Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

320.000 euros pour la fête de l'Olympisme

12 Juillet 2010 , Rédigé par Thierry BILLET

320.000 euros pour une journée de fête de l'olympisme ce 23 juin 2010.

C'est dix fois moins que le concert de Johnny Halliday le 14 juillet 2009 pour la fête de SARKOZY avant qu'il ne décrète la rigueur pour cette année.

Mais c'est une somme tellement hallucinante pour une seule journée de manifestation au moment où l'on appelle les uns et les autres à se serrer la ceinture que cela laisse pantois.

Comment le directeur général de la candidature peut il justifier une telle dépense ?

Comment le président du Conseil général peut il justifier une telle dépense ?

Le comité d'organisation n'a t'il déjà plus les pieds sur terre ?

Si la candidature de la France avait été rejetée le 22 juin, que serait devenu le matériel préimprimé aux couleurs de la candidature ? Directement au pilon ?

Au moment où tout le monde s'interroge sur la capacité de la France à mener de front l'EURO 2016 et les JO 2018, cette gabegie est choquante.

Le comité d'organisation travaille avec de l'argent public. Il faut qu'il respecte l'effort fiscal des contribuables et dépense où il faut et quand il faut.

Il n'y avait aucune raison de mettre autant d'argent dans un concert gratuit déjà oublié quinze jours plus tard.

A l'inverse, comme je l'ai déjà écrit,   JO 2018, après l'avis du CIO

rien n'est fait par MM. GROSPIRON et MONTEIL, en charge de la candidature, pour expliquer les partis pris des Jeux nouvelle version.

Dans ces conditions, persévérer est peut être diabolique.

En tous cas, puisque les communes qui sont désormais "sorties" des Jeux ne participeront plus au financement des infrastructures qu'elles étaient sensées accueillir, le plan de financement va devoir être revu de manière à ce que ce projet français soit doté au moins aussi bien que l'EURO 2016 de football.

Désormais, le dossier des Jeux n'est plus celui de la Ville mais celui de l'Etat qui a voulu placer à la tête du comité d'organisation "son" directeur général. L'Etat doit donc assumer financièrement cet engagement financier indispensable.

Même si 2018 est un an après la fin du second quinquennat rêvé par M. SARKOZY.


Lire la suite

Groupement pétrolier de la HAUTE SAVOIE, le CLIC

10 Juillet 2010 , Rédigé par Thierry BILLET

La réunion du Comité local d'information et de consultation (CLIC) du GPHS de la HAUTE SAVOIE a permis au Comité de donner son avis sur le plan de prévention du risque technologique (PPRT) du Groupement.

Nous sommes ici dans les suites législatives de l'accident d'AZF à TOULOUSE avec le renforcement des mesures à prendre pour éloigner les habitations des sites à risque industriel majeur.

Le GPHS est le seul établissement "Seveso seuil haut" de la HAUTE SAVOIE.

Je préside ce CLIC et ai réaffirmé au SDIS, à l'exploitant et à la Direction de la sécurité civile que je souhaitais ardemment qu'un exercice grandeur nature ait lieu dans le cadre du Plan particulier d'intervention (PPI) au plus tard en octobre 2010.

Cet exercice n'a que trop tardé et il est nécessaire de vérifier la capacité des pouvoirs publics à interdire l'accès au site, à délimiter clairement les zones menacées, à tester la capacité à disposer d'une puissance d'eau suffisante sur les réseaux et en allant chercher l'eau dans le THIOU, etc.

Lire la suite

Canicule

9 Juillet 2010 , Rédigé par Thierry BILLET

Canicule.jpg

Lire la suite

Chalet FREQUELIN, une ardoise de 180.000 euros pour PASSY

9 Juillet 2010 , Rédigé par Thierry BILLET

Dans le désert de Platé, au-dessus de PASSY, l'ancien pilote automobile Guy FREQUELIN a construit un chalet superbe, sans permis de construire. Cette affaire a défrayé la chronique et la FRAPNA a obtenu il y a plus de dix ans la démolition de ce bâtiment.

Ce jugement a été confirmé en appel puis en cassation.

Mais nullement exécuté car M. FREQUELIN dispose d'appuis puissants dans les sports mécaniques.

