Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

environnement

Plus de zones à 30 km/h

8 Octobre 2013 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

Jean-Luc RIGAUT l'avait annoncé en conseil municipal lundi dernier, la Ville va étendre les rues soumises à la limitation de vitesse à 30 km/h.
Il s'agit clairement de sécuriser l'usage du vélo sur ces tronçons routiers en réduisant la vitesse des voitures, de manière à ce que chacun partage mieux la voirie et éviter aux vélos de devoir emprunter les trottoirs.
Cela sera le cas entre le Pont de la Halle et Bonlieu pour permettre aux vélos de pouvoir plus facilement entrer dans le flux des voitures et éviter les vélos sur les trottoirs Quai du collège Chapuisien et le long du Vassé dans l'autre sens.

Ce sera également le cas de l'avenue de GENEVE sur laquelle des aménagements cyclistes sont impossibles sans mettre par terre les platanes que personne ne voudrait voir abîmés.

Cela va s'accompagner d'un renforcement vigoureux des marquages au sol, en lien avec la commission "déplacement" du Club climat qui a beaucoup travaillé sur ces solutions d'amélioration.



Plusieurs arguments entrent en ligne de compte pour l'introduction d'une zone 30. Voici lesquels :

 

- Plus de sécurité !

Les risque et la gravité des accidents sont directement proportionnels à la vitesse. La zone 30 est donc un dispositif de sécurisation important pour les piétons.

 

- Distance de freinage raccourcie !

A 30km/h, il est possible d'arrêter sa voiture sur 13 mètres. A 50 km/h, cette distance est doublée !

 

- Plus de convivialité !

Circulons zen ! La réduction de la vitesse permet de concilier vie locale et circulation, donnant à la ville une dimension plus humaine.

 

- Moins de pollution !

La limitation à 30km/h réduit les émissions polluantes et la consommation d'essence. Les meilleurs effets sont obtenus quand les conducteurs adoptent une conduite "souple".

 

- Plus de fluidité !

Il est prouvé qu'une vitesse réduite entraîne une circulation plus aisée, notamment dans les carrefours.

 

- Moins de bruit !

La réduction de la vitesse entraîne une réduction du bruit en ville de l'ordre de 2 à 3 décibels.

 

- Moins de trafic de transit !

cette mesure est dissuasive pour les véhicules dits "de transit", qui ne font que traverser le centre ville.

 

- Une meilleure cohabitation entre tous les usagers !

Chacun est plus attentif aux déplacements des autres. La cohabitation est plus harmonieuse avec les vélos et les autres usagers.


La Ville s'inscrit ainsi dans une politique d'apaisement de la circulation routière.

Bien entendu, le scénario optimal serait de pouvoir créer de réelles voies cyclables sur ces deux axes, mais ils sont aujourd'hui encore trop indispensables pour sortir de la Ville et y entrer pour que l'on ne puisse le faire sans créer des queues de voitures insurmontables.

 

Tant que la rive Ouest du lac restera desservie quasi exclusivement par les voitures et que si peu de personnes voudront covoiturer alors qu'elles vont au même endroit et à la même heure, nous resterons tributaires de l'absence de vision des élus qui ont laissé se développer l'urbanisation de la rive Ouest sans mettre en place simultanément le réseau de transports en commun adapté.

Lire la suite

Première école MINERGIE P en FRANCE... à ANNECY

7 Octobre 2013 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

Nous sommes décidément trop modestes.

La réalisation de la première école certifiée "MINERGIE P", c'est à dire répondant à un cahier des charges particulièrement rigoureux permettant d'assurer que le bâtiment est bien passif d'un point de vue énergétique n'a pas eu tout l'écho qu'elle mérite.

A lire la presse, on a l'impression qu'il n'y a plus de voitures à BORDEAUX, ou que NICE est un modèle environnemental, ou que la transition énergétique est finalisée à CLERMONT FERRAND... alors qu'il n'en est rien.

Mais, à ANNECY, nous réalisons un équipement de 13 millions d'euros dans un calendrier serré, ouvert comme prévue à la rentrée de septembre 2013 et qui respecte le lourd cahier des charges de MINERGIE P... Et cela semble naturel et sans éclat particulier !

En tous cas, si vous voulez venir visiter ce bâtiment exceptionnel, vous pouvez le faire les 7 et 8 novembre 2013 à 17 heures dans le cadre des visites de bâtiments organisées par PRIORITERRE. Inscriptions sur leur site...

