Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet
Articles récents

taxe professionnelle/taxe carbone

17 Février 2009 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement


Je me demande quand SARKOZY a le temps de réfléchir avant de parler. Ses dernières annonces sur la suppression de la taxe professionnelle par la taxe carbone ont de quoi faire frémir.

Je trouve sur MEDIAPART cet entretien avec Jean-Marc Jancovici qui me parait salutaire pour que le GRENELLE ne serve pas de prétexte à une taxe carbone dénuée de toute efficacité écologique dans le seul but de tenir un nouvel engagement irréfléchi de notre omni-hyper-président.

La taxe carbone doit permettre de financer les énormes investissements que nous devons faire dans les économies d'énergie et dans les énergies renouvelables, et ne pas avoir pour objectif de diminuer la pression fiscale sur les entreprises.

C'est quoi la taxe carbone ?

Le principe est simple : à partir du moment où on va se retrouver contraint sur les limites des ressources disponibles, il faut anticiper cette limite en donnant un prix croissant à cette contrainte. Pour le moment dans notre système économique, il n’y a pas d’anticipation des limites physiques. Quand vous extrayez un litre de pétrole du sol, la nature ne vous envoie pas de facture.
On s’achemine au niveau planétaire vers une gigantesque crise des ressources qu’on ne verra pas arriver avec les indicateurs qu’on utilise actuellement.
Que cherche-t-on à faire aujourd’hui ?
Donner du travail aux gens et décourager une utilisation excessive des ressources. Notre système fiscal pour le moment, pour l’essentiel, taxe le travail des gens et pas les ressources. Si on veut encourager le travail et protéger les ressources non renouvelables, il vaut mieux taxer les ressources que le travail.

A quoi servirait une taxe carbone ?
La taxe carbone, c’est le tournevis qu’on doit trouver dans la boîte à outils de toute personne qui pense qu’on ne doit pas se foutre sur la gueule à cause d’une crise de ressources. Le flux de carbone qui va du sol à l’atmosphère doit baisser.
Pour deux raisons : la première, c’est qu’aujourd’hui il y a trop de carbone dans l’atmosphère et que cela augmente l’effet de serre de manière dangereuse. Or, le décalage entre le moment où on met du CO2 dans l’atmosphère et le moment où on va en subir les conséquences est trop long.
La seconde raison, c’est qu’on a une contrainte à la source : du pétrole dans quelques années, on en aura de moins en moins. C’est le sang de nos sociétés modernes. S’il n’y a plus de pétrole, l’économie s’effondre. Vous êtes au chômage et en dictature....
On ne s’en rend pas compte parce que depuis 1945 la convention qu’on utilise pour juger de la bonne santé d’une économie, le PIB, nous masque les réalités physiques. La taxe carbone nous ramène vers les flux physiques.
C’est destiné à faire baisser lentement plutôt que brutalement une consommation d’hydrocarbures dont le prix à payer sera considérablement (guerre, régime totalitaire) trop élevé pour que cela vaille le coup de continuer à en consommer aujourd’hui.






Lire la suite

Le DDT, insecticide interdit, toujours présent dans les Alpes

16 Février 2009 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement


L’étude de la répartition régionale et en altitude des polluants organiques persistants (POP) a mis en évidence une pollution élevée aux insecticides dans les Alpes.

Ces polluants s’accumulent particulièrement facilement dans les régions froides et élevées. De plus, les polluants atmosphériques produits dans d’autres régions et transportés jusque dans les Alpes s’y concentrent davantage qu’ailleurs, en raison de l’effet barrière du massif.

Le projet de recherche européen MONARPOP a analysé des échantillons de sols et de plantes ainsi que des échantillons d’air et de dépôts à la recherche d’une trentaine de substances.

La méthode de prélèvement de ces échantillons est nouvelle : ils ont été extraits séparément en fonction des régions d’origine des masses d’air.

Cela permet de mesurer plus précisément la concentration en polluants des régions d’origine.

Les chercheurs espèrent en outre que cette méthode de mesure leur permettra d’identifier les futures tendances.

Ces méthodes nouvelles d'analyse permettront, espérons le, de déterminer dans quelles conditions ces pollutions externes aux ALPES, viennent s'y déposer et quelles perspectives cela offre quant à la prévention des risques de pollution par les polluants organiques persistants (PCB, HAP, etc.)

www.monarpop.at/

Lire la suite

Les glaciers alpins sont ceux qui fondent le plus vite

15 Février 2009 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement


Les informations sur le réchauffement climatique deviennent chaque jour plus angoissantes.