Et voilà que M. FREQUELIN a eu l'idée de faire plaider que cette construction sans permis de construire l'avait été à l'insu de son plein gré.

En l'occurence que le maire communiste de l'époque à PASSY, M. Gilbert PERRIN, lui avait accordé une autorisation de construire et ne lui avait pas rappelé qu'il fallait un permis de construire.

La Cour administrative d'appel de LYON vient de lui donner raison en mettant à la charge de la commune de PASSY la moitié du coût de la destruction de ce chalet mal bâti.

On en retiendra deux leçons.

D'abord  que tout peut se plaider : un patron d'écurie de course chez CITROEN peut convaincre une juridiction qu'il ne savait pas qu'il n'avait pas de droit de construire un chalet dans une zone inconstructible et que si il l'a fait c'est à cause du maire de la commune.

Ensuite qu'il n'y a plus maintenant de prétexte pour ne pas détruire ce chalet , symbole de la violation des régles d'urbanisme en HAUTE-SAVOIE.

A moins que M. FREQUELIN n'en fasse don à une association d'intérêt général qui l'utiliserait à des fins sociales par exemple ? Qu'au moins l'objet de cette infraction pénale serve aux plus démunis ! Cela coûterait moins cher à M. FREQUELIN et aux contribuables passerands et cela serait socialement utile. Mais sinon, ce chalet doit être démoli pour servir d'exemple à tous ceux qui sont tentés de laisser filer des constructions illicites sur leur territoire communal.

Lire la suite

Edwy PLENEL

8 Juillet 2010 , Rédigé par Thierry BILLET

 

Lire la suite

C2A, le débat est dans la presse

8 Juillet 2010 , Rédigé par Thierry BILLET

Pour le lecteur averti du DAUPHINE LIBERE, les articles qui sont publiés sous forme de déclarations de certains maires UMP de l'agglomération, et tout récemment de Mme GUICHARD, maire de METZ TESSY, sont des signaux révélateurs que l'agglomération va entrer dans une zone de grande tension à la rentrée.

L'antienne est connue : ANNECY a profité de l'agglo pour faire prendre en charge ses infrastructures par les communes limitrophes; elle est maintenant devenue fort riche et sa dette peut être remboursée en moins de deux années.

C'est oublier un peu vite que ces équipements de centralité bénéficient bien entendu largement aux habitants de l'agglo et que la Ville a stabilisé son effort au moment de l'entrée dans l'agglo.

Ils oublient également au passage que cette agglo a permis à toutes les communes de bénéficier d'une dotation globale de fonctionnement largement accrue ce qui a autorisé par exemple  SEYNOD à mener une politique d'investissements surdimensionnés qu'elle a du mal à financer aujourd'hui et à l'inverse à ANNECY de se désendetter.
Deux choix politiques différents entre Bernard BOSSON à ANNECY d'une prudence financière extrême (et peut-être exagérée) et Françoise CAMUSSO à SEYNOD qui a choisi de faire un deal avec le groupe CASINO devenu le grand ordonnateur de la croissance municipale vers PERIAZ pour faire grossir à marche forcée sa commune.

Maintenant que la situation est moins florissante, les cigales se retournent vers les fourmis. pour les critiquer. C'est habituel et c'est injuste.

Mais surtout, la déclaration de Mme GUICHARD fait entrer dans le jeu politique une autre dimension, celle des Jeux Olympiques. Bien entendu, personne de l'UMP n'ose encore dire qu'il espère que la candidature française va se planter; mais la menace de Mme GUICHARD est claire : on n'aura pas les sous pour se payer les équipements qui seraient construits sur l'agglo.
Et, en off, les élus UMP agitent le chiffon de la rénovation de BONLIEU qu'ils ont déjà mis sur la sellette et qu'ils vont tenter de mettre en balance avec les JO.

Je l'ai écrit ici plusieurs fois, mais je le répète : leur seul objectif politique est que rien ne se fasse au niveau de l'agglo durant ce mandat. Ils veulent pouvoir accuser Jean-Luc RIGAUT d'avoir été un mauvais président de l'agglo, car nul ne doute que M. ACCOYER ne sera plus président de l'assemblée nationale après 2012.

Et il veut parachever son oeuvre de contrôle du département par l'UMP. Seule ANNECY lui résiste et avec la Ville la C2A...