Plus d'informations sur l'équipement scolaire VALLIN-FIER :

http://www.annecy.fr/723-ecoquartier-vallin-fier.htm#par6712


Lire la suite

Plan climat de l'agglomération

4 Octobre 2013 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

Réunion de cadrage intéressante ce mercredi soir sur le plan climat de l'agglomération dans la perspective de la candidature "Territoire à énergie positive" envers la Région avec le Parc naturel régional des BAUGES et CHAMBERY Métropole, et de la labellisation "Cit'ergie" avec l'ADEME de la Ville d'ANNECY et de la C2A.

Les services présentaient aux élus leur travail transversal de réponses aux enjeux d'un plan climat énergie territorial et les débuts des fiches actions qu'ils voudraient voir mûrir d'ici la fin de l'année.

On voit bien la synergie entre ces propositions et le plan d'actions du PCET de la Ville d'ANNECY en de nombreux domaines sur lesquels la compétence relève de l'agglomération. Par exemple, le projet de maison de la mobilité qui serait un outil utile à la mise en oeuvre concrète des modes doux de transport... Ou les propositions très concrètes pour aboutir à la production de "zéro déchet" lors des manifestations organisées par la C2A...

La présentation des travaux de notre Club Climat par son président Hervé BRELOT, directeur de la recherche chez NTN-SNR, et les rapporteurs des quatre commissions, ce lundi 30 septembre au Conseil municipal d'ANNECY en introduction du Conseil a permis de montrer combien la société civile était prête à ces évolutions des comportements car les mentalités sont demandeuses désormais de tels changements.

Le principe de rapprocher le consommateur du producteur est aujourd'hui largement partagé : il convient de mettre en musique et de faire des propositions concrètes pour favoriser le maraîchage notamment. L'intérêt porté par la presse à notre initiative des "Jardins en ville" et le plaisir partagé des jardiniers rencontrés par les journalistes témoignent de la vivacité de cette approche  et de sa pertinence.

Prochaine étape évoquée lors du Conseil municipal par Pierre POLES si j'ai bonne mémoire : la mise en place d'un système de "monnaie locale" que nous avons déjà évoquée dans les travaux du Club climat.

.

Lire la suite

SILMAS, les rendus...

25 Septembre 2013 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

Le SILA a été un partenaire fort actif du programme européen SILMAS : "sustainable instruments for lake management in alpine space". Je vous en ai parlé à plusieurs reprises sur ce blog. L'année dernière, un chapiteau sur le PAQUIER montrait les projets menés à leur terme, même si le temps excécrable n'avait pas permis une fréquentation satisfaisante.

 

La chose est réparée avec la publication des documents élaborés par les différents ateliers des collaborations européennes du programme.

 

SILMAS_WP4_guide-final_GBcouv.jpg

 

Cinq guides d’aide à la décision pour contribuer à la gestion durable des lacs alpins

La Région Rhône-Alpes a édité cinq guides thématiques et deux études sur la gestion durable des lacs alpins.  Ils sont conçus avant tout pour être des outils pratiques d’aide à la décision aussi bien pour les décideurs locaux (administration, collectivités locales) que pour les gestionnaires et les différents acteurs autour des lacs. Ils cherchent à donner le maximum d’informations sur les bonnes pratiques de gestion des lacs, en mutualisant et en faisant partager les expériences qui sont menées dans les différents pays du projet SILMAS.


Ces guides sont désormais disponibles sur le site http://www.silmas.eu/

www.silmas.eu.

Le guide sur la gestion environnementale des ports
Un tour d’horizon des pratiques de gestion environnementale des ports, notamment sur les problématiques de pollution, de dragage des sédiments ou de gestion des macrophytes. Une étude est également menée sur les différents labels existants (Ports Propres en France et Blauer Anker en Allemagne) et les pratiques à mettre en œuvre pour les obtenir.

Le guide sur la gestion durable de la pêche de loisirs et professionnelle
Un outil pour prévenir au mieux les conflits liés aux usages de pêche et pour une exploitation raisonnée de la ressource halieutique. Le guide fait également une étude des bonnes pratiques concernant la restauration d’habitats aquatiques et la réimplantation d’espèces.