Les chiffres publiés par le World Glacier Monitoring Service pour 2007 confirment ce
que l’on craignait : partout dans le monde, la fonte des glaciers se poursuit à grande
vitesse. En moyenne, les glaciers perdent une épaisseur de neige, de neige éternelle ou de glace de 67 centimètres équivalent-eau (Eq-e).

En outre, une série de mesures effectuées sur le long terme sur 30 glaciers dans neuf régions montagneuses confirme une vitesse de fonte deux fois plus élevée. Si entre 1980 et 1999, la glace a perdu en moyenne 30 cm Eq-e par an, cette valeur est passée depuis 2000 à 70 cm.

De fortes disparités régionales ont été observées entre les régions montagneuses :
en Scandinavie, l’épaisseur de certains glaciers côtiers, comme celui de Nigard-
sbreen/NO (+ 1 m), a augmenté.

En revanche, les glaciers alpins ont perdu jusqu’à 2,5 m Eq-e.

www.grid.unep.ch/glaciers/pdfs/glaciers.pdf


Lire la suite

Relance...de la route en RHONE ALPES !

14 Février 2009 , Rédigé par Thierry BILLET


En Savoie comme ailleurs, le plan de relanceprivilégie outrageusement l’investissement routier au détriment du railet des transports urbains.

ADTC - 8 février 2009

Le Plan de relance ne doit pas servir de prétexte au doublement du tunnel du Fréjus

En Rhône-Alpes, dont les voies ferrées sont saturées par un trafic intense de TER, TGV et fret, 90% des crédits du Plan de relance vont à la route, contre moins de 10% au rail. L’essentiel des crédits routiers est consacré au deuxième tube du tunnel routier duFréjus, présenté comme une galerie de sécurité. Pendant ce temps, rien pour le Lyon-Turin ferrovaire ni pour le contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise (CFAL), qui sont pourtant stratégiques pour absorber la croissance des trafics ferroviaires et permettre un report modal de la route vers le rail.

L’ADTC Savoie dénonce ce mauvais usage de l’argent public et réclame avec force une priorité au chemin de fer, tant pour les voyageurs que pour le fret.

L’ADTC Savoie approuve l’action en justice des associations « FRAPNA Savoie » (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature), « Vivre en Maurienne » et « Réagir  », qui ont lancé une demande de référé suspension contre le doublement du tunnel du Fréjus auprès du tribunal administratif de Grenoble.

L’ADTC Savoie rappelle qu’au niveau national, le Plan de relance prévoit 400 M€ pour les infrastructures routières (dont plusieurs nouvelles autoroutes), 300 M€ pour les infrastructures ferroviaires et rien (zéro € !) pour les transports publics urbains, en totale contradiction avec les engagements du Grenelle de l’Environnement.

Source : http://adtc.savoie.free.fr/index.ph...


Lire la suite

"Uranium : le scandale de la France contaminée"

12 Février 2009 , Rédigé par Thierry BILLET


Vous avez été des millions à regarder hier soir l'excellente et inquiétante émission de France 3 : "Uranium : le scandale de la France contaminée". Face à cet immense scandale nucléaire, il est urgent de vous mobiliser pour permettre l'expression d'un puissant contre-pouvoir citoyen.

Pour soutenir notre action et faire entendre votre voix :

1/ Signez maintenant la Charte du Réseau "Sortir du nucléaire".

link

2/ Découvrez des informations inédites sur le nucléaire et les solutions alternatives en vous abonnant pour 12 euros par an à la revue "Sortir du nucléaire".

3/ Rejoignez l'une des associations qui, près de chez vous, luttent pour une autre politique énergétique.

Il est essentiel que vous soyez très nombreux à rejoindre VOTRE Fédération de 842 associations, agréée pour la protection de l'environnement.

Merci beaucoup.

Très cordialement,

Philippe Brousse

Réseau "Sortir du nucléaire" Association citoyenne libre et indépendante. 9, rue Dumenge 69004 Lyon
Libellez votre chèque à l'ordre de "Sortir du nucléaire"

Lire la suite

Le bio en plein essor

12 Février 2009 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Environnement


PARIS (AFP) — Malgré la crise, les Français ont été plus nombreux en 2008 à consommer des produits bio et déclarent vouloir maintenir leur consommation, voire l'augmenter cette année, selon le baromètre 2008 de l'Agence Bio.

