribuer à améliorer la qualité de l'air , Roule & Co lance une nouvelle opération et équipe gratuitement toute la famille pour passer au vélo :

- un vélo en parfait état de fonctionnement pour chaque membre de la famille.
- 1 an d'entretien sur ces vélos.
- 5h de vélo-école pour chacun, pour apprendre à rouler sereinement et en toute sécurité.

En contrepartie et pour prouver votre engagement, vous nous donnez la voiture dont vous vous servez au quotidien, quel que soit son carburant et son âge.
Celle-ci sera désossée, recyclée et finira peut-être en vélo ... !

Et comme Roule & Co agit sur le fond et pas uniquement durant les épisodes de pollution médiatisés, cette opération aura cours sur toute l'année 2017.

Soyez acteur de l'avenir de votre lieu de vie, Roule & Co vous y aide !

commentaires

Publié le 8 Décembre 2016 par Thierry BILLET

commentaires

L'Isernon ouvre le bal de la rénovation thermique

Publié le 7 Décembre 2016 par Thierry BILLET

"J'écorénove ma copro" : l'Isernon ouvre le bal !

06/12/2016

Lundi 5 décembre, Jean-Luc Rigaut, maire d’Annecy ,et Thierry Billet, maire-adjoint chargé de l’environnement, étaient aux côtés des copropriétaires de l’Isernon pour la réception des travaux de rénovation énergétique.

Cet immeuble de 52 logements situé chemin de la Croix-Rouge est en effet le premier à avoir bénéficié du dispositif « J’écorénove ma copro », une initiative innovante mise en place par la Ville d’Annecy pour agir sur la consommation d’énergies fossiles.

commentaires

Perturbateurs endocriniens, agissons !

Publié le 3 Décembre 2016 par Thierry BILLET dans Environnement

 

Halte à la manipulation de la science !

Près de cent scientifiques demandent à l'Europe et à la communauté internationale d'agir contre les perturbateurs endocriniens. Ils dénoncent la fabrication du doute par les industriels, déjà à l'oeuvre dans la lutte contre le changement climatique

Depuis des décennies, la science est la cible d'attaques dès lors que ses découvertes touchent de puissants intérêts commerciaux. Des individus dans le déni de la science ou financés par des intérêts industriels déforment délibérément des preuves scientifiques afin de créer une fausse impression de controverse. Cette manufacture du doute a retardé des actions préventives et eu de graves conséquences pour la santé des populations et l'environnement.

Les " marchands de doute " sont à l'oeuvre dans plusieurs domaines, comme les industries du tabac et de la pétrochimie ou le secteur agrochimique. A elle seule, l'industrie pétrochimique est la source de milliers de produits toxiques et contribue à l'augmentation massive des niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique, à l'origine du changement climatique.

La lutte pour la protection du climat est entrée dans une nouvelle ère avec l'accord de Paris de 2015, malgré la farouche opposition de climatosceptiques sourds au consensus établi par les scientifiques engagés pour travailler dans l'intérêt général. Une lutte comparable fait rage autour de la nécessaire réduction de l'exposition aux perturbateurs endocriniens. La Commission européenne s'apprête à mettre en place la première réglementation au monde sur le sujet. Bien que de nombreux pays aient également manifesté leur inquiétude à l'égard de ces produits chimiques, aucun n'a instauré de réglementation qui les encadrerait globalement.

Jamais l'humanité n'a été confrontée à un fardeau aussi important de maladies en lien avec le système hormonal : cancers du sein, du testicule, de l'ovaire ou de la prostate, troubles du développement du cerveau, diabète, obésité, non-descente des testicules à la naissance, malformations du pénis et détérioration de la qualité spermatique. La très grande majorité des scientifiques activement engagés dans la recherche des causes de ces évolutions préoccupantes s'accordent pour dire que plusieurs facteurs y contribuent, dont les produits chimiques capables d'interférer avec le système hormonal.

Des sociétés savantes signalent que ces produits chimiques, appelés les perturbateurs endocriniens, constituent une menace mondiale pour la santé. Parmi ceux-ci : les retardateurs de flamme présents dans les meubles et l'électronique, les agents plastifiants dans les matières plastiques et les produits d'hygiène, ou encore les résidus de pesticides dans notre alimentation. Ils peuvent interférer avec les hormones naturelles lors de périodes critiques du développement, pendant la grossesse ou la puberté, lorsque notre organisme est particulièrement vulnérable.

Une réglementation nécessaire

On ne peut faire face à ce fardeau croissant de maladies à l'aide de meilleurs traitements médicaux : non seulement ces traitements n'existent pas toujours, mais les effets des perturbateurs endocriniens sur la santé sont bien souvent irréversibles. Les possibilités de réduire notre exposition à un niveau individuel en évitant certains produits de consommation sont, elles aussi, limitées. La plupart de ces substances atteignent notre organisme par le biais de notre alimentation.