Le guide Toolbox (boite à outils)
Un guide de synthèse sur les conflits d’usage qui peuvent survenir au niveau des lacs et sur leur résolution grâce à l’échange de pratiques et à la mutualisation des expériences menées sur des sites pilotes. Une carte des connaissances (knowledge map) offre des clés d’entrée dans les problématiques adaptées aux différents publics et des traductions fines dans chacune des langues du programme pour éviter malentendus et fausses interprétations.

Le guide sur l’application de l’Index de fonctionnalités des berges
Une méthodologie conçue et développée par l’Agence provinciale de protection de l’environnement de Trento et mise en œuvre sur différents lacs du programme Silmas. Celle-ci permet de déterminer l’indice de fonctionnalité écologique des berges d’un lac à travers l’évaluation de nombreux paramètres qui vont de la présence de végétation à la topographie des alentours. Les capacités de modélisation de cet outil, permettent par exemple d’évaluer a priori les impacts de la construction d’une nouvelle infrastructure sur un lac.

Le livret de recommandations concernant le réchauffement climatique
Ce livret recense un grand nombre de recommandations et les écueils à éviter sur plusieurs thématiques majeures autour des lacs comme l’agriculture, le tourisme, les infrastructures…
Par ailleurs, deux études viennent compléter ces guides d’aide à la décision, une étude scientifique qui fait référence sur les impacts physiques, chimiques, hydrologiques et biologiques du changement climatique sur les écosystèmes des lacs alpins et une étude annexe de mesures sur cinq lacs du programme.

Lire la suite

Une barge sur le Pâquier...

23 Septembre 2013 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

Depuis lundi dernier, une Barge rousse s'est installée sur le Pâquier et attire ornithologues et curieux.
Une rareté dans le département et une première pour le territoire de la ville d'Annecy.
Il s'agit d'une espèce nicheuse de la toundra arctique en transit migratoire vers une destination qui devrait la conduire vers le Portugal, l'Espagne ou l'Afrique occidentale (Banc d'Arguin en Mauritanie notamment).  
Ci-joint un beau cliché de l'oiseau envoyé par la Ligue pour la protection des oiseaux..

104-1484936-6624-2-.jpg
Lire la suite

21 septembre, les 30 ans de prioriterre sur le Paquier

9 Septembre 2013 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

invitation_bandeauhaut

Pour célébrer ses 30 ans d’engagement et d’actions dans le développement durable, Prioriterre organise un éco-événement tout au long de la journée du samedi 21 septembre.

Ne ratez pas ce rendez-vous unique et retrouvez-nous sur le Pâquier à Annecy !

AU PROGRAMME

Ateliers ludiques et animations enfants
10h à 18h
Ludik Energie
Porté par le Vent
Zi Manège
Atelier du Sourire

Forum - Débats
10h à 12h - "Alimentation du Futur" 14h à 16h - "Sobriété Joyeuse"
16h à 18h - Témoignages "à chacun son empreinte"
16h30 à 19h - "Transition énergétique"

Pique-nique sur l’herbe et Sieste électronique
A partir de 12h pour le déjeuner
A partir de 19h pour le dîner
Amenez votre panier !

Concert - Scène solaire
20h à 20h30 - JUNGLE JULIA
20h30 à 22h - JUKEBOX CHAMPIONS

EN MARGE DU 21 SEPTEMBRE...

Découvrez "PLANETE JOYEUSE", l’expo…
Du 09 septembre au 19 octobre, découvrez l’exposition « Planète Joyeuse ». Economie d’énergie et d’eau, construction, éco-consommation…, faites le plein de solutions pour réduire votre empreinte écologique sans réduire votre qualité de vie.

  • Du 23 au 28 septembre : Grand Epagny (Epagny)
  • Du 30 septembre au 5 octobre : Val Semnoz (Seynod)
  • Du 7 au 12 octobre : Praz du Léman (Annemasse)
  • Du 14 au 19 octobre Vitam Parc (Neydens)

Ecolo Attitude à Annecy avec Arrêt sur Image
Du 7 au 23 septembre, l’Ecolo Attitude s’affiche sur les vitrines d’Annecy avec la bande dessinée du même nom, créée par Waltch et Shuky. Une séance de dédicace sera organisée le 21 septembre sur le Pâquier.
Retrouvez-nous aussi sur Facebook
Et sur le blog de Planete Joyeuse

Lire la suite

Hervé KEMPF quitte LE MONDE

5 Septembre 2013 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

Hervé KEMPF quitte LE MONDE après y avoir tenu la rubrique écologie avec talent et rigueur depuis des années; et c'est encore un signe de la mauvaise santé de notre presse nationale.