L'an dernier, 44% des Français ont consommé au minimum un produit bio au moins une fois par mois, soit 2% de plus que l'année précédente, relève cette enquête réalisée pour l'Agence Bio, groupement d'intérêt public pour la promotion de l'agriculture biologique.

Dans un contexte économique difficile, 74% des acheteurs et consommateurs de produits bio ont l'intention de poursuivre sur cette voie et 22% veulent même augmenter leurs achats.

Pour l'immense majorité de la population (90%, contre 87% en 2007), ces produits sont "plus naturels car cultivés sans produits chimiques" et pour 89% (contre 87%) ils "contribuent à préserver l'environnement".

Les grands principes de l'agriculture biologique sont bien intégrés par les Français. Ainsi par exemple, 87% d'entre eux disent savoir qu'elle interdit l'utilisation des OGM ou encore qu'elle a des exigences pour le bien-être animal (81%).

Les consommateurs privilégient de plus en plus les produits de saison (91%) et la production locale (80%), deux démarches qui favorisent une agriculture respectueuse de l'environnement.

Le vin issu de raisins de l'agriculture bio est le produit qui a le plus séduit de nouveaux consommateurs en 2008. En un an, 29% de nouveaux clients l'ont essayé.

Mais ce sont les fruits et légumes bio qui sont les plus consommés (77%) devant les produits laitiers (70%), les produits d'épicerie (56%), la viande (49%) et le pain (42%).

Le label AB est le plus connu (85%) pour identifier les produits bio dans les magasins.

Quand les Français font leurs courses, ils sont de plus en plus nombreux (57% contre 54% en 2007) à comparer les prix entre bio et non bio.

Une majorité de parents (78%) souhaite que leurs enfants bénéficient de repas bio à la cantine. Ils sont même en moyenne prêts à payer 6% en plus.

Les salariés (38%) aimeraient aussi pouvoir manger naturel sur leur lieu de travail. Et même bénéficier de distributeurs automatiques (32%) avec produits bio.

De manière générale, près de quatre Français sur dix trouvent normal de payer plus cher le bio -entre 12% et 14%- par rapport au non bio.

Une large majorité (86%) estime que l'agriculture biologique doit être développée. C'est particulièrement l'opinion des cadres (95%).

Face à la demande croissante des consommateurs, et dans le cadre du Grenelle de l'environnement, le gouvernement s'est engagé à tripler la surface des terres bio en France d'ici à 2012, de 2 à 6%.

Il vise aussi à introduire progressivement la part des produits biologiques dans la restauration administrative: 6% en 2012 et 20% en 2020, contre 2% actuellement.

Cette enquête CSA a été réalisée en octobre 2008 auprès d'un échantillon de 1.050 personnes représentatives de la population française.

Lire la suite

Séminaire de l'alliance dans les Alpes à CRUSEILLES

11 Février 2009 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale


Sous l'impulsion de son nouveau Maire, Christian BUNZ, CRUSEILLES  a adhéré à l'ALLIANCE DANS LES ALPES, réseau de communes de l'arc alpin soutenant l'application de la Convention alpine, en même temps qu'ANNECY qui est la plus importante ville du réseau en FRANCE.

L'alliance organise à CRUSEILLES un séminaire les 27 & 28 mars sur le thème "Nouveaux enjeux, nouvelle identité, nouvelle vitalité : pour une commune, comment créer son projet d'avenir ?".

Comme toutes les réunions de l'ALLIANCE, c'est à partir de témoignages du travail déjà engagé sur cette problématique que les échanges de bonnes pratiques ont lieu.

En l'espèce, les questions traitées porteront notamment sur les modalités d'association des habitants à la démarche de revitalisation du projet communal.

Le 26 mars au soir, je représenterai Jean Luc RIGAUT à la remise de la plaque d'adhésion de la Ville d'ANNECY au réseau.

Ce séminaire est ouvert aux élus, aux fonctionnaires territoriaux et aux associations qui souhaitent s'inscrire dans cette dynamique européenne.




Lire la suite

EUROPE ECOLOGIE au travail

10 Février 2009 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale


EUROPE ECOLOGIE à ANNECY est bien lancée. La preuve !