Seule solution pour enrayer la hausse des maladies liées au système hormonal : prévenir l'exposition aux produits chimiques à l'aide d'une réglementation plus efficace. Or le projet d'établir une réglementation de ce type dans l'Union européenne est activement combattu par des scientifiques fortement liés à des intérêts industriels, produisant l'impression d'une absence de consensus, là où il n'y a pourtant pas de controverse scientifique. Cette même stratégie a été utilisée par l'industrie du tabac, contaminant le débat, semant le doute dans la population et minant les initiatives des dirigeants politiques et des décideurs pour développer et adopter des réglementations plus efficaces.

Les discussions sur le changement climatique et sur les perturbateurs endocriniens ont toutes deux souffert de cette déformation des preuves scientifiques par des acteurs financés par l'industrie. La plupart des scientifiques pensent qu'exprimer publiquement leur point de vue sur des questions politiques et participer aux débats de société pourrait compromettre leur objectivité et leur neutralité. Ce serait effectivement inquiétant si nos opinions politiques obscurcissaient notre jugement scientifique. Mais ce sont ceux qui nient la science qui laissent leurs opinions politiques obscurcir leur jugement. Avec, pour conséquence, des dommages irréparables. La manipulation de la science concernant les effets de la fumée du tabac a coûté des millions de vies.

Nous considérons qu'il n'est plus acceptable de nous taire. En tant que scientifiques, nous avons en fait l'obligation de participer au débat et d'informer le public. Nous avons la responsabilité de rendre visibles les implications de nos travaux pour la société et les générations futures, et d'attirer l'attention sur les graves dangers qui nous menacent. Les enjeux sont importants, et l'action politique pour endiguer l'exposition aux perturbateurs endocriniens et les conséquences des émissions de gaz à effet de serre est devenue une urgence.

Scientifiques spécialistes des perturbateurs endocriniens ou du changement climatique, nous avons uni nos forces, car un grand nombre d'actions essentielles à la limitation des effets des perturbateurs endocriniens contribueront également à lutter contre le changement climatique. La plupart des substances chimiques synthétisées par l'homme sont des dérivés de combustibles fossiles produits par l'industrie pétrochimique. Une réduction de la quantité de pétrole raffiné permettra aussi de réduire la quantité de sous-produits utilisés dans les plastiques et celle de plastifiants : ces produits chimiques compromettent la santé reproductive masculine et contribuent au risque de certains cancers.

Une réduction de la dépendance aux combustibles fossiles et un encouragement au développement des énergies alternatives entraîneront non seulement une baisse des émissions de gaz à effet de serre, mais aussi de celles de mercure. Le mercure, un contaminant issu du charbon, émis dans l'air et accumulé dans le poisson, finit par atteindre nos organismes et compromet le développement du cerveau.

Créer l'équivalent du GIEC

Bien que de nombreux Etats aient exprimé la volonté politique de traiter le problème des gaz à effet de serre, la traduction des connaissances scientifiques sur le changement climatique en action politique effective a été bloquée, notamment à cause de la désinformation du public et des dirigeants. Les gouvernements sont déjà en retard. Il est important de ne pas répéter ces erreurs avec les perturbateurs endocriniens, et d'apprendre de l'expérience des scientifiques du climat et de la recherche en santé publique.

La Commission européenne a l'occasion de choisir des instruments de réglementation qui pourront fixer de nouveaux standards pour le monde entier afin de nous protéger des effets nocifs des perturbateurs endocriniens. Nous sommes cependant préoccupés par les options réglementaires que propose aujourd'hui la Commission, très éloignées des mesures nécessaires pour protéger notre santé et celle des générations futures. Les options proposées pour identifier les perturbateurs endocriniens requièrent un niveau de preuve bien plus élevé que pour d'autres substances dangereuses, comme celles cancérigènes. Dans la pratique, il sera très difficile de reconnaître une substance dangereuse comme perturbateur endocrinien dans l'Union européenne.

Des actions urgentes sont nécessaires sur les deux thèmes. Pour cette raison, nous appelons à la mise en oeuvre de mesures qui s'attaqueraient aux perturbateurs endocriniens et au changement climatique de façon coordonnée. Un moyen efficace pourrait être la création, sous les auspices de l'Organisation des Nations unies, d'un groupe ayant le même statut international et les mêmes prérogatives que le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Ce groupe serait chargé d'évaluer les connaissances scientifiques destinées aux responsables politiques dans l'intérêt général et mettrait la science à l'abri de l'influence des intérêts privés. Nous le devons aux générations qui vivront demain.

Collectif

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>