 

 

Accueil > Libertés > Adieu Le Monde, vive Reporterre

Libertés

Adieu Le Monde, vive Reporterre

Hervé Kempf

lundi 2 septembre 2013


Ce 2 septembre, quinze ans et un jour après y être entré, je quitte Le Monde : en ce lundi, le dernier lien juridique entre ce journal et moi est défait, par le « solde de tout compte ».

Que je quitte volontairement un titre prestigieux étonnera peut-être. Mais certes moins que la raison qui m’y pousse : la censure mise en œuvre par sa direction, qui m’a empêché de poursuivre dans ce journal enquêtes et reportages sur le dossier de Notre Dame des Landes.

Au terme de l’histoire que je vais ici retracer, il ne me restait qu’une issue, si je voulais conserver la liberté sans laquelle le journalisme n’a pas de sens : abandonner le confort d’un salaire assuré et de moyens de travail avant que soit étouffée la dernière marge d’expression qui me restait, la chronique Ecologie.

Abandonner le journal fondé par Hubert Beuve-Méry et vendu en 2010 est une libération. Je me lance dans l’aventure du site Reporterre, parce que plus que jamais, une information indépendante est nécessaire pour rendre compte du phénomène le plus crucial de l’époque, la crise écologique.

On trouvera ci-après le récit des événements ouverts le 5 novembre 2012 et qui ont conduit à cette décision. Les lecteurs qui en auront le temps trouveront dans C’était un autre monde une présentation de mon travail antérieur dans ce journal qui éclairera le contexte de cette affaire.
La suite est ici.

Lire la suite

Jardins en ville : ça pousse !

20 Août 2013 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

Les "jardins en ville" sont devenus réalité. Courgettes, tomates, fleurs et autres plantes aromatiques commencent à sortir de terre sur les 65 parcelles mises à la disposition des jardiniers amateurs par la Ville d'Annecy (à proximité de la Visitation, rue de la Solidarité, chemin des Fins et en contrebas du château).

La suite ici

Lire la suite

Dans la même veine du changement par la base...

3 Août 2013 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

Recommandé par Alain LIPIETZ, ce petit film sur "l'espoir"dans l'écologie du quotidien...

 

Lire la suite

Nucléaire: le mensonge jusqu'où?

31 Juillet 2013 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

Par Corinne LEPAGE...

Pour tenter de justifier non seulement le maintien mais la relance de l'énergie nucléaire, jusqu'où le lobby nucléaire est-il capable d'aller?

La question mérite d'être posée lorsque l'on voit le niveau de désinformation et de déni de réalité auquel nos concitoyens sont soumis, avec le soutien à des degrés divers qui vont du silence au soutien actif, de la part du plus grand nombre des décideurs publics.

Commençons par la question économique et financière puisque c'est visiblement celle qui sert de prétexte au tout-nucléaire, que la France reste le seul pays au monde à prôner. En effet, il n'aura échappé à personne que le pompeusement dénommé débat national sur la transition énergétique ne sera même pas capable d'écrire le scénario proposé par le président de la République dans la campagne présidentielle de passer à 50 % d'électricité nucléaire en 2025, ce qui constituerait encore le niveau le plus élevé des grands pays dans le monde.

Le nucléaire serait une énergie d'avenir avec des perspectives de croissance mirobolantes. C'est un mensonge. Le niveau de production nucléaire dans le monde a rejoint le niveau qu'il avait en 1999 et la part du nucléaire dans le monde est aujourd'hui de 8%, soit le même niveau que 1983! Les énergies renouvelables représentent davantage aujourd'hui que le nucléaire. Pour une industrie d'avenir, le moins qu'on puisse dire est que la courbe est peu attrayante. Elle l'est d'autant moins que les coûts du nucléaire sont croissants, alors que ceux des énergies renouvelables sont décroissants. Déjà, le coût de production du KWh éolien est largement inférieur à ce que sera le coût du KWh sorti de Flamanville... S'il sort un jour.