Lire la suite

Gardes à vue et frénésie sécuritaire

10 Février 2009 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale


La frénésie sécuritaire imposée par SARKOZY à notre pays est un sujet permanent d'indignation pour chaque français(e) préoccupé(e) de la défense des libertés publiques.

Alors que les gardes à vue deviennent la norme, les parquets laissent faire, voir se satisfont d'une augmentation de ces statistiques répressives qui vont leur permettre d'être bien notés par la chancellerie.

Elles ne devraient être que l'exception lorsque les personnes entendues présentent des risques qu'elles ne se représentent plus aux convocations.

Elles sont devenues un moyen de faire avouer des personnes fragiles qui ne comprennent rien à ce qui leur arrive.

Deux exemples vécus par des proches.


Une voisine est accusée par une locataire d'avoir falsifié des chèques. Elle a plus de 60 ans, habite ANNECY depuis des dizaines d'années, est en retraite, et paie tous ses impôts. Et bien on va la mettre en garde à vue, malgré sa récente opération d'un cancer du sein... Une journée entière, dont une partie en sous vêtement dans la geôle de l'Hotel de Police, à côté de saoûlards, dans des conditions d'hygiène limites.


Une femme de ménage à la retraite est accusée par son employeur, un monsieur fort âgé, vivant seul, de lui avoir volé 17.000 euros en liquide. Elle travaille chez ce monsieur depuis plusieurs années. Il ne s'est jamais plaint d'elle et ne lui a jamais dérobé le moindre centime. Elle est convoquée à l'Hotel de police, mise en garde à vue, menacée de rester encore longtemps si elle n'avoue pas. On perquisitionne chez elle. Son mari, âgé, manque de défaillir qui ne comprend pas le venue des policiers chez eux, alertant tout le voisinage, etc.


Dans les deux cas, les poursuites sont abandonnées. Mais le mal est fait tant sur le plan psychologique que sur celui des voisins qui ont "tout vu", que sur la confiance des proches.

Nous sommes en pleine frénésie sécuritaire. Ecoutez ce qu'en dit Laurent MURCHIELLI.


link
Lire la suite

NPA : du neuf sur du vieux

9 Février 2009 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #C'est personnel


Les trotskystes ont réussi ce tour de force de se renouveler grâce à l'image juvénile d'Olivier BESANCENOT, sans rien changer à leurs pratiques politiques. Ravis d'être désormais 9.000 adhérents (quel parti de masse !), ce sont toujours KRIVINE et autres qui tiennent la boutique depuis 1968 sans discontinuer. 40 ans pour voir le PCF venir leur lécher dans la main, allié à Jean Luc MELENCHON pour faire cause commune aux Europénnes.

Et MELENCHON et le PC auront effectivement bien besoin de BESANCENOT pour donner un coup de fouet à leur résultat électoral. Ils nous ont tellement fait le coup du NON au TCE comme symbole de leur ancrage politique dans le pays, pour craindre de se retrouver devant les électeurs sur un programme souverainiste qui ne séduira pas grand monde.

Mais BESANCENOT/KRIVINE ne vont pas se gêner pour finir de les saborder : en voulant imposer au PC et à MELENCHON de s'allier aussi aux Régionales contre le PS, les trotskystes leur demandent de sacrifier l'unité nécessaire avec le PS pour conserver les Régions à gauche.

Et donc de sacrifier leurs conseillers régionaux actuellement en place; ce à quoi ils ne pourront se résoudre.

Soit dit en passant, certains VERTS sont sur les positions du NPA; mais ils n'ont pas le courage de le rejoindre pour sauvegarder leurs postes d'élus régionaux par exemple. Cela permet une posture d'extrême gauche et un fonctionnement interne radical socialiste avec des alliances à géométrie variable à l'intérieur du parti.

Alors on peut d'ores et déjà écrire la suite de l'histoire d'ici 2010.

Le plus grave est que cette stratégie du NPA va constituer pour la gauche un véritable piège de la même nature que celui de LE PEN pour l'UMP dans les années 90 et le début 2000. En concentrant un volume de voix protestataires suffisant  au premier tour et en refusant de se mouiller dans une alliance électorale majoritaire au second, le NPA  pourra empêcher la gauche d'être majoritaire au 2° tour.



Lire la suite