Et ce serait une si belle dernière victoire politique et une si agréable fin de carrière politique de s'assoir dans le fauteuil de Bernard BOSSON.

Dans ce scénario déjà écrit, il appartient à toutes les forces politiques et à tous les élus du conseil communautaire de prendre leurs responsabilités.

Lire la suite

Pôle métropolitain, Bernard ACCOYER au créneau

7 Juillet 2010 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

On connait la franche amitié qui unit Bernard ACCOYER et Martial SADDIER.

Le dernier épisode porte sur le pole métropolitain que M. SADDIER a porté dans le débat à l'Assemblée nationale sur la réforme institutionnelle, taillé sur mesure pour l'axe franco-valdo-genevois.

Pour vous rafraichir la mémoire :

Métropole transfrontalière, une bombe pour la HAUTE SAVOIE

Dans Le DAUPHINE daté du 3 juillet, M. ACCOYER se félicite d'un amendement sénatorial qui empecherait de facto la constitution de ce pole qui couperait le département en deux. De là à penser que M. ACCOYER n'est pas étranger à cet amendement sur mesure dont il annonce qu'il se félicite, il n'y a qu'un pas.

Le problème, c'est que l'initiative de MM. BLANC et SADDIER a été possible parce que le département de la HAUTE SAVOIE n'a aucune stratégie d'aménagement du territoire, ni du reste d'ailleurs à mes yeux (ne parlons pas de la politique des déchets par exemple !).

Et les hommes politiques entreprenants ont horreur du vide...

On a bâti l'A41 et M. ACCOYER l'a voulue plus que n'importe qui d'autre. Mais on n'a mené AUCUNE mesure d'accompagnement comme je l'ai dit des centaines de fois. Maintenant on a une autoroute non rentable qui est un frein à la mise en place d'une liaison ferroviaire  entre ANNECY et GENEVE qui est la seule voie d'avenir; et on n'a aucune stratégie d'accompagnement de cette autoroute qui devait nous amener la félicité, des emplois et  être enfin "le maillon manquant entre l'EUROPE du Sud et l'EUROPE du Nord" (je ne plaisante pas en citant cette phrase tenue par M. ACCOYER lui-même).

Voilà qui s'appelle de la prévision.

Dans le même registre, je me souviens encore de la première réunion publique tenue par M. ACCOYER à propos du SCOT à GRUFFY où il nous expliqua qu'il était contre la création des SCOT, ce truc de plus qui ne servait qu'à gêner les maires auxquels il fallait faire confiance pour élaborer eux-mêmes les documents d'urbanisme... Et je lis qu'il vient de voter un nouveau texte réglementant l'urbanisme commercial qui donne aux SCOT la responsabilité de la mise en cohérence des politiques municipales en ce domaine.

Décidément, toujours un train de retard.

Lire la suite

M. WOERTH, dédain et déni

6 Juillet 2010 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale

"Monsieur WOERTH n'est pas coupable.

C'est un lynchage.

Monsieur WOERTH n'a rien à se reprocher", etc. etc.

Voilà la ligne de défense de l'UMP.

Mais le problème n'est pas là.

La question n'est pas de savoir si M. WOERTH a piqué dans la caisse, ou s'est fait payer des caisses de champagne par Mme BETTENCOURT.

La question est MORALE.

Peut on être ministre de la République et trésorier du parti majoritaire ?

Etre en situation de bloquer une inspection fiscale de Mme BETTENCOURT et avoir reçu de l'argent de cette dame, est-ce tolérable ?

Avoir laissé embaucher sa femme pour gérer la fortune de Mme BETTENCOURT alors que l'on est ministre du Budget, est-ce tolérable ?

M. WOERTH n'est certainement pas coupable d'une infraction pénale.

Pour autant, peut il rester ministre ?

Bien entendu non, car c'est la morale qui est bafouée : dès l'instant où entre ce que je peux faire obtenir en ma qualité de responsable et/ou d'élu et les cadeaux que cette position politique peut me faire obtenir pour moi même ou mon parti ou ma famille, il y a un conflit d'intérêts qui nécessite de s'interdire de se trouver dans cette configuration.

Il faut alors soit refuser le poste en question, soit rompre les liens avec les personnes susceptibles de bénéficier de vos services réels ou putatifs.