Et encore, les calculs sont effectués alors que cette industrie n'est pratiquement pas assurée, et que les provisions pour le traitement des déchets à long terme et le démantèlement sont ridicules. Le nucléaire coûte d'autant plus cher que le contribuable est largement mis à contribution. Outre la recherche, le financement du commissariat à l'Énergie atomique (CEA), la prise en compte des régimes spéciaux des agents du nucléaire, le contribuable paye également pour ITER, Astrid, sans compter les investissements préalables faits par l'État, ce qui signifie que la rente nucléaire devrait appartenir en totalité au contribuable. En réalité, le nucléaire coûte plus cher aux contribuables que les énergies renouvelables, qui reviennent globalement à 60 euros par an par usager dans le cadre de la contribution au service public de l'électricité (CSPE).

Continuons avec le risque et le cas d'école que constitue Fessenheim. Avec sagesse, François Hollande avait annoncé sa fermeture en raison de son ancienneté et du risque sismique. Pour mémoire, cette centrale est située à proximité de Bâle, victime d'un tremblement de terre classé tout d'abord 6,2 sur l'échelle de Richter et évalué aujourd'hui entre 6,9 et 7,2. Tous les calculs initiaux sont donc faux et le degré de sécurité très insuffisant, même si un coefficient de sécurité de 0,5 avait été pris en compte. Fessenheim est située très en dessous du canal du Rhin, situation aujourd'hui interdite par la nouvelle réglementation. Le risque de rupture brutale des digues a conduit le conseil général à demander des travaux bien précis. Il devra se contenter d'une étude... Dont les résultats seront connus en 2014 au mieux. Cette centrale est la seule de France à ne pas disposer d'autorisation de rejets chimiques en parfaite infraction avec le droit communautaire, sans doute en raison de rejets de bore et d'élévation de la température incompatibles avec la réglementation, dus à l'absence de tour aéroréfrigérée.

Peu importe au Conseil d'État qui vient de rejeter la demande de fermeture réclamée par plus de 100 collectivités locales, allemandes, suisses et françaises, par un arrêt qui ne répond pas aux questions posées et qui confond travaux et études pour considérer un risque réduit a fortiori résolu. Il est vrai qu'il y avait été invité par le ministère de l'écologie et l' Autorité de sécurité nucléaire chantant dans un même cœur l'absence totale de risque à Fessenheim. Cette fermeté justifiera dans l'éventualité d'un accident la responsabilité personnelle de tous ceux qui auront couvert ou émis ces contrevérités. Car de plus en plus, l'État prend en compte la réalité du risque d'accident dont le lobby nucléaire a durant 30 ans prétendu qu'il n'existait pas en France... Sauf que les crédits à la sureté nucléaire baissent selon la ministre sortante, qu'EDF a désinvesti en France depuis 15 ans et n'a pas les moyens de mettre ses centrales aux normes post Fukushima à bref délai. La seule réponse concrète est la constitution d'une force d'intervention en cas d'accident. Nécessaire, mais pas très encourageant!

Finissons avec le risque réalisé. La désinformation et le mensonge post Tchernobyl se poursuit à Fukushima. L'organisation de l'ignorance officielle quant au nombre de morts et de victimes a parfaitement fonctionné à Tchernobyl, même si certains médecins et organismes ont évalué la réalité du drame. Aujourd'hui encore, je peux témoigner, pour être allée inaugurer un modeste centre de soins et de protection des femmes enceintes financé par l'Europe à Ivankov, de la permanence des effets. Les enfants d'aujourd'hui dans ce district, qui jouxte la zone interdite, sont à plus de 90% considérés comme victimes de Tchernobyl, car ils souffrent de maux qui vont de malformation à des pluripathologies lourdes qui incluent les malformations et les cancers. En Corse, les effets de Tchernobyl ont provoqué une hausse de 30% des cancers de la thyroïde chez les hommes selon une étude très récente. Mais le nuage a épargné la France comme chacun sait... La même tragédie se met en place au Japon avec le concours du lobby nucléaire français qui espère pouvoir recevoir quelques contrats de ce pays martyr du nucléaire, dont 80% de la population ne veut plus. Le mensonge préparé par les "experts" est si gros que les experts belges se sont désolidarisés et l'ont fait savoir. L'agence européenne de l'environnement a dans son dernier rapport, signaux précoces, leçons tardives, bien analysé les conséquences d'une exposition post accident nucléaire.

Ainsi, alors que les progrès technologiques, notre intérêt économique, industriel et financier, le risque vital auquel nous exposerait un accident nucléaire en France nous enjoignent de changer de cap, l'oligarchie constituée autour de l'industrie nucléaire nous expose, dans son seul intérêt, à tous les risques à commencer par celui de rater le coche de la ré-industrialisation.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>