Mais en SARKOZIE, le mélange des genres est la règles.
Nicolas SARKOZY en a donné l'exemple dès ses vacances sur le yacht BOLLORE après son élection et cela ne s'arrête plus.

Le Courrier Picard rappelle le contrôle de la Cour des comptes sur l'officine dirigée par M. WOERTH au conseil général de l'OISE en 1990 et sur les évidentes malversations que cela a permis.

Sachant cela, l'UMP a promis à M. WOERTH une brillante carrière politique et comme par hasard le poste de trésorier; celui, qui dans tous les partis politiques, est le plus proche des tentations, des secrets et des pratiques occultes.

Connaissant ce rapport de la Chambre régionale des comptes en 1990, affecter M. WOERTH à la trésorerie de l'UMP, c'était clairement positionner à ce poste quelqu'un qui ne rechignerait pas à mettre les mains dans le cambouis. C'était aussi bafouer le travail des magistrats de PICARDIE que de  confier la trésorerie d'un parti aussi éminent à quelqu'un qui a accumulé un tel passif.

M. WOERTH n'est certainement pas coupable d'un délit pénal : il doit être assez malin pour que les traces et les preuves manquent et, de toutes façons, les procureurs en charge de ce dossier obéiront aux ordres de celui qui les a nommés pour qu'il ne soit pas inquiété.

Mais cette crise morale qui s'ajoute aux autres est la marque de fabrique de la SARKOZIE : dédain et déni. Vivement 2012 !


Et n'attendez pas 2010 pour vous abonner à MEDIAPART comme je vous y ai invité à plusieurs reprises : ce journal sur internet est le fer de lance d'une presse d'investigation dont nous avons absolument besoin aujourd'hui.

Lire la suite

Bilan carbone du SILA, la restitution aux agents.

6 Juillet 2010 , Rédigé par Thierry BILLET

Comme Pierre BRUYERE s'y était engagé, le cabinet de consultants qui a assisté le SILA dans l'élaboration de son bilan carbone a restitué son travail à tous les agents en deux réunions l'une à SILOE pour l'assainissement et l'autre à SINERGIE.

Pratiquement tous les agents du SILA étaient présents pour ce bilan qui concernait aussi la certification environnementale du SILA au titre de la norme ISO 14001.

Le bilan carbone du SILA est très dépendant du volume de déchets incinérés. Il y a néanmoins des marges de manoeuvre, par exemple sur la conduite des véhicules et notamment des camions hydrocureurs : un stage d'éco conduite aura lieu en 2011 pour tous les chauffeurs.

Les scénarios d'évolution de la capacité d'incinération intégreront ces éléments en privilégiant une solution qui permettra de valoriser toute l'année l'énergie produite par les fours, alors qu'aujourd'hui, elle ne sert qu'en hiver pour le chauffage urbain.

Au plan des comportements personnels, une équipe du SILA devrait participer au concours "Familles à énergie positive", et un salarié m'expliquait qu'à la suite de la réunion de lancement du bilan carbone, il avait cherché les moyens de compenser ses émissions de GES car il habite à VENTHON : il a équipé sa maison d'une pompe à chaleur et de solaire thermique. Il a investi plus de 30.000 euros et a obtenu la moitié de subvention...


Lire la suite

La Maison brûle, c'était il y a 8 ans...

5 Juillet 2010 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement

 

C'était en juin 2002. Huit ans ont passé !

Les beaux parleurs ne prennent même plus la peine de faire semblant de devoir faire quelque chose contre le réchauffement climatique. Et M. ALLEGRE bénéficie des largesses de grands groupes français pour lancer une fondation écologique bidon.

 

http://ha.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-urbanisme/video/2090725001027/la-journee-de-chirac-a-johannesburg.fr.html

 

Et si vous voulez retrouver la belle époque du nucléaire en 1979, avant TCHERNOBYL, regardez comment Yves MOUROUSI nettoie ses vêtements en sortant du réacteur de la centrale de FESSENHEIM. Vous admirerez le look des lampes de poche accrochées au cou du directeur de la centrale et du présentateur vedette de TF1 et le sérieux de la prévention des risques.


http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-economique/video/CAA7900120601/it1-13h-direct-centrale-de-fessenheim.fr.html

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>